Devin Townsend parle de Z²

"J'ai l'esprit de contradiction"
 

Artiste multiple et touche-à-tout, Devin Townsend a sorti l'année dernière la suite d'un de ses album-phare : Z², qui fait suite à Ziltoïd the Omniscient (2007). Il a donc pu décortiquer son album, évoquer le processus de création, mais aussi donner plusieurs éléments sur sa vision de lui-même en tant qu'artiste, de ses projets et de sa manière d'agir. Franc du collier, il ne mache pas ses mots pour répondre aux questions de la Grosse Radio.

Interview par Yog / Retranscription par Vyuuse

Bonjour Devin, merci de nous accorder cette interview. Maintenant que tu as sorti , est-tu soulagé que les fans arrêtent de te demander d'en faire une suite ?

Je ne l'ai pas fait parce qu'on me l'a demandé, sinon je me serais remis à faire du Strapping Young Lad. J'ai l'esprit de contradiction avec les gens, souvent, je veux faire le contraire de ce qu'ils veulent. C'est ce que je dis à ma femme : "Si tu veux que je fasse quelque chose, ne me demande pas de le faire." Quelque part, je suis toujours un adolescent dans ma tête. Il se trouve que Ziltoïd était inachevé pour moi, alors que j'ai fini ce que j'avais à faire avec Strapping Young Lad et The New Black (2006). J'y ai dit ce que j'avais à dire. Pour Ziltoïd, je ne sais même pas si le projet est vraiment fini à l'heure actuelle. Mais cette décision vient plus de mon initiative que de celle de quelqu'un d'autre.

Chris Jericho chante sur le disque Dark Matters, dans le rôle de Captain Spectacular. Pourquoi l'avoir pris alors qu'il n'apparaît pas sur le premier volet de Ziltoid ?

Tu as vu des photos de Chris Jericho ? C'est Captain Spectacular ! [rires] Je l'ai rencontré à Londres il y a quelques années et ça me trottait dans la tête, jusqu'à ce qu'un ami me propose de le prendre, vu que je me plaignais du trop grand nombre de rôles à prendre sur cet album. Cela faisait trop de voix pour moi seul ! C'était la seule personne à laquelle je pensais pour endosser ce rôle et je suis très content d'avoir pu l'intégrer.

Devin Townsend

Z² est divisé en deux disques : Dark Matters est vraiment metal, alors que Sky Blue est plus léger, plus pop. Un peu comme Epicloud et Addicted…

Oui, carrément, je dirais même qu'il y a plus de clavier sur Sky Blue, et plus d'influences des années 80. La démarche que j'ai faite sur Sky Blue est comparable à celle sur Epicloud. Habituellement, je ne suis pas très familier avec les arrangements normaux, je préfère travailler activement avec des formes plus libres et ça donne ce résultat. Je force les mélodies et les rythmiques à aller ensemble, plutôt que d'organiser ça autour d'une structure établie. Pour les deux derniers albums, j'ai appris des éléments structurels, car je ne m'en étais jamais vraiment soucié avant. De ce fait, Sky Blue est plus classique dans son ensemble. C'est un moyen de m'entraîner.

Du coup, peut-on dire que ces deux disques sont complémentaires ?

J'aimerais que ce soit le cas, mais ils ont moins de choses en commun que la pochette suggère.

As-tu d'autres projets théâtraux à la Dark Matters dans les cartons ?

Je ne sais pas et je pense que c'est le bon moment pour dire "je ne sais pas" dans une interview. Pendant des années, j'ai parlé de choses tellement en avance que je me suis fixé des choses à faire, ce qui est frustrant au final. Cet album en est un bon exemple, j'ai parlé de multimédia, d'orchestration, bla bla bla… C'est une chose de le dire, mais c'est tout autre chose de mettre ça en place. Quand j'ai réalisé la quantité de travail que je m'étais donné suite à ces déclarations, je me suis dit "merde". [rires] Du coup, maintenant, quand on me demande ce que je compte faire à l'avenir, je dis juste que je ne sais pas. J'ai quelques idées, mais il faut que je me retienne d'en parler pour l'instant. C'est la seule option que j'ai, il fait que je me concentre sur ce que j'ai à faire dans l'immédiat, parce qu'il y a tout un tas de choses à faire !

Penses-tu que le fait de sortir un double-album reflète plus ta personnalité qu'avant ?

Je pense que tout ce que je fais reflète ma personnalité à l'instant où c'est fait. C'est comme ça que je sais si un disque est bon, s'il reflète l'état dans lequel j'étais au moment où il a été créé. En cela, chaque album que j'ai fait reflète autant ma personnalité.

As-tu d'autres projets concernant Ziltoïd ? Pourquoi pas un Ziltoïd : le film ?

J'adorerais, mais j'ai dépensé tout l'argent que j'avais gagné, même plus, sur ce dernier album et sur ce qui va avec. Du coup, pour tout ce qui suivrait, que ce soit une émission de télévision ou un film, je n'ai juste pas les moyens de les financer. Il faudrait que quelqu'un d'autre me propose ce projet et, dans ce cas, j'en serais ravi. Mais personne ne m'a encore appelé pour ça…

Tout ce projet multimédia  a été rendu possible après la campagne de Crowdfunding pour le projet Casualties of Cool. T'attendais-tu à autant de succès ? Comptes-tu retenter l'expérience ?

Je ne m'y attendais pas, mais je savais qu'il y avait des possibilités. C'était une expérience très difficile et ce n'est pas fini. Il y a eu un problème dans la fabrication de l'album Casualties of Cool et on est toujours en train d'essayer d'assurer les commandes qui ont été passées. Cela a provoqué beaucoup de stress pour tous ceux qui ont participé au projet, y compris ceux qui ont passé des commandes. Je ne veux pas laisser tomber les gens, mais il y a des choses qu'il faut garder sous contrôle. A cause de ce problème de fabrication, je ne suis pas réellement prêt à recommencer cette expérience. Les gens ont été si sympas dans la participation que ça me suffit, je n'ai pas besoin de plus. J'ai demandé ce dont j'avais besoin pour Casualties of Cool et j'ai pu faire cette série Ziltoid parce que j'ai reçu plus que ce à quoi je m'attendais. Je déteste l'argent, mais j'en ai quand même besoin. C'est très compliqué comme démarche, du coup, tout ce que je peux dire, c'est que je ne sais pas si je retenterai l'expérience. J'ai beaucoup de respect pour le public et, en tant que musicien, je ne peux pas me mettre dans une position inconfortable comme ça a été le cas avec cette campagne. Il y avait trop de choses à gérer pour moi. Je ne bois pas, je ne fume pas d'herbe, mais il y a eu un moment cet été où je me suis dit "Il me faut un verre !" [rires]

Devin Townsend

Ces deux projets, bien que différents musicalement, parlent tous les deux de l'espace. Quelles sont tes références en science-fiction ?

Je pense que l'histoire de est tellement pourrie que j'ai juste pris des bribes d'histoire ça et là pour en faire le résultat le plus cliché possible. Il y a La Guerre des mondes, Star Trek, Star Wars, Total Recall… J'ai puisé mon inspiration de mes souvenirs de ces histoires de science-fiction. Mais je ne suis pas un grand fan de science-fiction, je regarde peu de films comme ça. Les rares fois où je regarde la télévision, c'est pour des documentaires. Je n'ai pas beaucoup d'intérêt pour la fantasy en ce moment dans ma vie. Il se trouve que, pour ces deux projets, je me suis laissé aller dans des histoires de science-fiction. Du coup, il doit y avoir quelque part chez moi un intérêt dedans, mais ce n'est pas un processus conscient. J'ai juste suivi ce que j'avais commencé à écrire.

Nous avons fait une interview de Steve Vai et il adorerait faire de la musique avec toi. As-tu des artistes avec qui tu aimerais, toi, collaborer à l'avenir ?

Honnêtement, non. Je pense que ma prochaine étape incluera des collaborations, mais c'est compliqué comme idée, surtout si ce sont des gens à l'avis marqué. Si jamais je m'y mets, je veux  que ça se passe avec tout le monde sur le même pied d'égalité, avec un producteur extérieur. Je ne veux pas être produit par Steve Vai, par exemple. Le souci, c'est que la plupart du temps, quand un artiste te parle de collaborer avec lui, il veut dire "vient travailler sur ma musique". Cela ne m'intéresse pas du tout. Tout dépend de comment de comment tu définis la relation avec l'autre. Si ça arrive naturellement, on peut réellement parler de collaboration. J'ai collaboré avec plusieurs artistes, comme le batteur Morgan Ågren, avec qui je vais faire d'autres choses, ou encore Ché Aimee Dorval, toujours sur Casualties of Cool. C'est le type de collaboration que je souhaite. Pas un super-groupe. On créé de la musique par passion et on essaye d'en faire quelque chose, plutôt qu'une bataille de volonté basée sur l'égo. Beaucoup de gens me demandent de collaborer, pardois des gens que j'aime beaucoup, parfois des gens connus, mais je prends du recul et me demande comment est notre relation. Si elle est hostile, la musique sera comme ça, si on est trop polis l'un envers l'autre, la musique sera comme ça aussi. Je veux une communication saine avec l'autre, je veux pouvoir régler les problèmes simplement, sans les sous-entendus et les à-côtés. Honnêtement, il n'y a pas beaucoup de personnes avec qui j'entretiens ce type de relation. J'y travaille avec certains, mais, c'est rare. Peut-être que le problème vient de moi, mais je pense être ouvert avec les gens. Du coup, je ne sais pas. La dernière fois que j'ai vu Steve Vai, c'était bien, mais étrange, donc je ne pense pas que ça ne demandera pas d'effort.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements