Vorph, chanteur de Samael

A l’occasion de la sortie du nouveau single Antigod prévue pour le 19 novembre 2010 chez Nuclear Blast, Michael Locher alias Vorph et chanteur du groupe suisse Samael nous a fait l’honneur d’une interview pour La Grosse Radio Metal. Histoire de parler un peu de ce morceau ainsi que de l’album à venir courant 2011…

Ju de Melon : Bonjour et tout d’abord merci de nous accorder cette interview. Comment te sens-tu en ce moment après une année 2010 chargée ?

Vorph : Et bien ça va plutôt bien, finalement ce n’était pas une année si chargée que ça niveau concert puisqu’on l’a commencé avec Paradise Lost en janvier, puis on est revenus en France avec Arch Enemy… mais le reste du temps on a surtout bossé sur l’album, on a fait qu’un seul festival cet été par exemple. On a aussi joué pour la première fois en Amérique du Sud, à Bogota en Colombie pour un festival organisé par le gouvernement avec plus de 70.000 personnes donc un truc énorme ! Mais en résumé cette année se concentre surtout sur la préparation et l’enregistrement de l’album…

Ju de Melon : Justement, parlons de son prélude ! Sortir un single EP n’est plus trop une habitude dans le monde de la musique, surtout dans le metal… Pourquoi ce choix ?

Vorph : Disons que l’album est à peu près terminé, le mix est fait mais il reste quelques petits détails à corriger. Nous ferons le mastering après notre petite tournée actuelle, donc probablement en décembre. Du coup, comme certains titres sont définitifs, on s’est dit qu’il serait bien de proposer quelque chose aux fans… On a donc choisi ce morceau. A l’origine, on avait prévu de mettre cette chanson en téléchargement avec l’accord de Nuclear Blast, avec en plus une éventuelle reprise, puis finalement avec l’idée de réenregistrer « Into the Pentagram » (qu’on avait déjà réenregistré à trois reprises par le passé). Mais de fil en aiguille l’idée a pris corps et on a rajouté un morceau live, puis deux car on arrivait pas à se décider entre ces deux-là… Le label nous a ensuite demandé un remix de « Antigod » et on a également utilisé la partie clavier d’un des morceaux qui sera sur l’album pour en faire une instru bonus. A partir de là, ils ont décidé de le sortir physiquement, mais en ce qui me concerne ça reste un single même s’il s’est un peu transformé en EP de part la durée… Il va sortir aussi en 7″ vinyl avec simplement deux titres (« Antigod » et « Into the Pentagram »). Bref, tout ça sera en vente le 19 novembre, mais à la base on voulait juste offrir l’avant-première d’un des morceaux de l’album à venir.

Samael Antigod

Ju de Melon : « Antigod » est donc le titre en question. Peux-tu nous expliquer de quoi la chanson parle en quelques mots ?

Vorph : Je pense que le titre est assez explicite, c’est un morceau qui parle de religion et qui va un peu à l’encontre de tout ce qui est religieux. Pas particulièrement la religion chrétienne, mais toutes en général… On a déjà exprimé ça par le passé il est vrai, mais je constate une sorte de retour en arrière vers ce que ces gens appellent les « vraies valeurs », et franchement ça nous écoeure un petit peu. Du coup, on essaye de revendiquer notre désaccord en quelques paroles… Il y aura d’autres chansons qui traiteront de ce problème sur l’album, mais « Antigod » est probablement la plus directe : d’où son choix en single.

Ju de Melon : N’avez-vous pas peur de susciter la polémique avec un tel titre plutôt « direct » en effet ?

Vorph : Peu importe, je ne pense pas qu’on ait besoin de polémique de toute façon, on a déjà subit ça par le passé. Le texte est assez tranché, assez clair, c’est clairement un point de vue certes radical mais bon notre musique n’est pas tellement mainstream donc on peut se permettre d’émettre quelques opinions, même si ça ne plait pas à tout le monde.

Ju de Melon : « Ten Thousand Years » rappelle un peu l’album instrumental de Xytras (programmateur/claviériste et ex-batteur du groupe), est-ce un hommage au passé et envisage-t-il une suite à ce projet ?

Vorph : Je ne sais pas trop, je sais que ça faisait un moment qu’il voulait en refaire et faire quelques remix mais bon ce n’est pas évident pour lui de trouver le temps. Tout simplement parce qu’une fois un album terminé on ne cesse de tourner, et après vient le temps de penser à un autre album… Il n’est pas dit qu’un jour il ne prenne pas un peu de temps pour retravailler là-dessus mais là, pour ce titre instru, c’est juste la partie keyboard d’un titre de l’album qui a été un peu réarrangée car sans batterie et sans voix donc un peu monotone… Du coup ce sera vraiment drôle pour les gens qui l’auront entendue avant de la repérer sur l’album dans sa version complète, ça leur rappelera quelque chose (rires) !

Ju de Melon : Pourquoi avoir choisi une nouvelle fois de réenregistrer « Into the Pentagram », et qu’est-ce que cette nouvelle version apporte selon toi ?

Vorph : Ecoute, ce qu’il y a d’intéressant je pense c’est que les fans pourront vraiment voir l’évolution du groupe. La première version date quand même de 1988, sur une autoproduction sortie avant le premier album… Une 2ème version a été faite sur ce dit album, puis une 3ème en 1995 et on pensait que ce serait la version définitive avec une bonne orchestration keyboard. Cependant, on trouvait cette version un peu trop rapide, par rapport à comment on joue cette chanson en live… Du coup, nouvelle version cette année plus proche de celle qu’on joue en concert, rien de nouveau en soit mais les gens qui aiment la version live seront contents de ce réenregistrement.

Ju de Melon : Peux-tu nous dire quelques mots sur le Dark Night Remix ?

Vorph : En fait c’était vraiment une demande de Nuclear Blast, je ne sais plus trop pour quoi, apparemment c’était pour un truc de night club en Allemagne. Mais bon, Xy adore faire ce genre de chose, donc il ne s’est pas fait prier ! On était en train de mixer l’album quand on eu cette demande, il s’est donc occupé de ça en une semaine le soir après les sessions de mix. Il avait déjà fait ça à l’époque avec la chanson « Telepath », donc il a l’habitude !

Ju de Melon : Et l’album donc, question cruciale que tout le monde se pose… Quand pensez-vous le sortir ?

Vorph : Disons que là il est enregistré et mixé mais comme je te l’ai dit il y a encore quelques petits détails à régler. Pour le mastering on verra en fin d’année, là on se prépare surtout pour la tournée qui démarre dans deux semaines… Quand à sa sortie, on discute avec Nuclear Blast et pour le moment on parle du mois de mars. Rien de définitif mais mars 2011 semble être privilégié sur l’agenda.

Ju de Melon : As-tu quelques exclusivités à nous donner sur son éventuel nom ou sur quelques titres de chansons qui vont le composer ?

Vorph : Bon bah il y aura déjà « Antigod » (rires), celle-là est sûre d’y être ! Le titre de l’album, disons qu’apparemment on l’a vu que ça fait un moment qu’il ne bouge pas entre nous. Mais bon on va entendre encore un mois avant de le donner car on avait déjà fait cette erreur à l’époque avec Eternal, on pensait que l’album s’appelerait The Cross et on l’a annoncé un peu tôt vu qu’on a changé d’avis par la suite. On veut donc être vraiment sûrs et certains avant de dévoiler son nom.

Ju de Melon : Plus généralement et stylistiquement, devons-nous nous attendre à quelques surprises sur cet album ou sera-t-il dans la plus pure lignée de Solar Soul ?

Vorph : Oui, il y aura quelques surprises, tu peux en être sûr. Cet album ne constitue pas une « mise au point » comme avait pu l’être Solar Soul par exemple, là c’est vraiment différent. On a bouclé une boucle je pense, on a donc voulu ici en quelque sorte repartir à zéro. On a décidé de faire table rase du passé, on vient avec cet album comme s’il s’agissait de notre tout premier, sans se poser de questions, on a énormément travaillé dessus et on verra le résultat.

Vorph Samael

Ju de Melon : Rapide retour sur le passé récent du groupe, est-ce que l’album Above et ce retour vers un son plus black metal a comblé vos attentes et celles des fans selon vous ?

Vorph : Disons qu’Above c’était un projet à l’origine, on avait décidé de le sortir sous le nom de Samael suite à une décision collégiale… C’était d’ailleurs surtout moi qui avait poussé en ce sens car j’aime beaucoup l’énergie de cet album que je trouve très abouti artistiquement, il y a quelque chose de « brut » et de ne pas trop contrôlé par rapport à ce qu’on avait fait juste avant. Il a donc comblé mes attentes personnelles. Là pour ce nouvel album, on a passé beaucoup de temps à l’écrire mais la période studio a été relativement rapide (2 mois à peine), contrairement à Solar Soul… Bref, nous sommes allés plus à l’essentiel mais il n’aura pas grand chose à voir avec Above.

Ju de Melon : Avez-vous déjà planifié votre prochaine tournée ?

Vorph : Et bien on a déjà cette tournée de prévue pour novembre-décembre, elle l’était avant la confection de l’album de toute façon. Pour nous c’est l’occasion de présenter un premier titre du nouveau CD sur scène, c’est déjà pas mal ! Et si on a le temps, on en présentera peut-être un autre, je ne sais pas encore. Après, en ce qui concerne la tournée du nouvel album, elle devrait débuter vers la sortie en mars. Rien n’est encore certain. Si ça ne devait pas se faire, on fera un maximum de festivals l’été prochain… Mais il y aura une tournée, c’est certain, que ce soit au printemps ou à la rentrée prochaine.

Ju de Melon : Revenons sur un sujet un peu plus polémique à présent… Tu as déjà évoqué ça tout à l’heure mais est-ce que ton point de vue sur la religion a évolué avec le temps ? Où en es-tu aujourd’hui ?

Vorph : Franchement, je croyais que j’étais « au-delà » de tout ça récemment, que j’avais un peu fini de m’en préoccuper. Personnellement, cela faisait un moment que ça ne me touchait plus trop, ici d’ailleurs je ne fais pas d’attaque d’un point de vue strictement personnel sur ce nouvel album. C’est une critique plus générale par rapport à ce qui se passe autour de moi, par rapport à des trucs que je ne pensais pas réentendre mais qui sont toujours là et c’est un peu agaçant. Il est vrai qu’avec le groupe on travaille toujours un peu en cercle fermé, on a donc l’impression que les choses avancent et évoluent avec plus de laïcité et de compréhension, avec moins de superstition… Puis finalement quand tu te retrouves parfois dans des cercles que tu ne fréquentes pas d’habitude, tu t’aperçois que rien ne change vraiment, il y a même un certain retour en arrière ! C’est plutôt par rapport à cela que j’écris mes textes, du moins ceux qui auront un rapport avec la religion sur cet album.

Ju de Melon : Tu n’es d’ailleurs pas sans savoir qu’il y a eu pas mal de problèmes ici en France au niveau du Hellfest, avec quelques groupuscules de chrétiens extrémistes qui se sont offensés contre l’affiche de l’édition 2010… Je ne sais pas si tu as vu celle de l’édition 2011, mais elle est encore plus explicite ! Que penses-tu de tout ce bruit ?

Vorph : On m’a vaguement dit qu’il y avait eu des pressions en effet auprès des sponsors etc, j’avais entendu parler de ce problème. Mais là ça rejoint exactement ce que je suis en train de te dire, c’est exactement pour ce genre de chose que j’ai réécrit des textes en rapport avec ce « problème ».

Ju de Melon : En parlant du Hellfest 2011, est-ce possible d’y imaginer un concert de Samael ?

Vorph : Ce ne serait pas impossible, je t’avoue que j’en sais trop rien. On y a joué il y a deux ans il me semble, et je ne sais pas avec quelle régularité ils invitent les groupes. Je sais que pour le Wacken c’est en règle générale tous les 3 ans. Mais si le Hellfest nous invite, on vient, bien sûr !

Ju de Melon : Plus personnellement, qu’écoutes-tu comme musique et groupes en ce moment ?

Vorph : J’ai surtout beaucoup écouté du Samael vu qu’on a travaillé à fond sur l’album (rires) et aujourd’hui encore ! Sinon, en ce moment, j’écoute énormément de musique classique, ce qui constitue pour moi un bon break par rapport aux sons qui gravitent autour de moi. C’est une véritable porte de sortie.

Ju de Melon : Et ça te sert pour avoir de nouvelles idées avec Samael par exemple ?

Vorph : Je crois qu’à un moment donné tout ce que tu fais t’inspire un peu d’une manière ou d’une autre. Pour Samael, comme je ne m’occupe pas de la musique vu que Xytras s’occupe de tout niveau compo, je ne pense pas que ça joue. Après peut-être que sur la manière de poser ma voix ou mes tetxes, mes influences jouent un rôle, je ne sais pas trop. A vrai dire je ne pense pas mais c’est possible, je ne m’en rends pas vraiment compte. De toute façon en tant qu’artiste tu retranscris un peu les choses dont tu te nourris, que ce soit la musique ou les rencontres… la peinture, un film, une histoire que t’as vécue, un livre, que sais-je encore !

Vorph Samael

Ju de Melon : 2010 touche à sa fin, qu’as-tu retenu de cette année au niveau de la musique et plus spécialement du metal ?

Vorph : A vrai dire je n’ai pas eu le temps d’entendre grand chose de récent niveau musique… Je n’ai même pas vraiment écouté le dernier The Dillinger Escape Plan, un groupe que j’aime beaucoup, je crois que je l’ai entendu une fois mais je ne le possède pas encore. J’ai beaucoup aimé Shining, le groupe norvégien de black jazz, assez énorme ! Voilà ce que je vais retenir musicalement…

Ju de Melon : Quelques mots sur les récentes disparitions qui ont endeuillé le monde du metal ?

Vorph : En effet… Que ce soit Peter Steele ou Ronnie James Dio par exemple, ce sont des pertes très importantes pour nous. J’adorais beaucoup Type O Negative, et même Carnivore à l’époque… Peter avait quelque chose du génie un peu incompris. Quant à Dio, c’était une légende, ça c’est clair…

Ju de Melon : Et la scène metal locale en Suisse, tu en penses quoi ?

Vorph : Il y a quelques grands groupes qui émergent et qui commencent à pas mal tourner. Par exemple Sybreed, ou encore Kruger… Il y a aussi le groupe de Makro, notre guitariste, qui s’appelle Sludge et qui officie dans un death doom un peu basique mais qui rend très bien en concert.

Ju de Melon : Merci beaucoup pour cette enrichissante entrevue, quelques derniers mots pour les fans français ?

Vorph : Et bien écoute, j’ai hâte de revoir tout le monde ! Là d’ici la fin de l’année on va faire trois dates en France mais aucune à Paris malheureusement, mais bon ce sera pour l’année prochaine. Je sais que La Loco n’existe plus et c’est bien dommage, mais bon on trouvera très certainement un autre endroit pour nous accueillir (rires) !

Malgré quelques petits problèmes de réception téléphonique, l’entrevue s’est déroulée dans la bonne humeur avec un Vorph visiblement impatient de nous faire découvrir le nouvel opus de Samael. Rendez-vous donc pris pour mars 2011, si tout va bien !

Chronique du nouveau single Antigod
Samael sur La Grosse Radio



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements