Korn (+ The Qemists) à  la Rockhal de Esch-sur-Alzette (04.02.2015)

Après la sortie de l’album The Paradigm Shift, globalement bien accueilli par les fans et la presse et une première tournée européenne l’année dernière passant par la France, le groupe est de retour sur les planches pour quelques dates sur le vieux continent, parmi lesquelles une à la Rockhal (Luxembourg). Pour cette dernière date, environ 3000 personnes se sont réunies pour accueillir comme il se doit  Jonathan Davis  et ses compères, ainsi que The Qemists, faisant office de première partie pour cette soirée. 

The Qemists

The Qemists est un groupe de drum’n’bass, avec de larges influences du côté du rock, de la musique électronique et du dubstep, le tout porté par la voix d’un chanteur/hurleur ainsi que d’un rappeur. Dès les premières notes, le public est emporté par la musique entraînante et innovante que proposeront les musiciens, assez éloignée de l’univers de Korn – si on fait exception de leur album concept dubstep. Le son est d’une précision relativement rare pour une ouverture, avec une prédominance des samples et synthés permettant de donner une ambiance particulière aux morceaux, ainsi que des sections rythmiques. Le mariage des voix fera lui aussi son petit effet, et le public acclamera chaleureusement la performance entre chaque morceau. Cependant, les minutes passent, les morceaux se ressemblent et on constatera un essoufflement progressif jusqu’à la fin du set. Malgré tout, une excellente performance permettra au groupe de ravir les personnes présentes.

Korn

Puis entrent en scène les maîtres du nu metal, sous un tonnerre d’applaudissements. Dès les premières notes de « Twist », on sent la foule se déchaîner, et les fans de Korn sont bel et bien au rendez-vous, chantant les paroles de chaque morceau. Ceci s’explique en grande partie par une setlist axée sur les classiques du groupe, ne comportant que peu de morceaux récents (les albums sortis ces dix dernières années seront totalement délaissés, exceptées trois chansons de The Paradigm Shift). La voix si caractéristique de Davis, tantôt nasillarde et coassante, sera ainsi fréquemment recouverte par les chants et cris du public, pour le plus grand bonheur du groupe qui, malgré un certain manque d’interaction avec les fans, a l’air visiblement ravi d’être sur scène. Le set sera rondement mené, mais malheureusement sans surprises, avec un véritable enchaînement de singles. Une setlist qui ravira par conséquent les personnes voyant Korn en concert pour la toute première fois, mais qui pourrait laisser sur leur faim les « habitués ».

Korn

Du côté de la performance scénique, un magnifique jeu de lumière vient régulièrement mettre en valeur le show, tantôt très axé sur les riffs et rythmiques caractéristiques du nu metal, et tantôt plutôt porté sur les ambiances, menées par le claviériste, notamment sur les morceaux les plus récents ainsi que des interludes aux sonorités électro proposées à plusieurs reprises et permettant aux musiciens de faire un pause. L’enthousiasme du public ne faiblira pas, contrairement à la prestation du groupe qui, au fur et à mesure du set, semblera s’essouffler, notamment sur les vieux titres, les musiciens semblant parfois plus à l’aise sur les titres récents extraits du dernier album en date – Jonathan Davis en tête, plongeant régulièrement le regard vers le sol et ce qu’il semble être des prompteurs. Parmi les chansons menant le concert à son apogée et étant extrêmement bien accueillies par un public déchaîné, figureront « Here To Stay », « Shoots And Ladders », « Freak On A Leash » et également « Blind », interprétée en rappel après un solo de batterie sans grand intérêt et rappelant aux spectateurs la sortie du premier album, Korn, il y a vingt ans de cela.

Un concert que l’on retiendra comme étant placé sous le signe des grands classiques et singles, satisfaisant pleinement les nombreux fans présents pour l’occasion, et permettant à Korn de réaffirmer clairement son statut de groupe phare du genre qui, qu’on n’aime ou pas sa musique, reste particulièrement imposant et par conséquent intéressant à voir au moins une fois sur scène.

Setlist :
Twist
Here To Stay
Right Now
Love & Meth
Falling Away From Me
Spike In My Veins
Good God
Hater
Shoots And Ladders + One (Metallica)
Got The Life
Did My Time
Coming Undone
Freak On A Leash
Another Brick In The Wall (Pink Floyd)

Rappel :
Drum Solo
Y’All Want A Single
Blind



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements