System of a Down à  la Halle Tony Garnier (14.04.2015)

Headbang et commémoration
 

Continuant sa lutte, System of a Down fait une tournée qui coïncide avec le centenaire du génocide arménien. A cette occasion, le groupe a donné un concert unique en France à Lyon, à la Halle Tony Garnier, salle qui fête également son centenaire cette année. Au programme : deux heures de metal alternatif intense avec tous les hits qui ont rythmé le début du XXIe siècle sur fond de combat politique.

Le succès continue de sourire à System of a Down. Après une reformation tonitruante qui leur a permis de remplir Bercy deux fois, voici que les Américains continuent de surfer sur le succès de leur concert, sans oublier leurs convictions. Ainsi, le groupe a mis les bouchées doubles pour commémorer les 100 ans du génocide arménien.

System of a Down

Les habitués des concerts de System of a Down savent que l’intensité est de mise et que le groupe mitraille ses chansons sans laisser une seconde de répit aux non-avertis. Mais cette fois-ci, ils allient longueur et intensité, en jouant 36 de leurs chansons, soit deux heures de concert. Il y en a pour tous les goûts : des hymnes, comme les éternels « Aerials » et « Radio/Video », des mandales comme « Jet Pilot » et « B.Y.O.B. » et des morceaux plus calmes comme « Lonely Day » et « Lost in Hollywood ».

Le groupe n’a pas oublié de glisser des raretés, en jouant pour la première fois en France « Bubbles » et « U-Fig » ou en ressortant des cartons « Marmalade » et « Chic n’ Stu », qui n’avaient pas été jouées dans l’hexagone depuis 1999. Les Américains n’oublient pas de changer quelques unes de leurs chansons, en proposant un intense medley de « Suite-Pee » et « Prison Song », en ne jouant que le break de « Dreaming » pour mieux enchaîner sur « Needles » et en ressortant les changements opérés en 2005 sur « War? » et « Mr. Jack ».

System of a Down

Le tout est balancé à toute vitesse, sans crier gare, avec un minumum de communication pour un maximum de destruction. Peu d’instants de répit sont accordés au public et au groupe. On retrouve trois courtes projections vidéo engagées concernant le génocide arménien et le déni auquel il fait face, qui permet au public de souffler tout en se rappelant du sujet de la tournée. Serj Tankian prendra la parole pendant « Arto » (qui est un réarrangement éléctrique de la conclusion ethnique d' »Aerials » sur Toxicity) pour féliciter la France d’avoir reconnu le génocide en 1995 et insister sur le fait que la lutte n’était pas finie.

Malgré le sérieux de l’évènement, le public est aux anges et prêt à le montrer. Ainsi, les moshpits démarrent dès le début pour ne cesser qu’à de rares instants de répits. Le groupe ne compte que sur l’intensité de ses compos pour faire bouger les 17 000 fans, ce qui fonctionne pendant deux heures. Une exception à cela : sur « Toxicity », l’avant-dernier morceau de la soirée, Daron Malakian lance un gigantesque circle pit qui sera bien suivi par la foule, avant de retomber une fois le morceau fini.

System of a Down

Les musiciens restent égaux à eux-mêmes en termes de prestation. John Dolmayan et Shavo Odadjian assurent la rythmique sans problème, avec un bassiste à l’aise qui n’hésite pas à parcourir la scène de part en part et à harranguer les fans devant lui, pendant que Daron assure ses riffs. Le guitariste a d’ailleurs toujours du mal avec ses solos et ses arpèges, ce qui se ressent notamment sur « Holy Mountains » et « U-Fig ». Toujours adepte de ses facéties, il parle de son adoration pour Van Halen avant de faire l’intro de « I-E-A-I-A-I-O » en tapping ou de reprendre « Sultans of Swing » de Dire Straits, en remplaçant le refrain par « We are the System of a Down ». Côté chant, Serj mettra un peu de temps à démarrer mais se montre impérial sur les envolées épiques de titres comme « Deer Dance » et « Question! ». On regrettera cependant que le son soit assez brouillon et imprécis.

System of a Down a donc tenu ses promesses en offrant aux Lyonnais un concert intense et extrêmement fourni, en piochant dans tous ses albums, tous très fournis en hits divers. Une prestation exquise pour un groupe qui continue d’enchaîner les succès. Reste maintenant à voir si cela se confirmera en studio, quand ils se décideront d’enregistrer un nouvel album.

System of a Down

Setlist :

Vidéo – Wake Up the Souls #1

Holy Mountains
Jet Pilot
Suite-Pee/Prison Song
U-Fig
Aerials
Soldier Side – Intro
B.Y.O.B.
I-E-A-I-A-I-O
Radio/Video
Bubbles
CUBErt
Hypnotize
Dreaming/Needles
Deer Dance

Vidéo – Wake Up the Souls #2

P.L.U.C.K.
Sartarabad [chanson traditionnelle arménienne]
Psycho
Chop Suey!
Lonely Day
Question!
Bounce
Kill Rock ‘n Roll
Marmalade
Lost in Hollywood
Spiders
Mr. Jack

Vidéo – Wake Up the Souls #3

Science
Chic ‘N’ Stu
War?
Arto
Cigaro
Sultans of Swing [reprise de Dire Straits]
Toxicity
Sugar

Photos : © 2015 Marjorie Coulin
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe. 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements