Dracula – Swing of Death

Jorn Lande n’est pas le plus aisé des vocalistes avec lequel on peut travailler, tout le monde est au courant de ça. Et pourtant, ça n’a pas empêché le guitariste et compositeur Trond Holter (Jorn, ex-Wig Wam, ex-Dream Police) de s’associer avec la diva norvégienne. Et même si les deux comparses ont déjà collaboré ensemble sur le dernier album du vocaliste, c’est ici sur un nouveau projet qu’ils se sont embarqués : Dracula, dont le premier méfait intitulé Swing Of Death  s’avère être un concept album aux allures d’opera rock basé sur le célèbre personnage de Bram Stoker.

Outre Trond et Jorn, on retrouve ici le bassiste Bernt Jansen qui lui officiait dans Artch mais aussi Wig Wam, ainsi que sur Traveller (dernier album de Jorn). On retrouve également le batteur Per Morten Bergseth, connu pour avoir joué au sein de Sonic Debris, groupe de metal prog officiant jusqu’au début des années 2000, et de la chanteuse Lena Floitmoen, qui interviendra à plusieurs reprises tout au long de la galette, donnant ainsi la réplique à Jorn et sa magnifique voix chaude et entrainante.

Qui dit concept album dit bien souvent surprises, expérimentations, ou tout simplement une musique un peu plus recherchée, fouillée qu’à l’accoutumée. Et bien ce sera ici le cas, tout du moins en partie. Car si le premier single de l’album « Walking On Water » montrait un heavy mélodique, teinté de hard rock assez proche de certaines œuvres du suédois Magnus Karlsson (ayant lui aussi travaillé avec Jorn, notamment sur les trois premiers opus du projet Allen/Lande), bien des pièces présentes s’avèrent plus surprenantes.

L’opener « Hands Of Your God » pose d’une manière assez surprenante les bases de l’album, puisqu’il s’agit d’une ballade à l’ambiance sombre, sur laquelle le norvégien à la voix d’or fait des merveilles. « Masquerade Ball » elle aussi commence d’une manière assez douce, et se muscle peu à peu. « River Of Tears » possède une montée très FM rappelant fortement Wig Wam sur le refrain chanté par Lena, et il en sera de même pour la mélodie du refrain de la finale « Under The Gun », que l’on croirait écrite pour Age Sten Nilsen, vocaliste de la précédente formation de Trond et Bernt.

Je parlais plus haut des qualités de Holter avec une six cordes en mains, il n’est pas difficile de les remarquer à travers les solos de « Under The Gun », du single « Walking On Water », de la folle cavalcade effectuée sur la fin du magistral « Queen Of The Dead » ou encore sur l’instrumental « True Love Through Blood », le bougre sait se servir de son instrument et le fait savoir.

Amateurs déçus des dernières livraison de Jorn, et bien sachez que cet opus a tout pour vous réconcilier avec l’artiste. Il enterre la dernière livraison de Allen/Lande, et fait peut être même parti des meilleures œuvres de l’artiste. Si vous aimez le heavy mélodique à la Karlsson et que les éléments théâtraux pouvant évoquer le travail de Meat Loaf, et bien foncez sur ce Dracula. Swing Of Death est un opus varié, terriblement accrocheur, et mené de mains de maîtres par deux artistes inspirés.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements