Allen/Lande – The Showdown

Russell Allen et Jorn Lande. Deux grosses voix du metal. Peut-être deux des meilleurs chanteurs actuels dans le style. L’un américain révélé par son groupe de metal prog Symphony X, l’autre norvégien bien plus instable mais remarqué avec la formation (prog là aussi) Ark et le merveilleux Burn the Sun paru en 2002. Deux personnages, deux monstres sacrés de cette ère moderne metallique, en collaboration étroite depuis 2006 sous la houlette du compositeur suédois Magnus Karlsson

Car oui, Allen/Lande n’est pas un nouveau projet, il s’agit ici du troisième opus dont la sortie est prévue ce vendredi 5 novembre 2010 chez Frontiers Records. Si le premier brûlot, The Battle, avait tenu toutes ses promesses entre hard et heavy bien huilé, le second The Revenge s’était quelque peu perdu dans les méandres d’un léger quelconque malgré quelques moments très puissants. Qu’en est-il de ce troisième essai ? The Showdown, qu’il s’appelle… Un titre prometteur…

… Un peu trop peut-être, d’ailleurs. Car ce Showdown n’a rien de très chaud et frise la correctionnelle à plusieurs reprises malgré une parfaite exécution musicale. Soyons honnêtes, Magnus Karlsson n’a pas su ici retrouver la magie du premier essai et semble quelque peu pris entre deux chaises. Entre innovation et commercialisme aigu. Sans aucun doute, la seconde notion semble avoir pris le pas…

Exit le metal ou presque. Disons simplement que les riffs se font de plus en plus retenus et les orchestrations plus poussées, tournant The Showdown en fils caché du bon vieux hard rock/AOR, certes accrocheur, mais rapidement rébharbatif.

Les compositions sont là, certaines amusent la galerie et nous font passer de bons moments comme ces « Never Again » (certes un peu « niais » mais accrocheur à souhait) et « Bloodlines » qui nous rappeleraient presque les bons moments du premier CD. Mais… Il y a un mais ! Trop c’est trop, et la conformité prend vite le pas sur l’efficacité, rendant ce disque bien vite monotone sur la longueur.

Quelques thèmes pseudo-scientifiques dans les paroles (« Copernicus », « Maya » ou un grandiloquent « Judgement Day » que n’aurait pas renié Paco Rabanne) ne suffisent pas à sortir l’ensemble d’une mièvrerie palpable, comme si l’ami Karlsson avait perdu la flamme en se cantonnant lui-même dans une certaine facilité, dans le « trop sucré », un peu comme si sa collaboration pour le très académique Kiske/Somerville avait laissé des traces…

Alors, heureusement, il reste le chant. Mais même là certaines choses clochent, parfois… Si Russell Allen s’en sort toujours brillamment en modulant au maximum sa voix chaleureuse, Jorn Lande ne semble pas autant à l’aise et donne l’impression de forcer la dose à certains petits moments. Ainsi, le morceau éponyme ouvrant les débats perd un peu d’une certaine classe qui aurait pu exploser les tympans. D’autant plus que les moments chantés à deux semblent moins bien exploités que par le passé, malgré de bons refrains. Trop softs et formatés pour la plupart, peut-être…

Allen-Lande-Karlsson

Il en est presque criminel de limiter ces deux géants du chant à une majorité de titres taillés pour la FM, et ce même s’ils savent s’adapter et briller dans différents styles ou ici offrir une couleur nouvelle à un genre déjà bien élimé. Une meilleure versatilité n’aurait pas fait de mal à cette sortie quelque peu frustrante. Où sont les « Come Alive », « Wish for a Miracle » ou « Where Have the Angels Gone » du premier essai ? Aucun morceau ne peut ici rivaliser de musicalité et d’énergie, ceci est au final plutôt inquiétant.

On peut désormais se poser la question de l’avenir du projet. Magnus Karlsson semble avoir ici craché ses dernières cartouches, du moins pour ces deux voix. La trilogie, à présent complétée, ne mérite-t-elle pas d’être définitivement refermée ? Car on doute qu’un retour de flammes puisse prendre, et ce même si on bénéficie d’une production hors pair, d’une bonne maîtrise instrumentale, de mélodies entêtantes et de chanteurs atypiques. Le professionnalisme ne fait pas tout, un peu de folie que diable !

Allez, fermons le ban, même si entendre Jorn et Russell est toujours un plaisir… Mais à force, celui-ci pourrait s’avérer gâché, et nous faire regretter l’époque du premier opus avec une nostalgie bien désagréable… Cependant, on peut d’ores et déjà parier que ce CD offrira un bon moment aux non-initiés qui voudront quelque peu « durcir » leur discographie. C’est déjà ça…

Note : 6.5/10

Trailer officiel de l’album
Video clip du titre « Judgement Day »

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements