Pagan’s Mind – Heavenly Ecstasy

Quand on voit certains maitres faire des mets délicieux devant nos yeux, on arrive à se dire que la cuisine, parfois, ça ne semble pas si difficile. Et pourtant c’est encore tout un art, une alchimie, que certains trouvent et qui les mènent au rayon de grands chefs, tandis que d’autres ne réussiront pas à être aussi étoilés. En musique, c’est la même chose, il faut savoir réunir les bons éléments pour faire une galette convenable, et ce dans n’importe quel genre.

 

A regarder la pochette d’Heavenly Ecstasy, quelque chose semble avoir changé chez le combo Pagan’s Mind, réunion de 5 musiciens qui ont fait leurs preuves par le passé. Le côté glacé du bleu est soudainement devenu rouge vif et chaleureux. Une nouvelle recette d’une formation aussi connue, ça fait rêver, n’est-ce pas vrai ? C’est pour cela que vous y goûterez pour la première fois le 23 Mai, dans le restaurant SPV. Cependant, pendant qu’ils s’entrainaient à réaliser ce nouveau plat, des curieux se sont infiltrés dans les locaux, et, à l’insu de tous, livrent ici tous les secrets de fabrication :

 

Pour préparer son Heavenly Ecstasy, Pagan’s Mind utilise toujours une recette à base de power/heavy et de metal progressif, toujours de premier choix, bien évidemment, sans hésiter à, comme toujours, aller se servir chez le même fournisseur qui donne la meilleure qualité dans les produits. Qu’est-ce qu’on retrouve ainsi dans le panier des norvégiens ? Du riff puissant et efficace, de la mélodie entêtante et entraînante, joyeuse et communicative (plus que jamais, cette touche dans la musique des scandinaves est accentuée), du refrain totalement imparable, tubesque jusqu’à la moelle et digne des plus grands chefs de la contrée et du monde. La préparation est encore une fois dosée à juste mesure, pour que chaque ingrédient trouve sa place et se fasse ressentir, surtout pour les palais les plus fins et les plus exigeants qui en demanderont toujours plus, et, s’il en est, comme tout bon pâtissier qui se respecte, lorsque le quintette met la main à la pâte, il met du coeur à l’ouvrage et ne rechigne pas à la tâche. Ne se voulant pas trop technique et évitant la surenchère démonstrative, la sincérité qui se dégage de la galette n’en est que plus agréable, laissant un goût terriblement sucré, sans jamais l’être à outrance.

 

Pour son gâteau, il faut toujours une base solide qui puisse faire tenir tout cela sans faire s’écrouler toute la structure. Prenez des musiciens talentueux pour commencer votre plat, et placez les sur 11 titres qui vont parsemer l’offrande, que vous pourrez, une fois cuisinée, goûter pour vous délecter de tant de saveur. Offrez leur un espace musical important, mais pas trop imposant non plus, de sorte qu’ils puissent faire des solos dignes du metal progressif classique, en y ajoutant leur dextérité légendaire et leur adresse magistrale et intense, un mot qui correspond bien à l’extase ressentie par l’auditeur lorsqu’il déguste le met commandé de Norvège. « Eyes of Fire » ou « The Master’s Voice », par exemple, sont superbes sur ce point de vue instrumental, chaque musicien prouvant qu’il est capable de produire parmi ce qu’il se trouve de mieux, et ainsi, parvenir à impressionner, à captiver pour un moment prolongé. Ajoutez ensuite les épices à base de refrain colossaux qui ne quittent plus votre tête pour un long, très long moment, avec une énergie positive, un entrain, une joie, bref donnez lui une pêche et surtout, de la vie, à votre album. C’est chose faite, et les superbes « Eyes of Fire » (assurément une perle) et « Walk Away in Silence » font du bien là où elles passent, quitte à faire le pari avec un des vos amis fan de metal qu’il ne pourra pas se sortir le refrain de la première citée de la tête pendant au moins une semaine, vous serez ainsi certains de le remporter. Alors que manque-t-il ? Un peu de douceur et d’émotion, pardi, c’est pour cela qu’il faut ajouter un peu de sucre et de miel. Mais où le trouver, où ?

 

Le groupe, lui, a trouvé la réponse à cette question, et au détour de la petite échoppe d’une ruelle sombre de Skien, le combo a trouvé chaussure à son pied, la sucrerie idéale pour toucher chaque homme et chaque femme qui goûtera à leur cuisine : du Nils K. Rue, un élément primordial qui donne vraiment toute sa saveur au tout, et sans lequel la pâte ne monterait sûrement pas autant, ni ne laisserait une telle sensation de bonheur et de plénitude. Sa voix berce autant qu’elle contamine de rage ou de folie, elle rassure tout comme elle angoisse, elle calme mais peut aussi redonner fougue et vitalité, avec une versatilité étonnante, et un timbre d’une extrême délicatesse, mais tout autant d’une puissance débordante. Vous craignez de ne pas être convaincus ? Alors allez vous dirigez vers « Eyes of Fire » (décidément), et vous voilà à présent envoûtés par tant de beauté inhérente au parfum de la cuisine lorsque l’Heavenly Ecstasy est au four, libérant son arôme somptueux. Avec un tel goût et une telle odeur, voilà de quoi ravir vos convives.

 

Au moment de découper la pâtisserie en parts différentes, il faut examiner ce qui va convenir le plus à chacun. « Intermission » est parfaite pour convaincre les amateurs de power metal, qui aiment sentir l’énergie et la puissance, de même que « Follow Your Way » qui possède une tendance plus progressive, ou encore « Never Walk Alone ». Le basculement vers le heavy est quand même très souvent présent, on le retrouve sur « Walk Away in Silence » qui pourrait même avec quelques petits accents hard rock mélangés à du power metal, sans oublier « Into the Aftermath » ou « Live Your Life Like a Dream ». Pour les amateurs de prog, « Eyes of Fire » (le tube de l’opus), « Revelation to the End » et « The Master’s Voice » tendent les bras et sont prêtes à l’étreinte, ces pistes ne demandant qu’à être dévorées, pour revenir et encore répandre leur goût en bouche. Problème, pour les amateurs de ballades, la part restante laisse un goût profondément amer en bouche, le fait étant que « When Angels Unite » est pompeuse et alarmante de naïveté et de redondance, la faute à la dose de sucre se trouvant être trop importante. Du coup, on se retrouve plus dans le registre de la pop, dans le sens le plus mauvais du terme. Il va de soi qu’il s’agit du seul titre mauvais que l’on puisse trouver parmi la ribambelle de délices, et que tous les autres naviguent entre le très bon et l’exquis, notamment « Eyes of Fire », qui est remarquable, ou encore la superbe « Revelation to the End » qui, certes, dure plus de 8 minutes, mais ne faiblit pas un seul instant.

 

La production est impeccable, le fait étant que le plat fut préparé dans un moule en béton, résistant face à toute forme de défauts qui viendraient perturber un détail. Tout est travaillé, avec un son très clair et précis, donnant un excellent espace d’expression, et, ainsi, prouve que Pagan’s Mind et son nouvel album peut rivaliser dans les concours avec les autres chefs.

 

Voilà comment préparer le cake de la réussite, en seulement quelques coups de cuillère en bois mais avec un travail considérable et beaucoup de coeur. Heavenly Ecstasy est une offrande solide, une galette magique et intense, qui doit donner un effet dévastateur avec les pistes jouées sur scène, une dimension tout à fait particulière. La force de cette mixture est de prendre le meilleur et de le mélanger pour affirmer une personnalité bien définie, qui s’ancre sans problème dans le paysage musical actuel, en saupoudrant d’un peu de modernité pour ajuster au goût du jour et, bien sûr, de toujours tout faire avec justesse, de manière brillante, précise, et bien sûr, avec beaucoup d’émotions qui se véhiculent. Pas de doute, Pagan’s Mind livre une nouvelle réussite, ce qui leur donne le statut de l’une des références du genre, pour un combo encore trop méconnu. Vous vouliez quelque chose pour finir comme pic de la soirée lors d’un festin ? Vous venez de frapper à la bonne porte. Entrez, entrez chers invités, et venez goûter à cette spécialité nordique …

 

 

Note finale : 9/10

Site officiel de Pagan’s Mind

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements