Sabaton (+ Delain et Battle Beast) au Bataclan (14.01.2015)

Panzer metal !
 

Après plus de deux ans d’absence, Sabaton revient enfin à Paris pour promouvoir son dernier album en date, Heroes. Avec un décor de scène à l’avenant, les Suédois ont fait péter le heavy metal dans un Bataclan plein à craquer, chauffé par un public surexcité et surmotivé. Pour ouvrir le bal étaient présents deux groupes à chanteuse : les Hollandais de Delain et les Finlandais de Battle Beast.

Battle Beast

Après avoir fait une entrée sur une bande-sonore épique, les six Finlandais démarrent leur court set (30 minutes) avec « Far Far Away », issu de leur dernier album en date, Unholy Savior. Battle Beast faisant la promotion de ce dernier, il lui donne une place de choix dans le set, en le représentant avec 3 chansons sur 6, dont la kitschouille « Touch in the Night ». Le reste du set est composé de deux titres du deuxième album, avec la tubesque « Out of Control », et une du premier, Steel, l’épique « Iron Hand », avant laquelle le claviériste Janne Bjökroth s’amuse à jouer quelques notes de « To Hell and Back » de Sabaton.

Battle Beast

Si le manque de place sur scène empêche les musiciens de bouger à loisir, force est de constater que le boulot est fait. Tout le monde est en place pour envoyer du riff à gogo et commencer la fête heavy metal sous les meilleurs auspices. On regrettera juste que le solo d' »Iron Hand » ait été très largement simplifié, Anton Kabanen aurait-il eu du mal à l’excercer ?

Battle Beast

En revanche, il n’y a rien à redire sur la performance de Noora Louhimo. La blonde ne fait pas un pet de travers et se montre toujours précise dans son interprétation. Que ce soit dans ses chansons ou dans celle de Nitte, première chanteuse de Battle Beast, la prestation est remarquable.

Ouverture de concert oblige, Battle Beast n’a pas joué devant un public très fourni malgré le fait que le Bataclan affiche quasiment complet. Le groupe a néanmoins pu dévoiler sa musique bien heavy et a su convaincre certains fans de Sabaton avides de riffs et de rythmiques martiales.

Battle Beast

Setlist :

Far Far Away
Black Ninja
Touch in the Night
Madness
Iron Hand
Out of Control


Delain

Au tour maintenant des Hollandais de Delain d’entrer en scène. Si la musique de Battle Beast est très proche de celle du groupe en tête d’affiche, on ne peut pas en dire autant de Charlotte Wessels et sa bande, qui font quelque peu figure d’outsiders avec leur metal mignonnet riche en samples et en jolies mélodies.

Delain

Le son est propre et très équilibré, permettant aux spectateurs d’apprécier les performances de chaque musicien, aussi bien les guitaristes Merel Bechtold et Timo Somers que le claviériste et fondateur Martijn Westerholt. Tout ce beau petit monde est bien carré, bouge comme il faut de part et d’autre de la scène, mené par une Charlotte en forme, qui n’a de cesse de chatouiller le public avec ses vocalises plus ou moins réussies, mais qui est toujours là pour chauffer les spectateurs réceptifs.

Delain

Car si Delain jouit d’une fan-base plutôt fournie, il fait les frais de sa position d’outsider par rapport à l’affiche résolument heavy. Du coup, les amateurs de gros riffs velus restent sur leur faim et ont droit à 40 minutes de metal symphonique aux fortes émanations pop. Le mélange est bien fait et plein de bonne volonté, mais ne fait pas l’unanimité.

Les Hollandais ont pris un risque en participant à cette tournée de Sabaton. Risque qui pourra payer par la suite s’ils arrivent à convaincre suffisamment de fans d’une scène qui n’est pas forcément la leur. L’avenir le dira.

Delain

Setlist :

Mother Machine
Get the Devil Out of Me
Army of Dolls
Go Away
Pristine
Not Enough
The Gathering
Tell Me, Mechanist
We Are the Others


Sabaton

Place maintenant au plat de résistance ! Dans un Bataclan plein à craquer, Sabaton se prépare à faire un gros show, avec son plus gros concert en tête d’affiche en France. Pour cela, les Suédois ont sorti l’artillerie lourde, au propre comme au figuré.

Au propre, parce que les bouchées doubles ont été mises sur la production scénique, avec la présence d’un énorme tank sous la batterie, qui prend la moitié de la scène. En plus de cette machine de guerre, le groupe s’est également fait plaisir avec le système d’éclairage, donnant un aspect encore plus spectaculaire à leurs chansons guerrières.

Sabaton

Au figuré, parce que la setlist de Sabaton est bien musclée. Finie la ballade « The Hammer Has Fallen » comme en 2012 ou les mid-tempos sérieux comme « The Final Solution » ou « Rise of Evil », Sabaton fait dans l’énorme à tous les étages. Heroes prend une place de choix dans la setlist, avec les évidentes « To Hell And Back » et « Resist and Bite », ou encore l’excellent mid-tempo « Far from the Fame ». Pour le reste, Joakim Broden avait déclaré jouer des titres de chaque album du groupe, ce qui est le cas, avec les classiques comme « Ghost Division » ou « Primo Victoria », ou des morceaux plus rares comme « 7734 » ou « Got Mit Uns » en version suédoise.

Sabaton

Avec une telle explosion de metal, le groupe reste égal à lui-même, surtout le frontman Joakim, toujours en très grande forme. A l’aise au chant, il montre ses capacités de guitariste en jouant avant « Resist and Bite » des extraits de « Beat it » (Michael Jackson), « Fear of the Dark », « Run to the Hills » (Iron Maiden) et « Master of Puppets » (Metallica) et l’intro de « Seek and Destroy » (Metallica) avant « Uprising », avant de se faire couper les cordes par un technicien.

Proche du public, il lui propose toujours de voter pour certains morceaux, en donnant le choix entre « White Death » et « Uprising » ou entre « Lion from the North » et « Smoking Snakes ». Voyant que le public lui demande de sauter avec lui en fin de concert, il descend directement dans la foule pour chanter « Primo Victoria » après les jubilations du public à la vue de son T-shirt « Je suis Charlie ».

Sabaton

Le public n’en finit pas de jubiler, justement, pendant une heure et demie. Très en forme tout au long du set, les spectateurs s’adressent comme un seul homme à Sabaton, réclamant de la bière et demandant à Joakim de se mettre à poil. Evidemment, le public a aussi bien révisé son Sabaton et chante à tue-tête les refrains des désormais classiques « Carolus Rex » et « Metal Crüe ».

Pas de quartier pour Sabaton, qui a, une fois de plus, prouvé qu’il était partout chez lui, tant qu’il est sur scène. Outre le talent d’interprétation des musiciens qui n’est plus à prouver, c’est un groupe qui arrive à faire la fête en toute circonstance, la banane aux lèvres et les poches débordant de riffs.

Sabaton

Setlist :

Europe – The Final Countdown [sur bande]
The March To War [sur bande]

Ghost Division
To Hell and Back
Carolus Rex
40:1
Gott Mit Uns [version suédoise]
The Art of War
7734
Soldier of 3 Armies
Resist and Bite
Uprising
Far from the Fame
The Lion From the North

Rappel :

Night Witches
Primo Victoria
Metal Crüe

Dead Soldier’s Waltz / Masters of the World [sur bande]

Photos : © 2015 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements