Swallow the Sun / Sólstafir / Mar de Grises au Glazart (18.12.2010)

Samedi 18 décembre 2010, premier jour des vacances de Noël et jour de concert sur Paris. Alors que la neige menace voire commence à s’abattre, c’est en transport en commun et non comme prévu en voiture que votre serviteur, accompagné de son acolyte Sanguine_Sky pour l’occasion, se rend sur Paris.

Profitant malgré nous de l’horaire inhabituel, nous savons tout de même que nous ne pourrons pas assister à ce show doom/expérimental jusqu’au bout. Peu importe, être là semble déjà une victoire au vu des conditions climatiques, et c’est en compagnie d’une team Heavylaw (un salut amical à Cyric, Quetzy et Whysy au passage) bien représentée que nous faisons la queue sous une brise glaciale. 16h35 et des poussières, les barrières se mettent en place et nous pouvons enfin pénétrer dans le sacro-saint Glazart, obscur lieu de concert quelque peu perdu dans le 19ème…

MAR DE GRISES

Sanguine_Sky : Après un temps d’attente plutôt court, ce sont les chiliens de Mar de Grises qui se lancent sur le devant de la scène, malgré un public assez clairsemé. Et dès les premières notes, l’ambiance s’installe, le show peut commencer…

Et quel concert ! Une setlist rondement menée et faisant intervenir des morceaux de chacun de leurs albums. Le dernier étant plutôt récent, ce fut également une occasion pour les sud-américains de présenter quelques morceaux du nouvel opus, à l’instar de « Shining Human Skin », déjà excellente sur format physique, mais qui prend une autre dimension en live, plus magique et intense…

Le public semble plutôt emballé et réserve un accueil enthousiaste aux cinq membres de la formation. Le doom progressif du combo emporte l’adhésion d’une majorité des personnes présente dans la salle, une excellente occasion pour ceux qui ne connaissaient pas de découvrir.

Et que dire du chanteur/claviériste si ce n’est que ses growls sont si puissants et si longs qu’ils font trembler ?! Bon, cela dit les titres sont très complèxes et si certains n’ont pas accroché, c’est bien normal. Mais nous pouvons le clamer haut et fort : Mar de Grises, c’est excellent !

Mar de Grises / Glazart

Ju de Melon : Que rajouter de plus ? Ce subtil mélange de complexité aérienne et de technicité émotionnelle en a ébahi plus d’un, votre serviteur y compris. Et le seul regret que nous pouvons avoir au final est de ne pas avoir pu assister à une performance plus longue… Je n’ose imaginer un concert de plus d’une heure avec des morceaux comme « One Possessed », « Summon Me » ou « Starmaker » en plus… nous espérons ceci pour bientôt !

Aucun défaut de son à relever si ce n’est un mixage très brut sur les basses (une habitude au Glazart), et un quintet parfaitement rôdé qui nous ennivre dans une atmosphère sombre et froide. Ce sont ici les hauteurs isolées du Chili qui nous sont contées en musique, le chant pénétrant du (aussi) claviériste Juan Escobar faisant vibrer la moindre paroi de notre subconscient, le bonhomme étant aussi à l’aise en voix claire qu’en guttural profond.

Les images et impressions ressenties sont ainsi très difficiles à retranscrire en quelques mots, soulignons juste l’enchaînement parfait entre « Shining Human Skin » et « The Bell and the Solar Gust » qui illustrent le nouvel album Streams Inwards à sa juste valeur. Bref, lançons ici le leitmotiv de ce report en disant que c’est à groupe « à revoir »… D’autant plus que la gentillesse de ses membres après show montrent bien la passion d’une formation atypique.

Mar de Grises / Glazart

Setlist :

– El Otro
– Shining Human Skin
– The Bell and the Solar Gust
– Deep Seeded Hope Avant-garde
– To See Saturn Fall

SOLSTAFIR

Sanguine_Sky : Après le sud, place au Nord ! Direction l’Islande pour retrouver un combo plutôt atypique et original. Attention, c’est l’heure des noms imprononcables : le groupe, Sólstafir, mené par son charismatique frontman Aðalbjörn Tryggvason, semble avoir fait l’unanimité !

Les titres se suivent mais ne se ressemblent pas, s’enchainent pour le plus grand bonheur d’un public aux anges et rêveur ! Le chanteur/guitariste (très) alcoolisé fait beaucoup dans l’humour et chante avec brio (serait-ce le petit nom donné à sa bouteille de whisky ?), même si la crainte de le voir faire un coma éthylique est parfois présente.

De plus, la formation n’a pas oublié son titre phare, celui que tous attendaient : « Köld », pour le plus grand bonheur des fans. Ainsi qu’un extrait inédit du futur album, alors comment donc ne pas être comblé ? D’autant plus que le morceau augure le meilleur pour ce brûlot à venir (prévu pour fin 2011 si tout va bien) !

Que dire d’autre sinon que la prestation fut, une fois encore, un vif succès ? Un groupe à revoir, tout comme le précédent !

Solstafir / Glazart 2010

Ju de Melon : J’avais déjà eu la chance de voir Sólstafir live en septembre 2009, en ouverture du groupe allemand Secrets of the Moon. Les revoici donc parmi nous, même lieu, même ambiance, et une certaine maturité en plus pour le combo venu de l’extrême nord. Le setlist, en apparence plus courte que lors du dernier passage au Glazart, s’avère efficace et nous plonge dans des ambiances claires obscures tournoyantes.

Evidemment, « Köld » remporte la mise, très bien épaulée par l’inédite au titre inconnu (probablement en islandais) et au refrain déjà bien ancré dans nos têtes. Sólstafir nous offre même au passage une excellente version live du long titre « Goddess of the Ages », chanson planante à souhait qui passe bien mieux en vraie que sur CD il faut le reconnaître.

Sur scène, le jeu est carré tout en étant dilué de sincérité, Aðalbjörn (feat. son ami Jack Daniels) se donne sans compter sur chaque note de sa voix aigre douce variant jusqu’à une furie black décontrastée. Le guitariste lead Sæþór Maríus Sæþórsson (à vos souhaits), chapeau vissé sur la tête, ne bronchera pas de son coin, pénétré tel un Don Anderson des grands jours. Evidemment, la voici encore cette comparaison avec Agalloch, même si nos amis islandais possèdent réellement leur propre univers bien à eux.

A revoir, oui, encore une fois et pour l’éternité !

Solstafir / Glazart 2010

Setlist :

– 78 Days in the Desert
– Köld
– (Nouveau morceau au titre inconnu)
– Goddess of the Ages

                     

SWALLOW THE SUN

Sanguine_Sky : Restons en Scandinavie (ou ses alentours), passons de l’Islande à la Finlande, voici que monte sur scène la tête d’affiche de cette soirée : Swallow the Sun.

Malheureusement, à cause des mauvaises conditions climatiques s’abattant sur Paris, nous avons été obligés de partir plus tôt que prévu, ainsi je ne pourrais parler en détail de cette prestation. Mais on peut tout de même affirmer que le public semblait s’être déplacé spécialement pour ce groupe-ci, au vu des réactions d’enthousiasme témoignées à l’égard des finlandais.

Quoiqu’il en soit, force est de constater que leur musique rend très bien sur scène et c’est un plaisir d’entendre qu’un peu tous les albums sont mis à l’honneur en cette soirée. Le premier titre, « These Woods Breathe Evil », bien connu des fans, commence le set et titille un plaisir que la foule ne pourra plus masquer.

Mikko Kotamäki chante bien, c’est indéniable, mais semble légèrement statique. On imagine aisément que cela doit faire partie des habitudes de la formation.

Bien mené, carré et professionnel, Swallow the Sun est un groupe, là encore décidément, à revoir.

Swallow the Sun / Glazart

Ju de Melon : A revoir, à revoir, oui, encore et toujours ! Décidément, les trois groupes auraient dû rejouer dès le lendemain… Là encore, je ne pourrai pas dire que j’ai pu apprécier Swallow the Sun dans les meilleures conditions. Après un show au Hellfest assez vite expédié, en plein air et plein jour, j’attendais impatiemment de les observer en tête d’affiche et dans l’obscurité d’une salle fermée. Cependant, comme signalé plus tôt, Alexis et moi avons été obligés de partir avant la fin pour cause de neige et transport en commun à attraper (voiture sagement restée au garage). Juste l’occasion tout de même de croiser notre pote Timo, chanteur-guitariste de Synthetic Waterfall et ami du groupe, avant d’aller affronter froid et neige à courir derrière le dernier train de banlieue…

De ce que nous avons vu, autrement dit la moitié du show jusqu’à « Out of This Gloomy Light », nous pouvons retenir une chose : une énergie contrôlée et froide à la finlandaise qui déborde de puissance avec un Mikko certes peu mobile mais qui balance ses lignes de chant avec un charisme certain. Mais aussi un son très bien balancé et solide à nos oreilles, faisant ressortir chaque variation des compositions récrées devant nous avec une fidélité déroutante. Merci à l’ingénieur du son pour le coup !

Personnellement ravi des titres « Falling World » et « Sleepless Swans », parmi mes préférés du groupe, j’ai pu laisser le soin à Lionel alias Born 666 d’assurer photographiquement la fin du show, lui qui était en transit avant le concert d’Airbourne au Trabendo. De ce qu’il a pu nous dire, le spectacle s’est parfaitement terminé comme il avait commencé, avec un splendide final sur « Swallow » mais l’impasse faite sur « The Justice of Suffering » (pourtant jouée à Marseille).

Swallow the Sun / Glazart

Setlist :

– These Woods Breathe Evil
– Hold This Woe
– Falling World
– These Hours of Despair
– Sleepless Swans
– Out of This Gloomy Light
– Plague of Butterflies
– New Moon
– The Giant
– The Ship
– Swallow

Swallow the Sun / Glazart

Une bien belle soirée… euh après-midi pardon, en ce samedi très (trop) enneigé ! Trois très bons groupes qui ont su transmettre leurs émotions et quelques rencontres intéressantes qui resteront gravées dans la mémoire collective. C’est ça aussi, l’ambiance metal !

Nous quittons donc les lieux l’âme remplie d’émotions positives pendant que d’autres se préparent pour Airbourne, Lady Gaga (ah non, annulé à cause du verglaglas, dommage) ou Dorothée.

… Au fait, puisqu’on y est, Joyeux Noël à toutes et à tous ! (et bonne digestion)



Swallow the Sun sur La Grosse Radio
Sólstafir sur La Grosse Radio
Mar de Grises sur La Grosse Radio


Chronique de l’album Streams Inwards de Mar de Grises

Revivez la prestation de Swallow the Sun au Hellfest 2010



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements