Arkan – Salam

    Trois ans après son excellent premier album Hilal et un changement récent dans le line up Arkan nous revient avec  son deuxième album, sorti le 18 avril dernier chez Season of MistSalam.

    Si pour ma part Hilal valait un 10/10, Salam mériterait une note trois fois supérieure (soit un 30/10!). Seulement, ceux qui appréciaient jusqu’à présent chez Arkan le côté death de leur musique seraient peut-être un peu déçus par la direction qu’a pris le groupe avec Salam, car en effet leur musique  tout en restant aussi puissante qu’avant  a laissé le côté oriental s’épanouir encore plus, en combinant cette fois savamment ces deux composantes.

     Avec l’entrée de Sarah Layssac (ex-The Outburst) en tant que membre permanent au sein du groupe la part du chant féminin prends plus d’ampleur dans les compositions et Sarah ne cesse de nous étonner par l’ampleur de ses capacités vocales (notamment sur l’excellent «The Eight Doors Of Jannah»)

    L’album marque notamment par son excellente production. Cette fois-ci, il semblerait que Frederik Nordström et Henrik Udd aient vraiment compris l'esprit et le son Arkan. Si dans Hilal on avait parfois l’impression que le tout n’était pas suffisamment contrasté, voire plat d’après certains, dans Salam on a le sentiment que l’ensemble forme une véritable unité, l’ensemble est cohérent mais aussi plus aéré. Les morceaux s’enchainent parfaitement, et les transitions entre ces derniers permettent à l’histoire d’être narrée  sans coupures inutiles. Les morceaux sont moins répétitifs dans Salam et les mélodies plus recherchées ce qui est pour moi symbole de maturité.
    
  Après, il serait mauvais de s’embourber dans une étude comparative entre Hilal et Salam, puisqu’on a affaire là à deux albums très différents (je ne pense pas de toute façon que l’idée du groupe aurait été de produire un deuxième Hilal, cela n’aurait eu aucune utilité).Les deux albums sont excellents, chacun à sa façon. Hilal avec sa fraicheur et ses différentes facettes, Salam avec sa maturité.Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la production soit meilleure pour Salam, et que l’album sonne comme quelque chose de plus réfléchi, c’est dans l’ordre des choses (et le contraire aurait d’ailleurs été très étonnant, voire inquiétant! )
 
    On ne peut évidemment pas s’empecher de penser à Orphaned Land en écoutant cet album, et ce jusqu’à l’Artwork (Cf. le serpent calligraphié dans le livret de The Never Ending Way Of ORwarrioOR et celui de la pochette de Salam). Kobi Fahri fait d’ailleurs son apparition en invité d’honneur sur « Deus Vult ».  Mais surtout ne pensez pas que je suis en train de parler de plagiat, loin de là. Il s’agirait plutôt d’une importante  source d’inspiration utilisée de manière savante et réfléchie. Cela n’est pas très étonnant Il faut dire: après avoir fait une tournée commune avec Orphaned Land au printemps 2010 et échangé avec le groupe, Arkan semble partager le même état d’esprit, celui des warriors of light, (si je puis me permettre d’employer la terminologie orhenlandienne),notamment du point de vue du concept de l’album et de sa thématique — la paix entre les peuples et les religions. Musicalement parlant, par le fait d’avoir cherché encore plus du côté des sonorités orientales l’album se rapproche là aussi d’Orphaned Land (quelques compositions pourraient nous faire penser à des titres d’O.L. comme par exemple « Common Ground » qui nous rappelle « Building an Ark » ou l’effet radio dans le mix du début de «Blind Devotion» qui n’est pas sans rappeler le début de « Sapari » et de « M I ») mais en gardant toujours la touche bien Arkanienne (notamment la dernière partie de "Inner Slaves"). Sans oublier  l’enchainement "Lords Decline"/"Mistress Of The Damned Souls" du premier opus...

Mais tous les mots ne sauraient pas décrire décemment cet album très riche émotionellement parlant. Nous vous invitons donc à le découvrir par vous même, et faire le voyage au coeur des sonorités puissantes et émouvantes à la fois.

Note: 9.5/10

P.S.: Arkan sera en concert le 28 mai prochain à La Maroquinerie.

Tracklist :

1. Origins
2. Inner Slaves
3. Deus Vult (featuring Kobi Farhi d'Orphaned Land)
4. Blind Devotion
5. Jerusalem - Sufferpolis
6. Beyond Sacred Rules
7. Common Ground
8. Sweet Opium
9. Salam
10. Call From Within
11. Lightened Heart
12. The Eight Doors Of Jannah
13. Amaloun Jadid II
 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements