Manigance + Heavenly au Divan du Monde (12.06.2011)

Un cocktail de bonne humeur à la française !

Rares ont été les concerts de Manigance ou de Heavenly ces dernières années. Pourtant fers de lance du metal prog/power mélodique à la française aux côtés des Adagio ou autres Fairyland, les retrouver ensemble en ce dimanche soir au Divan du Monde de Paris relevait donc de l'évènement unique et exceptionnel ! De quoi tout de même déplacer les foules, et ce malgré les nombreuses concurrences niveau show ce même soir... (Devin Townsend, Benighted Soul, Converge ou encore Overload jouaient en même temps !!)

La file d'attente est donc plutôt conséquente et la salle se remplit très bien sous les coups de 19h. Quelques visages connus surgissent ici ou là, la vieille garde tout comme les nouveaux férus de heavy se sont donnés rendez-vous pour une soirée très bonne enfant au service de la musique.

HEAVENLY

C'est sur les coups de 19h35 que Ben Sotto et sa petite troupe débarque sur scène... Le charismatique chanteur à la voix aigue power se trouve ainsi entouré d'une équipe quelque peu remaniée, puisque l'un des guitaristes Charley Corbiaux manque à l'appel (et ne sera pas remplacé) tandis que Matthieu Plana (bassiste) est quant à lui supplanté par Frédéric Geai-Schmitt, le guitariste de Forgin' Fate. A noter que le claviériste de ce même groupe, Nicolas Marco, assure les parties en live (comme il en avait assuré certaines sur le dernier album). Heureusement qu'Olivier Lapauze (guitares) et Piwee Desfray (batterie) sont bien au rendez-vous, nous sommes ainsi moins dépaysés... même si, une fois la sauce lancée, on ne s'occupera que peu de ces détails de lineup !

Tout juste regretterons-nous l'absence d'un second guitariste sur certains passages, même si cette ligne sera souvent avantageusement remplacée par un clavier bien mis en avant. Et au niveau technique redoutable. Après tout, qui pourrait dire que Nicolas Marco n'est pas un membre officiel d'Heavenly après un tel show ? Cela semble en effet difficile à croire, tant la complicité avec Ben et même avec Olivier le temps d'un petit battle solo "guitar vs. keyboard" en intro de "The Dark Memories" semble palpable.

Ben Sotto, Heavenly, Paris 2011

Première chose qui nous vient à l'esprit lorsqu'on évoque Heavenly : le chant de Mr. Sotto. A mi-chemin entre Freddie Mercury et André Matos, éraillé à la Kai Hansen, celui-ci navigue d'influences en influences et sait nous émerveiller sur CD (et ce malgré les mauvaises langues). Qu'en est-il en live ? Et bien malgré un début un poil délicat sur "Carpe Diem" le temps de mettre la machine en marche et un final épuisant pour notre frontman sur "FullMoon", la prestation s'avère plus que convaincante et ne manque pas de charmer quelques unes des spectatrices.

"Quelle voix exceptionnelle, c'est rare d'entendre ça, dommage que la batterie ait un peu trop couvert sa prestation !" s'exclame l'une d'entre elle, et il est vrai que par moments ce timbe souvent très bien maîtrisé aurait mérité une meilleure mise en avant niveau mixage son. Peu importe, certains passages magiques ont été relevés, comme sur "A Better Me" déjà splendide en studio mais parfaitement rendue en conditions live. Ah, si ce regretté Freddie avait entendu cela, il aurait pu être fier...

Parlons rapidement batterie puisque la citation ci-dessus la mentionne... Il est vrai, parfois un peu forte, mais bon c'était au mixeur/ingé son de faire attention car l'ami Piwee est une vraie brûte derrière les fûts... mais une brute toute en nuance. On ne peut être qu'être bluffé par le niveau du jeune homme, son petit solo en fin de show en laissera d'ailleurs plus d'un sur les fesses : sorte de feu d'artifice à la fois visuel et sonore ponctué par un léger fail de baguette mais sans regret pour les oreilles et les yeux. Avis aux amateurs du genre.

Olivier Lapauze, Heavenly, Paris 2011

La setlist, puisqu'il faut bien en parler, a logiquement fait la part belle à Carpe Diem, le dernier album du groupe sorti en 2009. Outre le premier et dernier morceau déjà cités, idem pour le tube très Queenesque du groupe, nous avons pu aussi profiter du très popisant "Lost in Your Eyes". Efficace à souhait. Point de "Ashen Paradise" que, bizarrement, j'avais coché parmi les potentiels choix du groupe, ni de "Ode to Joy" hommage à Beethoven... Plus suprenant il a par contre été d'entendre "Riding Through Hell", vieux morceau issu du 1er opus du groupe (Coming from the Sky) et qui ne semble pas avoir pris une ride (même si personnellement un "Carry Your Heart" ou "Time Machine" aurait été plus bandant).

Virus, plutôt accueilli tièdement à sa sortie, se pare de 4 morceaux sur ce live, et ceci semble une demi-surprise tant on sent le groupe - Ben en tête - parfaitement à l'aise sur ces morceaux. Et c'est là qu'on se rend compte que "Virus" regorge d'énergie et d'influences impressionnantes, Judas Priest ou Helloween y passent et ce sans que cela nous fasse sourciller ! Et que dire alors de "When the Rain Begins to Fall" ? Et oui, la reprise de Jermaine Jackson & Pia Zadora y est passée, moment disco metal de folie qui a parfaitement fait mouche.

Le côté émotionnel ne sera point oublié avec la ballade "Dust to Dust" extraite de l'album éponyme, dédicacée à l'ami Patrick Roy et sur laquelle Ben Sotto se lâche parfaitement tout en retenue. Bien joué, il fallait oser... oh, et merci pour "Sign of the Winner" (là aussi sur l'éponyme...), il aurait été cruel de ne point proposer de morceau issu de ce brillant album.

Ben Sotto + Frédéric Geai, Havenly, Paris 2011

Vous l'avez compris, qu'on aime ou qu'on aime pas, Heavenly joue la carte de la pêche et de la sincérité, sans tricher. Niveau ambiance et joie d'être là, nous avons été servis...

Setlist :

- Carpe Diem
- Spill Blood on Fire
- Lost in Your Eyes
- A Better Me
- Sign of the Winner
- Liberty
- Riding Through Hell
- Virus
- Dust to Dust
- When the Rain Begins to Fall
- Piwee's Drum Solo
- FullMoon


MANIGANCE

Après une heure d'un Heavenly dynamique et quelques minutes de pause, c'est au tour des gars du Sud-Ouest de Manigance d'occuper la scène pour une bonne heure et demie de show. Beaucoup de fans sont venus pour eux et s'amassent sur le devant de la scène... Il est surprenant de voir que le groupe compte parmi ses groupies aussi bien des jeunes que des personnes plus expérimentées de la vie.

La moyenne d'âge du groupe, bien qu'assez avancée (que ses membres me pardonnent ce manque de tact, tout est relatif), ne se ressent absolument pas sur l'aspect frais et détendu de leur prestation. Bien qu'un poil plus statique mais plus "carré" qu'Heavenly, Manigance habite l'espace et ses membres cohabitent tous dans l'harmonie la plus complète. Il faut dire que le lineup du groupe n'a pratiquement point évolué ces dernières années, à part l'arrivée de Jean Lahargue aux claviers en lieu et place de François Taillandier.

Manigance, François Merle, Paris 2011

Un duo se fera d'ailleurs remarqué par une complicité plus que certaine lors de quelques joutes musicales : le guitariste Bruno Ramos et le bassiste Marc Duffau. Si ces deux hommes ne sont pas les meilleurs amis du monde dans la vie, ils le sont en tout cas sur scène ! Aucun des deux ne perdra le sourire tout au long du concert, échangeant même avec un fan absolu gueulant les paroles plus fort que le chanteur Didier Delsaux et ce sans micro !

Plus fort oui mais avec bien moins d'excellence, il faut l'avouer. L'ami Didier semblait parfaitement en voix ce soir-là, pourtant une journée à peine après le show donné au Metallurgicales de Denain (salué sur place par les premières critiques entendues). Plus "stoïque" qu'un Ben Sotto, plus old school aussi, il n'en reste pas moins ultra chaleureux et communicatif avec les fans - étant visiblement très heureux d'être là. A part quelques soucis de micro indépendant de sa volonté sur "Envahisseur" (ou moment comique involontaire assuré pendant le tiers de la chanson) et un final un peu plus éreintant niveau corde vocale sur "Privilège" (finir aussi bien avec un tel morceau restant une énorme performance de toute façon), notre chanteur rendra une copie bien propre et sans fausse note.

Autour de lui donc, deux guitaristes hors pairs pour deux styles différents. Il est d'ailleurs amusant de les voir évoluer chacun dans une approche bien à lui... Le compositeur principal du groupe tout d'abord, l'ami François Merle et la chevelure grisonnante à la Chris Boltendahl (chanteur de Grave Digger passé récemment sur les mêmes planches d'ailleurs), et son côté tranquille... ou plutôt faux tranquille, car lorsqu'il s'agit de balancer un gros riff speedé il assure comme à sa première jeunesse. Une force simple se dégage de son jeu technique et direct, un exemple à suivre pour certains musiciens en herbe. Quant à Bruno Ramos, mentionné plus haut, c'est tout en virtuosité à la Vai/Satriani que son talent s'exerce le temps de quelques passages instrumentaux géniaux notamment sur l'intro "Utopia" du vieux morceau "Ange ou Démon". Sans oublier ces soli dans le pur style heavy prog power speed (rien que ça), comme sur "Mercenaire" (avec un Bruno solo ! *blague amorcée par Didier, je n'y peux rien, ne me jetez pas de tomates*) pour ne citer que lui.

Manigance, Bruno Ramos, Paris 2011

On aurait tendance à l'oublier facilement de part son impact à la fois carré et intense soutenant parfaitement le jeu de ses collègues sur scène, mais le travail de Daniel Pouylau derrière les fûts sait impressionner lorsqu'on se perd à l'observer quelques instants. Monsieur s'amuse avec ses baguettes et ne perd jamais le sourire, tel un gamin content de batifoler devant nous ! En voilà un qui aime son instrument... tout comme Marco à la basse, métronome de technique aux doigts d'acier qui ne faiblira à aucun moment.

Passés ces détails techniques, parlons un peu des morceaux choisis pour ce show... Le groupe avait donc, et ce à raison, envie de nous présenter son nouvel album Récidive sur scène. Première constation, chacun de ses extraits passe le test du live avec grand succès... Citons notamment "Récidiviste" et son speed à la Stratovarius dès l'introduction, ou encore "Larme de l'univers" qui passe comme une lettre à la poste avec son refrain ultra mélodique à souhait. Que de bons choix à ce niveau donc, et de quoi donner aux personnes présentes n'ayant pas encore acheté l'album l'envie de se le procurer...

Le groupe peut se targuer d'avoir 3 autres albums à son actif précédant cette nouvelle sortie, chacun aura ainsi droit à son instant de gloire... surtout D'un autre sang, le meilleur selon votre serviteur, qui se voit illustrer de quelques grands moments de bravoure tels que l'éponyme, "Héritier" ou encore "Maudit" sans oublier le fédérateur "Mourir en héros". Dommage pour "Mémoire" et "Hors la loi", mais on ne peut pas non plus tout avoir n'est-il pas ? Le 1er opus Ange ou démon a aussi droit à ses lettres de noblesses, avec notamment le mythique "En mon nom" en pré-final... quant à L'ombre et la lumière, il se trouve plus vite expédié même si "Envahisseur" a su convaincre et ce malgré les quelques soucis techniques.

Une prestation qui donnerait presque des vertiges, y compris le temps d'une instru parfaitement ciselée et dédiée à Patrick Roy là aussi... du bon show pro et réglo, avec brio, et sans bobo ! En d'autres termes, Manigance c'est beau.

Manigance, Didier Delsaux, Paris 2011

Setlist :

- Aura
- Larme de l'univers
- Délivrance
- Héritier
- Envahisseur
- Mercenaire
- D'un autre sang
- Mourir en héros
- Dernier allié
- Utopia / Ange ou Démon
- Maudit
- Vertiges (Instrumental)
- Récidiviste
- Dès mon retour

- En mon nom
- Privilège

L'after show sera à la hauteur du specacle précédemment offert puisque nous discutons longuement avec divers fans et musiciens. De quoi récupérer quelques petites news intéressantes, notamment sur les sudistes de Forgin' Fate qui préparent un nouvel album pour la fin de l'année...

... Mais le vrai scoop provient d'Heavenly, Olivier Lapauze nous annonçant le départ récent de Charley Corbiaux (absent ce soir) vers d'autres horizons (le bassiste lui n'était quant à lui pas disponible ce soir, rien de bien grave de son côté)... Pas certain d'ailleurs qu'il soit remplacé dans le lineup, à voir !

En ce qui concerne le prochain album, Ben Sotto et ses amis vont se mettre au travail et le sortir début 2012 si tout va bien. L'évolution entamée sur Carpe Diem sera ainsi poursuivie, avec moins d'influences heavy power 80s/90s et une avancée plus hard rock metal stylé Queen à la manière des morceaux "A Better Me" ou "Farewell". De quoi titiller notre curiosité.

Nous serons au rendez-vous, et espérons que ces deux groupes reviendront bientôt sur scène ! Vous pourrez d'ailleurs bientôt voir Manigance dans son Sud-Ouest natal (notamment à Tarbes) en espérant, peut-être, une tournée plus conséquente. A suivre...

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements