Black Rainbows – Hawkdope

Black Rainbows n'a pas chômé ces dernières années et a enchaîné les splits avec d'autres formations stoner (The Flying Eyes ou encore Naam). Auteur également d'un EP, la formation a pourtant pris son temps avant d'offrir à son public un nouvel album, son quatrième. Hawkdope. Avec une durée conséquente séparant cette nouvelle œuvre de leur précédent essai longue durée Supermothafuzzalicious!!, au nom définissant à merveille la musique des Italiens, on peut ainsi espérer un opus mature et intelligemment écrit.

Une fois n'est pas coutume, l'album ne fera clairement pas date dans l'histoire pour son originalité débordante. Le trio italien se contente tout simplement de jouer son stoner avec conviction, panache et habileté, au travers de compositions classiques mais efficaces et variées. Ainsi, il n'est pas surprenant de retrouver de nombreux codes du genre au sein de l’œuvre : ambiances arides, riffs gras et sonorités psychédéliques, rien n'est oublié afin que l'auditeur ne soit nullement dépaysé. Black Rainbows ne sort jamais des sentiers battus mais compense cette absence de prise de risque par une inspiration débordante et un véritable talent d'interprétation. La piste d'ouverture « The Prophet » permet de se lancer directement dans le bain, et d'être accueilli par un titre débordant d'énergie. Refrain prenant, riffs acérés, solo de belle facture, le cahier des charges est respecté à la lettre et avec application. Tout cela n'est pas sans rappeler d'autres formations à la carrière bien plus ancienne et chargée, mais les Transalpins sont loin de faire de la figuration par rapport à leurs illustres ainés.

L'album évolue en terrain connu, mais démontre aussi les capacités des Italiens à écrire des pistes accrocheuses. « Wolf Eyes », qui emboîte le pas à « The Prophet », répond aux mêmes critères que cette dernière, mettant encore en avant les mêmes qualités et jouissant des mêmes points positifs. Tout cela est bien beau, mais encore faut-il savoir se renouveler et ça, c'est une pièce du calibre de l'éponyme « Hawkdope » qui va s'en charger, en apportant la preuve du savoir-faire du trio dans un registre différent. Privilégiant une composition qui tire en longueur et maintient l'intérêt vivace grâce à son atmosphère, la formation profite de ce temps imparti pour séduire au travers d'un excellent solo, ou d'une ligne de basse lourde, rappelant les belles heures du desert rock. La voix du frontman Gabriele Fiori se fait également plus posée, démontrant la faculté d'adaptation du chanteur à l'ambiance instaurée. S'il ne possède pas la voix la plus impressionnante du milieu, le jeune homme maîtrise son organe et le met au service du groupe.

Black Rainbows

Le combo est doué mais Hawkdope n'est pas exempt de petits défauts. Au-delà du manque de véritables surprises, quelques moments plus anecdotiques surviennent ça et là. « No Fuel No Fun » est un titre légèrement faiblard, pénalisé par son côté quelconque, tant des pistes du calibre de l'opener ou de « JesusJudge » apparaissent comme bien plus inspirées. De même, le timbre de voix de Gabriele est plutôt limité. L'Italien surmonte convenablement ce défaut la plupart du temps mais le manque de variété de son chant peut lasser sur la durée. Ces quelques éléments négatifs ne pèsent finalement pas lourd dans la balance, et la pièce finale « The Cosmic Picker », judicieusement placée en fermeture, convainc sans mal les plus sceptiques : une lenteur planante, une construction intelligente, un final réussi, il n'en faut pas plus pour quitter les trois compères sur les meilleures impressions.

Il n'est ainsi pas question de réinventer le fil à couper le beurre mais Black Rainbows se défend plus que bien dans son domaine. Loin d'être un simple suiveur sans envergure, le trio italien délivre avec Hawkdope une collection de morceaux agréables, qui passeront sans nul doute l'épreuve de la scène. Reste encore à se façonner une identité plus marquée et à faire preuve d'un peu plus d'ambition, et il est certain que le combo devrait faire davantage parler de lui à l'avenir. Les amateurs du genre vont, en tout cas, trouver leur bonheur dans ce quatrième disque des Transalpins.

Note finale : 7,5/10

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements