Melechesh au Hellfest 2015

Vendredi, 16h55 – Temple


La chaleur devient de plus en plus pesante sous le soleil de Clisson. Il faut dire que la journée est déjà avancée, et que les occasions pour transpirer dans le pit ont déjà été nombreuses.

Globalement, les éditions du Hellfest peuvent être classées en deux types: celles avec de la boue et celles avec de la poussière. Il semble évident au vu de la météo qui s'annonce aride que l'édition 2015 sera dans la seconde catégorie.

Ceci dit, les aménagements du sol, avec pelouses et voies pavées, contribuent fortement à modérer ces facteurs d'ambiance assez pénibles, qui, même s'ils présentent un certain charme dans les pogos, deviennent vite des nuisances importantes.
Quoiqu'il en soit, les musiciens de Melechesh ont tout prévu, au cas où... Ils montent, comme à leur habitude, sur la scène du Temple, avec un turban noir qui cache leur visage.
Les traditions orientales du groupe se combinent à merveilles avec cette tenue d'apparat qui a le mérite d'être simple et efficace.

On pourrait dire presque la même chose de leur musique, qui reste dans un gros son death bien ciblé.
Quand Ashmadi entre à son tour sur scène, il commence par saluer la foule et rappelant que cela fait déjà six putains d'années que le groupe n'a plus été dans la poussière clissonnienne, autant dire une quasi éternité à l'époque actuelle, où tout s'enchaîne très vite. Tellement vite que les membres du groupe ne sont d'ailleurs presque plus les mêmes que ceux qui y étaient, en ces temps lointains !
 


Visiblement, Ashmadi et sa bande prennent leur pied sur scène. Mais vraiment. A force de voir les groupes de près, je vois bien quand c'est "juste pour le show", tels les professionnels de la scène que se doivent d'être les groupes sur un gros événement comme le Hellfest. Il faut avoir l'air de s'amuser et rappeler sans cesse au public qu'il est "formidable", "super", "le meilleur". Bon, ça fait parti du spectacle.
Avec Melechesh, c'est beaucoup plus simple, vu que la joie sincère se lit sur les visages des membres du groupe. Les gouttes de sueurs viennent surligner l'intensité de la prestation.
 


La setlist est très dynamique, et le son étouffe quelque peu les très légères influences orientales de leur musique, que l'on perçoit à peine dans le déferlement de sons. Je me tiens devant à gauche de la scène, et les basses vibrent souvent désagréablement. Il faut donc attendre "Genies, Sorcerers and Mesopotamian Nights" pour ressentir la spécificité musicale du groupe. L'ensemble est équilibré, et représente presque tous les albums du groupe.
Toujours est-il que le show reste très efficace. Ashmadi se permet même un petit solo de guitare en utilisant une baguette du batteur en tant que médiator.

La sueur est donc bien méritée !
 


Setlist:

The Pendulum Speaks
Tempest Temper Enlil Enraged
Ladders to Sumeria
Grand Gathas of Baal Sin
Genies, Sorcerers and Mesopotamian Nights
Multiple Truths
Triangular Tattvic Fire
Rebirth of The Nemesis: Enuma Elish Rewritten

Thomas Orlanth


Photos : © 2015 Thomas Orlanth  - galeries complètes sur le site internet: www.thomasorlanth.com / Facebook . Toute reproduction interdite sans autorisation spécifique du photographe.

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements