Carpenter Brut au Social Club de Paris (18.03.2015)

Disco Zombi Party


Qu’on se le dise, la France est au cœur du renouveau de la synthwave, une scène qui se complaît à flirter avec le metal, à la fois musicalement et artistiquement. Carpenter Brut incarne le fer de lance de ce courant avec Perturbator. Un mois et demi après un premier concert parisien complet au Batofar, il était de retour au Social Club.

Après un DJ set bien sympathique signé The Hunt, donnant la part belle aux artistes synthwave du label finlandais Blood Music (Gost, Dan Terminus, Perturbator) et distillant les grands tubes du moment, l’intro de « Escape From Midwich Valley » retentit : Carpenter Brut va commencer son concert. Le choix de ce morceau en introduction, bien qu’évident, est opportun, car son long crescendo permet d’entrer progressivement dans le concert et de se laisser envelopper par les nappes de synthé. Puis, la guitare d’Adrien Grousset (Hacride) entre en jeu, et ajoute une puissance conséquente à la chanson, qui est déjà très énergique en version studio. Les riffs punchy d’Adrien font parfaitement leur office !
 

Adrien Grousset, Carpenter Brut, 2015, concert, live, Paris, Das Silverfoto,


De son côté, le public n’a pas besoin d’échauffement, et commence déjà à s’agiter avec furie dans la petite fosse du Social Club. Soyons clair, le trio délivre une excellente performance, à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre en écoutant la discographie de Carpenter Brut. Franck Hueso (de son vrai nom) arrive bien à restituer ses sonorités à la fois 80’s et modernes sur scène, alors que Florent Marcadet (Hacride) assure la rythmique comme il se doit avec son kit hybride, à la fois acoustique et électronique, avec toute la précision et la puissance qu’on lui connaît. Enfin, au-delà de l’excellente exécution, les deux compères viennent ajouter un peu d’humain à cette musique qui est semble plutôt électronique et immatérielle au premier abord.
 

Carpenter Brut, 2015, live report, concert, Paris, Social Club, Das Silverfoto,


On constate également que les chansons moins énervées passent aussi très bien le cap du concert, notamment celles de l'EP III, sorti cette année, comme « Paradise Warfare ». Entre les chansons, pas de communication avec le public. Le groupe est là pour jouer sa musique, et on s’en contente bien. Devant la scène, le son est plutôt bon et pas trop agressif, ce qui est appréciable, même si après le concert, certains spectateurs ont pu regretter que le rendu sonore n’aient pas été aussi bon à l’arrière de la fosse, tout comme la visibilité de la salle qui est loin d’être idéale pour les derniers rangs.
 

Carpenter Brut, 2015, live report, Social Club, Das Silverfoto,


Bref, les désagréments d’une partie du public mis à part,  on aura passé un excellent moment devant avec Carpenter Brut. Le show est rodé, énergique, et tient autant la route sur scène que n’importe quel concert de metal. La synth a donc maintenant à se tailler sa place sur les scènes françaises, et Carpenter Brut devrait aider à faire gagner au genre ses lettres de noblesse. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si on s’apprête à les retrouver au Covent Garden le 6 juin pour un concert organisé par le Hellfest Cult. Voir Carpenter Brut au Hellfest pourrait donc peut être devenir une réalité très prochainement !

Reportage par Tfaaon (Facebook)

Photos : Sylvain Chéreau / © 2015 Das Silverfoto
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements