Sonata Arctica (+ Freedom Call et Twilight Force) au Splendid de Lille (30.04.2015)

Anniversaire nordiste
 

A l'occasion des quinze ans de la sortie de son premier album, Ecliptita, Sonata Arctica a décidé de faire une tournée au cours de laquelle le disque est interprété dans l'ordre. La première date de cette tournée anniversaire s'est déroulée à Lille, qui est d'ailleurs la seule ville française traversée. Un concert mémorable, sublimé par les prestations des deux groupes d'ouverture, Freedom Call, qui fêtait aussi l'anniversaire de son album Eternity, et Twilight Force.


Twilight Force

La soirée commence à toute vitesse avec le groupe de power metal suédois Twilight Force. On constate dès le tout début du concert que les musiciens n'ont pas pu balancer, étant donné le son présenté pendant "Forest of Destiny", titre d'ouverture du concert. La rythmique est difficilement perceptible et la voix est mal rendue. Après cette chanson laborieuse, les balances se stabilisent et le public lillois peut pleinement apprécier le show.

On constate que les Suédois ont soigné l'aspect visuel de leur prestation. Déguisés en elfes ou autres créatures d'héroic fantasy les musiciens font tout pour retranscrire leur univers. Le chanteur Christian Eriksson prend même une épée qu'il brandit sur le titre final du set, "The Power of the Ancient Force". De quoi rappeler aux nostalgiques les photos promo des débuts de Rhapsody.

Twilight Force

Avec seulement 20 minutes de temps de jeu, Twilight Force n'a pas pu offrir aux Lillois un set complet et a dû retirer "Powerwind". Cependant, les spectateurs présents ont su se laisser convaincre par le power metal sympathique pratiqué et n'ont pas lésiné sur les acclamations.

Setlist :

Forest of Destiny
Enchanted Dragon Of Wisdom
Gates of Glory
The Power of the Ancient Force


Freedom Call

Arrive maintenant le groupe reconnu de power metal Freedom Call. On constate une certaine cohérence dans le set avec Sonata Arctica, puisque les Allemands fêtent aussi l'anniversaire de leur album Eternity. Les 50 minutes de leur set sont uniquement consacrées à cet album fraichement ressorti et affublé d'un nouveau titre, "666 Weeks Beyond Eternity", qui fait office d'ouverture de concert. Le reste de la setlist est entièrement consacré à l'album Eternity.

Freedom Call

Le fait qu'un seul album ne soit représenté ce soir ne gène pas le public, qui semble fort heureux de la prestation du quatuor. Acclamations, claps et autres cris de joie sont audibles pendant tout le set, preuve que la réputation d'amuseurs de foule qu'ont les Allemands n'est toujours pas usurpée.

Le frontman Chris Bay y est pour beaucoup. En joyeux luron qui se respecte, le guitariste et chanteur montre une bonne humeur communicative, ne lâche pas le public d'une semelle en le faisant taper des mains ou en faisant quelques plaisanteries légères envers ses comparses musiciens ou le public. Cela n'empêche pas à l'ensemble du groupe de bien interpréter ses parties, en bénéficiant d'un son clair sur l'ensemble du concert.

Freedom Call

Si ce n'était certainement pas la variété qu'il fallait chercher lors de ce set de Freedom Call, la présence scénique et la prestation étaient là, ce qui a été largement reconnu par les spectateurs présents en attendant la tête d'affiche.

Setlist :

666 Weeks Beyond Eternity
The Eyes of the World
Flying High
Island of Dreams
Bleeding Heart
Metal Invasion
Ages of Power
Warriors
Land of Light


Sonata Arctica
 

Arrive maintenant le plat de résistance de la soirée, le concert-événement de Sonata Arctica, qui se prépare à présenter pour la première fois Ecliptica en entier sur scène. Mais l'album n'arrive pas tout de suite. En effet, après une intro de type French can-can, et une introduction sur bande par Jaakko Koskinen, qui fait part de ses narrations sur "X Marks the Spot", le groupe commence avec "White Pearl, Black Oceans…".

Sonata Arctica

Cette voix enregistrée sert de fil conducteur au concert. En effet, on la retrouve sur "X Marks the Spot", pour chauffer la foule comme sur l'album Pariah's Child, mais aussi pour présenter l'album Ecliptica de manière humoristique avant que le groupe n'entame le classique "Blank File". Jaakko Koskinen offre également la conclusion du concert après le groupe ait quitté la scène sur son éternelle outro "Vodka".

L'album Ecliptica est donc, comme prévu, joué en entier. Le public retrouve donc avec délectation des classiques qui avaient été retiré des setlists européennes comme "8th Commandment", des indispensables comme "Replica" ou "FullMoon" ou des raretés comme "Destruction Preventer". Le groupe poussera même le vice jusqu'à interpréter "Mary-Lou", B-side de l'album fort appréciée des fans. Des anecdotes de Tony Kakko, qui raconte notamment que "Letter to Dana" est sa première compo écrite pour Sonata Arctica, ou encore une présentation du groupe pendant le pont d'UnOpenend, viennent ponctuer le tout.

Sonata Arctica

Si les puristes peuvent râler car le groupe n'interprète pas les versions originales d'Ecliptica, mais les versions du réenregistrement de 2014, force est de constater que l'ensemble est bien interprété, avec des échanges pertinents entre le guitariste Elias Viljianen et le claviériste Henrik Klingenberg. La rythmique est aussi bien assurée par Tommy Portimo et le petit nouveau Pasi Kauppinen.

Mais toutes les oreilles sont portées sur Tony. Allait-il interpréter l'ensemble de ces vieux titres de manière crédible ? La réponse est positive, le Finlandais se démène parfaitement bien sur les parties suraigues de "Blank File" et se montre toujours impliqué dans son jeu de scène sur les émotives "My Land" ou "Letter to Dana".

Sonata Arctica a donc su ouvrir sa tournée en fanfare en proposant, en plus d'une setlist exceptionnelle, un concert d'une rare qualité, pour un groupe qui n'a pas toujours fait preuve de prestations mémorables par le passé. Les Finlandais ont donc su fortement s'améliorer sur scène, ce qui s'est ressenti dans l'acceuil honorable que leur ont réservé les Lillois.

Sonata Arctica

Setlist :

Can-Can Jaakolla [sur bande]

White Pearl, Black Oceans...
X Marks the Spot
Blank File
My Land
8th Commandment
Replica
Kingdom for a Heart
FullMoon
Letter to Dana
UnOpened
Picturing the Past
Destruction Preventer

Rappel :

Mary-Lou
The Wolves Die Young
Don't Say a Word
Vodka outro

Photos live par Eric Andres de Riff d'Enfer.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements