Alestorm au Hellfest 2015

Dimanche, 18h35 - The Temple

"La joie, la bonne humeur et le second degré ne sont pas incompatibles avec la qualité musicale et les prestations irréprochables ..."

Des pirates, de la crasse, de la bière et surtout de la bonne humeur : c'est ce que promettait à raison l'apparition du nom d'Alestorm sur le running order de cette édition du Hellfest.

La réputation des pirates n'est plus à faire, preuve en est la foule compacte absolument gigantesque qui campe devant la scène de la Temple quelques minutes avant le coup d'envoi. L'immense tente est pleine à ras bord, sa voisine l'Altar est également à moitié remplie, et la foule déborde largement des deux abris accueillant les scènes. La foule s'étend jusqu'à la cathédrale marquant l'entrée du site, et à vue de nez, il y a au moins autant de spectateurs à l'extérieur qu'à l'intérieur des tentes : impressionnant !
Plusieurs requins gonflables évoluent déjà sur ce véritable océan humain, et vont et viennent aux abords d’une scène qui deviendra bientôt le navire barré par le capitaine Christopher Bowes.

D’entrée, le son est excellent, même à l’extérieur de la tente, une performance à saluer. Le public était déjà chauffé à blanc pendant l’intro, et laisse exploser toute son énergie dès les premières secondes de "Walk The Plank" : au milieu des pogos et slams incessants, à l’intérieur comme à l’extérieur de la tente, les pauvres requins gonflables sont bien chahutés.
Les musiciens, malgré le côté festif et léger de leur musique, sont extrêmement carrés et rodés, ce qui ne laisse aucune place au hasard : le show est maîtrisé de bout en bout.

Après une ovation pendant l’introduction de "The Sunk’n Norwegian", le message est clair : les festivaliers sont dores et déjà conquis par les Ecossais, et le font savoir. La folie du pit ne s’arrêtera pas avant les dernières notes du set, comme en témoigne les slams continus, qui se comptent par douzaines rien que sur les plans serrés des caméras sur le public. On retient aussi certains "surfeurs" qui sont restés portés à bout de bras plusieurs morceaux durant, depuis l’entrée du festival jusqu’à la fosse des photographes, ou encore ce pirate casqué qui a quitté les premiers rangs à plat ventre, pointant du doigt sa destination pour mieux guider ses porteurs, pour atterrir auprès d’un stand de restauration et s’offrir un bon sandwich. Ambiance surréaliste, et une affluence maintenant supérieure à celle de la Mainstage active !

Le frontman est assez bavard, introduit certains titres par quelques mots en français, et lance "That Famous Ol’ Spiced" par un discours hilarant dont voici à peu près le contenu : "Vous êtes là depuis trois jours, et je sûr que vous ne vous lavez pas depuis le début des hostilités ! Vous restez dans votre m*rde, et ça vous plait ! Ahhhh, mes aisselles sont toutes puantes, ça c’est de la piraterie ! "
Un peu plus et on se croirait presque sur un bateau parmi les matelots crasseux !

Au cours du set, tous les sons imaginables de Keytar sont utilisés : accordéon, clavecin, violon… La balance ne connait aucune faille, et se paie même le luxe de se perfectionner sensiblement, on peut profiter de chaque note quasiment comme sur un enregistrement studio : un régal !
L’accordéon introduit justement l’excellent mid-tempo de "Nancy The Tavern Wench", qui voit toute la fosse s’agenouiller pour se prosterner devant le groupe. Un bien bel hommage qui semble toucher  nos pirates préférés !

Mais que serait la piraterie sans ses beuveries et ses gueules de bois ? Alestorm l’a bien compris et connait le remède à nos tirelires en palissandre, comme disent les corsaires. Ils nous assènent donc le formidable final "Drink" - "Rum", qui assoit encore, si c’était nécessaire, la force de leur prestation. La fin du set se déroule donc à toute vitesse, et les cinquante minutes allouées sont déjà écoulées.

La joie, la bonne humeur et le second degré ne sont pas incompatibles avec la qualité musicale et les prestations irréprochables : Alestorm l’a encore prouvé devant un public impressionnant par son nombre, et acquis à sa cause. Certes, l’ambiance visuelle en serait affectée en journée, mais on ne peut que leur souhaiter une prochaine apparition sur les Mainstages. Pourquoi pas pour clôturer le festival sur une note des plus festives ?

Setlist :
Walk the Plank
The Sunk'n Norwegian
Shipwrecked
Magnetic North
That Famous Ol' Spiced
Nancy the Tavern Wench
Keelhauled
Rumpelkombo
1741 (The Battle of Cartagena)
Drink
Rum

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements