Arch Enemy – Khaos Legions

Tiens, un nouvel album d'ARCH ENEMY, ça faisait longtemps ! Enfin ça faisait longtemps... Sans être un fou des suédois, je dois avouer avoir été surpris de réaliser à quel point leur absence m'avait laissé de marbre. Pourtant, comme beaucoup, j'avais trouvé Burning Bridges très bon, le changement de vocaliste judicieux, Wages of Sin excellent, la suite un cran en dessous mais qui restait de haute volée, j'ai même apprécié le tournant plus américano-accessible (commercial ?) amorcé sur Doomsday Machine, c'est dire ! Alors d'où vient ce sentiment qui fait que j'accueille aujourd'hui ce Khaos Legions, premier opus studio depuis 4 ans, avec une certaine indifférence ?

 

Plusieurs choses. Déjà, soyons honnêtes, le dernier en date (Rise of the Tyrants pour ceux qui suivent) n'a pas marqué les esprits. Rien de grave, non, juste un album correct et sans surprises à ajouter à la discographie. Là où le bât blesse, c'est que finalement, la dernière grosse tuerie à mettre à leur actif, ben c'était Wages of Sin, qui commence à dater... Depuis, on a un peu l'impression que les frères Amott sont en pilotage semi automatique, ne cherchant pas à trop s'écarter de la formule qui marche, ou alors le moins possible, histoire de pouvoir dire qu'ils ont tenté plein de nouveaux trucs et qu'ils sont très contents... Caricatural bien sûr, pourtant je ne peux pas dire que l'excitation soit à son comble au moment de découvrir cette nouvelle livraison.

 

Et après une sympathique introduction, devinez quoi, "Yesterday is dead and gone"... est du ARCH ENEMY pur jus. Death (très) mélodique jusqu'au bout des ongles, ce son de guitare si caractéristique, refrain outrageusement accrocheur, tout y est. A noter que la voix d'Angela est cette fois bien traitée, puissante comme il le faut, sans jamais être noyée sous des tonnes d'effets comme cela a pu être le cas par le passé. Par contre, le refrain de "BloodStained Cross" est tellement fait, pensé, calculé pour accrocher l'auditeur qu'il ne parvient en définitive qu'à écoeurer. Fort heureusement, "Under Black Flags we March" et "No Gods no Masters", sans nous faire sauter au plafond, sont bien plus sincères. Mid-tempo implacables, ils nous rappellent qu' ARCH ENEMY dispose tout de même d'une grosse puissance de feu et n'a pas acquis sa notoriété par hasard. Surtout que la production rend justice au titre, les quelques effets ajoutés enrichissent l'espace sonore sans le saturer. Bonne pioche donc.

 

On remarque au passage que l'album est construit selon une dynamique assez particulière, puisque toute la première partie est consituée de titres assez calmes, "City of the Dead" avec ses solos de grattes à rallonge, et "Through the Eyes of a Raven" se chargent de faire légèrement remonter la sauce. Pas de quoi cela dit donner beaucoup de boulot à Daniel Erlandsson (batterie), qui n'a pas du traîner en studio vu le peu d'espace qui lui est attribué. "Cruelty Without Beauty" a également des mélodies sombres bienvenues, un excellent solo à l'ancienne... Mais Dieu, que tout cela manque d'aggressivité ! Certes, le propos du combo n'a jamais été d'aller taquiner CANNIBAL CORPSE ou THE CROWN sur leurs terrains, mais quand même ! Où sont les montées d'adrénaline ? Michael Amott clame à qui veut l'entendre que Khaos Legions est l'album le plus varié de la discographie d'ARCH ENEMY, et il a sans doute raison... Il aurait pu ajouter qu'il s'agissait également de son album le plus calme, pour ne pas dire mou du genou !

 

 

Il faut donc attendre pour enfin entendre le quintet passer à l'assaut. Encore faut-il le dire vite... Car malgré quelques passages furibards, "Cult of Chaos" et "Thorns of Flesh" restent très mid-tempos. Bordel, on les a forcés à bouffer du laxatif en studio ou quoi ? Reconnaissons à "Vengeance is Mine" une certaine efficacité. Quand à "Secrets", c'est ni plus ni moins que du Heavy avec un chant death. Pourtant, ARCH ENEMY ne cherche pas à prétendre être ce qu'il n'est pas. Après tout, n'a-t il pas presque toujours été le groupe de Death le plus accessible qui soit ? Alors pourquoi cela devrait-il nous déranger soudainement ?

 

Outre le fait que cet album est foncièrement heavy et oublie trop régulièrement d'être un peu death par moments (dans "Death mélodique", il y a bien "Death" non ?), et que le groupe s'est depuis longtemps maintenant installé dans une certaine routine, qui fait qu'on ne peut plus attendre la moindre surprise de sa part, mais au mieux du travail bien fait, la scène métal a bien évolué depuis Wages of Sin, et la concurrence s'est largement étoffée. ARCH ENEMY a-t il encore les armes nécessaires pour s'imposer en leader, récupérer sa couronne et renvoyer les suiveurs à leurs études ? Rien n'est moins sûr. Mélodies globalement impeccables mais donnant la sensation d'avoir déjà été entendues à maintes reprises sur leurs albums précédents, manque de puissance de feu, Khaos Legions, sans être désagréable, nous offre un constat sans appel : le groupe ne marque plus les esprits, et s'il devrait une nouvelle fois contenter ses aficionados, ne parviendra nullement à créer l'événement. Il est temps de se décider à s'écarter de cette formule usée jusqu'à la moelle, sans quoi il se dirigera, lentement mais sûrement, vers un irrémédiable déclin.

 
 

Ma note : 7/10

 

Sortie le 30 mai chez Century Media

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements