Warm Up de Vernouillet (26.02.2011)

*Lionel nous parle d'un certain mini festival organisé vendredi et samedi dernier... Avec des groupes bien sympa d'ailleurs ! Lio, à toi la parole...*

Le Warm Up de Vernouillet (Yvelines – Région Parisienne) est donc organisé par l’association de Triel-Sur-Seine (et non sur scène) « l’Esprit Rock » connue pour avoir organisé le mémorable Thunderfest en 2010 et le Triel Open Air en 2009…

Un « Warm Up » en Formule 1, c’est la séance d'essai non qualificative qui a (avait) lieu le matin de la course sans le public et sans enjeux... on teste, on roule, on vérifie si tout va bien.

Et bien, c’est un peu la même chose à Vernouillet dans notre salle des sports sous son joli panier de Basket : pas de public non plus ! Sauf que là on avait quand même tout fait pour attirer le monde je pense. Un prix plus qu’attractif puisque la place pour ce mini festival sur 2 jours ne coutait que 2 €. C'est-à-dire 1 € la journée, soit 10 centimes le groupe dont Bran Barr, Northland, NightCreepers et Dreadful Silence… (Pour ceux qui m’intéressaient).

Le public est composé donc d’une trentaine de personnes selon la Préfecture de Police et de 500 rockeurs selon les organisateurs. C’est simple il y a plus de monde Backstage que devant la scène et la salle est grande, très grande.

On voit même notre Président Vénéré de notre Grosse Radio Préférée Monseigneur Mallis (« Gloire à notre Chef, Gloire à notre Chef, Gloire à notre Chef,… » Comme on disait dans certains pays d’Afrique du Nord, …) faire un Circle Pit tellement grand devant la scène qu’il n’y avait plus personnes autour de lui… trop puissant Ô Président !!

- FORGOTTEN PARADISE -

Bon, j’arrive vers les 18h00 le samedi, c'est-à-dire le deuxième jour pour assister au premier concert de Forgotten Paradise. Le festival a déjà pris beaucoup de retard…

C’est le projet de Philippe Luttun (auteur-compositeur-interprète). Il se compose de Hos (batteur d’Opiium, ex-Symoriah), Pierre Garcin (ancien bassiste du groupe Alcohsonic) et de Patrick Tuchais (clavier) et d’un jeune guitariste dont j’ai oublié le nom.

Forgotten Paradise

Bon, que dire si ce n’est que c’est du rock à la croisée d’un Dream Theater et d’un Porcupine Tree ; donc je ne suis pas la bonne personne pour en parler. Ils font du rock 100% progressif teinté d’influence très 70’ et Jazzy. La cymbale du batteur tombera et restera à terre sans qu’aucune personne vienne la remettre en place et ce pendant de longues minutes.

Comme on dit dans le Pagan, c’était « The Calm before the Storm »…parce qu’après des hordes barbares venues de la péninsule ibérique allaient fondre sur la scène en force.

- NORTHLAND -

Northland vient de Barcelone et a déjà joué avec Eluveitie, Korpiklaani, Suidakra, donc on ne la fait pas à eux.

Le groupe parait visiblement étonné et triste par le manque d’affluence du Festival. « Mais c’est un Warm-up les gars ! »

Après des problèmes de retour (apparemment la marque de fabrique des organisateurs) et un « Stop & Go » comme en F1, ils repartent quand même pour nous offrir une très belle prestation haute en couleur.

Northland

On arrive à distinguer les instruments, guitares, violon, claviers… non c’est une blague.

Pau, le chanteur/guitariste (à ne pas confondre avec un des Télétubbies qui lui s’appelle Po) possède un charisme certain sur scène. Sa voix passe facilement du grave à l’aigu tout en assénant des riffs surpuissants et en headbanguant tel un Tom Araya avant ses problèmes de dos. Les espagnols nous donnent une fort belle prestation…

- BRAN BARR -

Après les avoir vus en Août dernier au Motocultor ainsi qu’au Cernunnos de cette année, c’est un Bran Barr en tenue décontractée qui je vois monter sur scène. Pas de bouclier sur scène, ni de cotte de mailles sur les épaules de Yoltar (chant) qui parait visiblement très en forme ce soir et nous demande avec une note d’humour entre chaque chanson « Comment ça va Vernouillet… ? ».

Bran Barr

Le « Corbeau de la Montagne » nous donne un joli set qui aura bien sûr commencé avec de petits soucis techniques. Le groupe headbangue comme des acharnés. La chevelure d’Ahès, la violoniste, tourne magnifiquement dans les airs. Ils ont l’expérience de leur longue carrière et nous envoient leur Folk / Pagan teinté de blast. Même devant un parterre modeste ils ne rechignent pas à l’ouvrage. Honneurs à eux !

Les heures passent et le retard s’accumule comme les bouteilles de bières vides sur le comptoir du bar.

- NIGHTCREEPERS -

NightCreepers monte sur scène à 23H00 avec plus d’une heure de retard. Après de gros problèmes de retour, ils s’arrêtent de jouer pour reprendre quelques minutes plus tard… ouf.

C’est toujours un plaisir de les retrouver. C’est une véritable formation forgée pour la scène. Le Capitaine Haarath tout de noir vêtu désormais nous fait découvrir l’univers du groupe. Son Pagan/Black Metal est toujours aussi puissant et ce malgré de nombreux problèmes venant de la régie.

NightCreepers

Les « Ensiferum Parisiens » nous délivrent une prestation très professionnelle et ce malgré un public plus que clairsemé. Les titres tels que « Set Sails »  ou « Forest of Whispers »  sont toujours aussi efficaces sur scène. Tirraël à l’accordéon, toujours pieds nus, nous envoie de belle mélodie, ainsi qu’Evoken aux claviers... le tout soutenu par une rythmique bien enlevée dictée par Viken et Danth.

Je trouve leur approche encore plus Black que jamais.

- DREADFUL SILENCE -

Pour ceux qui n’ont jamais vu Dreadful Silence en live, je dis « Rattrapez-vous, il est encore temps !!! » car là on a à faire à du lourd.

C’est exceptionnel de voir un groupe si bon. C’est comme la Comète de Halley, c’est rare de l’admirer et il faut saisir l’occasion quand elle se présente, car elle ne revient que tous les 76 ans...

Ils montent donc sur les planches à 1h00 du Matin, c'est-à-dire avec 1h45 de retard… et comme des grands ils vont clôturer le « Warm Up ».

Le groupe est maquillé autour d’un Ben survitaminé, toujours maquillé à la « Joker » façon Batman dans The Dark Knight : Le Chevalier noir joué par Heath Ledger décédé en 2008.

Le maître de cérémonie maltraite Ben en le portant comme un pantin. Il est vrai que ce dernier possède un vrai don de savoir se désarticuler comme une marionnette.

C’est très impressionnant. Voici un chanteur surdoué, maitrisant le chant et la scène. Il sait jouer de nous, il nous hypnotise, il nous fascine bref nous met dans « la poche » de sa combinaison de travail.

Dreadful Silence

Sa voix est puissante. Il en fait ce qu’il veut passant d’un growl deathcore à du grindcore sous acide en passant par des aigus. Bref un grand parmi les grands. On se sent parfois mal à l’aise en regardant Ben droit dans les yeux, son maquillage coulant sur son visage enfantin. Il est diabolique, c’est un fou provocateur qui tourne autour de la scène tel le patient d’un Hôpital Psychiatrique attendant sa ration de cachets.

La prestation du groupe et de sa mise en scène est unique, époustouflante, enivrante : grandiose quoi !!

La musique est complexe faite de break, de blast en furie et s'avère totalement bien exécutée.

Notre Président repartira dans sa limousine noire blindée aux vitres teintées entouré de jeunes groupies russes de 20 ans ; quand à moi, je retourne dans un brouillard épais… il est 2h30 du matin.

Depuis quelques jours j’ai un rhume… surement attrapé dans les courants d’air...

Lionel / Born 666


Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements