Cannibal Corpse au Hellfest 2015

Dimanche, 19h30 – Altar

Un concert squelettique

Sans surprise, il y a un monde fou devant l’Altar pour assister au concert de l’institution du brutal death metal qu’est Cannibal Corpse. Il est vrai que la formation américaine est réputée pour ces concerts à la force de frappe redoutable en plus d’avoir une précision chirurgicale.


Le concert commence avec une désillusion : plus que la décharge brutale du début de set, c’est un son vraiment sale qui marque les esprits. Tout cela manque franchement de précision, et même de puissance, on en attendrait plus d’un groupe comme Canniboule.  Pas de chance, le seul qu’on entend correctement, c’est Paul Mazurkiewicz, un des plus mauvais batteurs du circuit death metal. Monotone, sans saveur et virtuosité, sa performance est à l’image de ce concert : plat. Encore une fois, Alex Webster (Blotted Science / Conquering Dystopia) est honteusement sous-mixé, alors qu’il est un des meilleurs bassistes du circuit : un comble !
 

Corpsegrinder, brutal death metal, 2015, Hellfest, Altar, A Skeletal Domain, Hammer Smashed Face, Cannibal Corpse,


Ceci étant dit, ce qu’on arrive à distinguer des Américains est convaincant : de gros riffs de guitares, suivis par des solos véloces et la voix on ne peut plus emblématique de Fisher, à mi-chemin entre crasse et puissance. D’ailleurs, on remarque en tendant l’oreille que ce dernier ne prononce plus vraiment les paroles, qui sont remplacées par des borborygmes incompréhensibles. Tout l’inverse du parcours de John Tardy d’Obituary en fait.
 

Corpsegrinder, brutal death metal, 2015, Hellfest, Altar, A Skeletal Domain, Hammer Smashed Face,


Avec le recul, ce qui sauve ce concert du naufrage, c’est la rythmique, réglée comme du papier à musique. Le fait que le groupe soit vraiment très statique n’aide pas non plus à entrer dans le concert, mais c’est une attitude reconnue chez Cannibal Corpse. Et le manque de communication avec le public renforce l’impression que ce passage au Hellfest n’est rien d’autre qu’un concert de plus pour la formation. George Fisher, joueur reconnu de World of Warcraft, n’aura même pas relevé la présence d’une bannière de la Horde dans la fosse. (qu’il a pourtant en tatouage sur le bras) Non, il est trop occupé à abattre son set pour toucher son cachet.
 

Corpsegrinder, brutal death metal, 2015, Hellfest, Altar, A Skeletal Domain, Hammer Smashed Face,


Non, il y aura eu un dialogue avec le public : « Essayez donc de headbanguer autant que moi sur la prochaine chanson ! » s’exclame Corpsegrinder. « Vous échouerez lamentablement ! C’est une chanson d’amour. Ca parle d’éjaculer du sang par la bite ! » [Traduction littérale] Le concert repart mieux sur la fin, notamment avec un « Hammer Smashed Face » des familles, mais ca ne suffira pas à convaincre. On en attendait  plus d’un groupe d’une telle stature. Sans doute était-il préférable d’aller voir Life of Agony !

Setlist :

Scourge of Iron
Demented Aggression
Evisceration Plague
Stripped, Raped and Strangled
Kill or Become
Sadistic Embodiment
Icepick Lobotomy
I Cum Blood
Make Them Suffer
A Skull Full of Maggots
Hammer Smashed Face
Devoured by Vermin

Compte rendu par Tfaaon (Facebook)

Photos : ©2015 Thomas Orlanth
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements