Mitja Harvilahti et Ville Sorvali de Moonsorrow au Cernunnos 2015


Entrevue avec Mitja Harvilahti et
Ville Sorvali de Moonsorrow – Cernunnos Festival 2015


Pendant que nous rations les joyeux Compagnons du Gras Jambon, nous avons pu discuter avec deux membres éminents de Moonsorrow, à l'origine du groupe. L'interview a été menée en duo par Thomas et Camille, spécialiste des langues finoises et anglaises, ce qui tombait drôlement bien !
 

----------------------------------------------


LA GROSSE RADIO : Votre dernier album est sorti en 2011, et maintenant vous sortez quelque chose de très spécial : un coffret avec  14 vinyles. Pourquoi ce choix ?

Mitja Harvilahti: Oui, 14 vinyles et il n’y en a déjà plus en stock. Ces vinyles ont été réalisés par un label appelé Blood Music. Ils nous ont contactés. J’ai rencontré le mec qui gère le label il y a quelques années. Il a eu l’idée de sortir un coffret Moonsorrow avec tout ce qu’on a fait. Ca a pris 2 ans pour le faire.

LA GROSSE RADIO: Et pourquoi avez-vous choisi de faire ça ? Est-ce que vous vouliez revenir sur tout ce que vous aviez déjà fait ?

Mitja Harvilahti: On voulait avoir une version vinyles de tous nos albums et la partager avec les fans. Seuls le premier et le dernier album sont sortis dans une version vinyle correcte.

LA GROSSE RADIO: On peut donc dire que vous avez une âme de collectionneurs.

Ville Sorvali: C’est le cas de notre batteur.

Mitja: Je collectionne aussi, mais pas des albums. Je collectionne plus des guitares, ce genre de choses.

Ville: Je collectionne les souvenirs, ce qui n’est pas forcément une bonne chose. Quand je serai vieux, toute ma collection sera perdue.

LA GROSSE RADIO: Ce coffret va faire partie des bons souvenirs ?

Mitja: Oui. Ce coffret s’appelle Heritage et c’est vraiment notre héritage musical dans un coffret.

LA GROSSE RADIO: Si vous appelez ce coffret votre héritage, est-ce que cela signifie que vous voulez arrêter la musique, ou allez-vous continuer ?

Ville: On fera de la musique aussi longtemps qu’on vivra. Je ne sais pas ce que sera le dernier album de Moonsorrow. On n’a rien prévu de particulier mais on fera de la musique jusqu’à la fin de nos jours.
 


LA GROSSE RADIO: Avez-vous prévu un nouvel album? Est-il déjà en cours de composition ?

Ville: On a déjà commencé à composer… il y a longtemps en fait… il y a deux ans.  On a composé quelques chansons mais on les a toutes jetées. A un moment, on s’est rendu compte que ce n’était pas le genre de musique qu’on voulait faire, donc on a tout recommencé. On est presque au bout de ce deuxième essai. L’album est presque complet. On sera en studio d’ici quelques mois.

Mitja: Il sortira au début de l’année prochaine.

LA GROSSE RADIO: Le fait que vous ayez tout jeté pour recommencer, est-ce un signe d’évolution dans votre musique, ou est-ce que les morceaux étaient trop différents de ce que vous faites habituellement?

Mitja: On veut toujours évoluer pour chaque album mais cette fois-ci ce qu’on a fait n’était pas assez bon. Ça ne sonnait pas comme étant un parfait album de Moonsorrow.

Ville: Quelque chose n’allait pas, sans savoir vraiment quoi.

Mitja: Oui, ça n’avait pas le bon esprit.

LA GROSSE RADIO: Dans vos chansons, vous parlez de paganisme et de la culture finlandaise. Est-ce que vous avez des activités en parallèle qui sont liées à cela, comme de la reconstitution historique, par exemple ?

Ville: On ne fait rien de païen et nous ne sommes pas religieux. On a seulement un grand respect pour la nature qui est à la base de tout. Nous ne serions pas là si nous n’avions pas une réelle connexion avec notre planète. C’est la source de tout.

Mitja: On ne fait pas de reconstitution. On laisse ça à d’autres qui aiment ça beaucoup plus que nous. Cela doit être super de revivre certaines choses que l’on ne peut pas trouver dans la société actuelle. Mais on ne ressent pas le besoin de faire ce genre de choses. Mais cela ne nous empêche pas d’avoir de l’intérêt et du respect pour l’Histoire.
 


LA GROSSE RADIO: Quel livre est posé sur votre table de chevet en ce moment ?

Ville: Je ne sais pas lire ! Enfin si, je sais… mais je dois l’admettre, et c’est plutôt honteux pour un intellectuel prétentieux comme moi, je ne lis pas tant que ça. J’ai beaucoup lu fut un temps, mais aujourd’hui je lis seulement des articles sur internet. Je lis toujours beaucoup de choses sur l’histoire et la mythologie. Je me rappelle encore du dernier livre que j’ai lu. C’était pendant un voyage pour le Japon. C’était un petit livre sur la vie en tournée, écrit par un ami et je l’ai lu pendant le vol.

Mitja: Je suis un train de lire un roman russe intitulé "Cocaine Novel", un truc comme ça. [NDLR: il s'agit probablement de "Novel with Cocaine" d'Ageyev] C’est du 19° siècle je crois. Je ne me rappelle plus qui est l’auteur, mais il est russe. C’est un roman sur un jeune homme dont la vie s’écroule. C’est drôle et triste à la fois. Mais le style est plutôt classique. Un bon roman russe.

LA GROSSE RADIO: Imaginons que vous ayez des fonds illimités. Quelle serait la chose la plus folle que vous feriez pour le groupe ?

Ville: Jouer sur la Lune. Personne n’a jamais fait ça. Et ça serait vraiment difficile d’obtenir un son sur la Lune à cause du manque d’atmosphère.

LA GROSSE RADIO: Dans notre interview précédente, nous avons posé la même question aux membres de Cruachan et ils voulaient aussi jouer sur la Lune mais ont finalement décidé qu’ils joueraient sur Mars.

Ville: Ok, donc on ira sur Jupiter ou le Soleil.

Mitja: Non, il va faire trop chaud pour Marko. Il déteste le chaleur. Ce sera Jupiter.

Ville: Non! Ou alors on pourrait embaucher quelqu’un qui nous construirait une véritable machine à remonter dans le temps qui marche et on jouerait pour les vrais Vikings. Je serais curieux de voir leur réaction… Ils nous tueraient probablement.
 


LA GROSSE RADIO: En parlant de choses folles. Quelle est la chose la plus folle que vous ayez faites sur scène ?

Mitja: Je ne sais pas, mais je sais très bien quelle est la chose la plus folle qu’il m’ait faite sur scène! On jouait en Hongrie, et je faisais un solo de guitare et soudain, il a chopé mon caleçon et a commencé à le tirer vers le haut. Il voulait craquer mon caleçon ! Il a essayé de le tirer si haut qu’il aurait pu me le mettre sur la tête. Il a essayé de m’étrangler avec mes propres sous-vêtements !

Ville: Oh… Ce n’est pas ce que j’essayais de faire, mais oui ça aurait pu être potentiellement dangereux. Je pense que c’est la chose la plus stupide qu’on ait faite. Oh et j’ai vomi sur scène mais ça c’est normal. Et j’ai pissé dans mon pantalon… Mais c’est normal aussi. Vous savez les sets sont longs… et on boit beaucoup de bières avant…

Mitja: Quoi?! Tu t’es vraiment pisser dessus?

Ville: Non … une fois… accidentellement

Mitja: ça va faire les gros titres !

LA GROSSE RADIO: Oui probablement !

Ville: J’avais pas vraiment prévu de mouiller mon pantalon. C’est plutôt inconfortable !

LA GROSSE RADIO: Maintenant, passons à la question la plus difficile. Pouvez-vous définir votre groupe un seul mot ?

Ville et Mitja: SATAN ! C’est la question la plus facile.

Ville: Apportez-nous du vin, s’il vous plaît !

Mitja: Tout d’abord, venez nous voir en concert, et apportez-nous du vin !
 

Camille Morisse et Thomas Orlanth


Photos © 2015 Thomas Orlanth : www.thomasorlanth.com
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements