Death Angel (+ Malemort, Thrashback et Witches) au Covent Garden (02.08.2015)

Sauna dans ton froc !

Alors que l’été revient de plus belle sur la région parisienne, c’est une fort belle soirée thrash qui nous était proposée au Covent Garden d’Eragny en ce début de mois d’août. Et quel événement, Death Angel dans une salle aussi intimiste étant une véritable aubaine pour les fans présents en masse et gonflés à bloc ! C’est donc dans une ambiance club à l’ancienne que nous nous apprêtons à tout simplement vivre une soirée mémorable.

MALEMORT

Et pourtant, Malemort n’est pas un groupe de thrash ! Ce sont cependant bel et bien les cinq franciliens qui ont la lourde tâche de lancer les hostilités face à un public loin d’être acquis à sa cause. Mais Xavier et ses acolytes ont su adapter leur set aux conditions, Malemort musclant ainsi son jeu et proposant un maximum de titres rentre-dedans pas forcément les plus attendus de ses fans.

Exit ainsi les habituels « Atomique diplomatie » ou « Home Sweet Home » pour une sélection plus drastique fleurtant par moment avec le gros heavy ou le thrash, comme notamment ce break bien venu sur « Madame » ou l’intro de « Décadence ». Le pari semble réussi, car dès « Japan Airlines » le groupe est à fond et lance même les premiers mosh pits de la soirée, enchaînant avec un « Insoumission » sans concession où le bassiste Jean-Christophe Tassin se lâche sur le final.

Xavier Malemort Tassin Covent Garden Death Angel

Par ailleurs, Malemort réussit également l’exploit de tenir en haleine son auditoire en restant soit même, proposant une belle variété d’influences comme le classique et groovy « L’enfant-machette » (qui verra le guest du batteur de Slaves to Metal) ou le plus rock « Cabaret Voltaire », se permettant même sa traditionnelle reprise avec un morceau punk des Misfits.

De quoi chauffer à blanc une salle déjà proche de la fournaise, non sans oublier un message de soutien à l’équipe du Rock Fort Show présente ce soir. Malemort a parfaitement su réunir les foules et se faire adouber par le peuple du metal, un bien bel exploit !

Xavier Malemort Covent Garden Death Angel

Setlist :

Japan Airlines
Insoumission
Madame
Décadence
Mauvaise passe
L’enfant-machette
Cabaret Voltaire
Last Caress (Misfits Cover)

THRASHBACK

Pouvions-nous rêver meilleur apéritif à Death Angel qu’un des meilleurs groupes de thrash metal old school que nous propose l’hexagone ? Thrashback est désormais un bel habitué des scènes parisiennes, un trio à la fois énergique et fougueux qui ne laisse rien au hasard ni repousser le moindre brin d’herbe derrière lui.

Ce soir encore, le trio francilien s’en donnera à coeur joie même si la chaleur se fait absolument insoutenable dans le Covent Garden. Speed derrière la batterie et le micro donnera cependant la pleine totalité de son talent malgré une fatigue relative qui ne l’empêchera pas de blaster l’intro d’un « Overkill » de Motörhead malicieusement réclamé par un fan des premiers rangs.

Speed Thrashback Covent Garden Death Angel

Autour de ce frontman quelque peu original, Freddy lâche ses riffs de gratte sans mal tandis que Le Gorg derrière sa basse se donne à fond sans compter tout en haranguant la foule entre chaque morceau. 

Niveau setlist, Thrashback fait la part belle au premier album, quitte à rester dans le old school le plus traditionnel et faire plaisir à ses plus vieux suiveurs. Seuls « Endless War » et « Night of the Sacrifice » du nouvel opus seront proposés, un petit regret pour certains mais 25 minutes de set ne laissait guère la place au choix.

Après avoir transpiré à grosses gouttes et liquéfiés ses fans plus slammeurs et moshers que jamais, le trio quitte la scène sur une reprise de S.O.D. qui laisse chacun à genoux. Il n’y a pas de doutes, pas mal auront du mal à survivre jusqu’au bout ce soir après une telle déferlante…

Thrashback Covent Garden Death Angel

Setlist :

Endless War
Night of the Sacrifice
Thrashback
Bombers of Death
Wardance
Unleashed the Beast
United Forces (S.O.D. Cover)

WITCHES

Petit détour plus old school encore et un brin plus extrême avec la présence ensuite de Witches, combo sudiste devenu parisien nous proposant du bon speed thrash un peu deathisant des familles. Sans concession, le quatuor s’installe sur les planches et met tout en oeuvre pour profiter un maximum d’un set là aussi assez court.

Sur les six morceaux joués, Witches se permet le luxe de présenter son tout nouvel album à venir, The Hunt, concluant même les débats avec deux titres qui retiennent fortement l’attention. De quoi présager du très bon pour cette nouvelle galette dont nous suivrons de très près la sortie. Si le public reste assez statique sur ces découvertes, il n’en reste pas moins concentré et découvre ainsi religieusement des morceaux qui ont tout pour devenir de futurs classiques en live.

Sibylle Witches Covent Garden Death Angel

Pour le reste, Sibylle Colin-Tocquaine fait preuve d’une divine agressivité derrière le micro, maîtrisant sa voix thrash acidulée d’un brin d’un death tout en gérant des riffs précis et acérés. Autour d’elle, un nouveau line-up qui semble avoir d’ores et déjà les choses bien en main, la prestation d’ensemble s’avérant carrée.

Si ce set a permis aux plus jeunes de se reposer après quelques premières joutes endiablées, il a plus que ravi l’assistance et permis aux plus anciens de se raviver quelques bons souvenirs d’un groupe qui écume la scène depuis quelques années déjà. Une bien belle réussite.

Witches Covent Garden Death Angel

Setlist :

Horror Museum
No Matter if the Wind…
Serial
Crystal
Jump with Fright
Riding and Hunting

DEATH ANGEL

Le temps d’un soundcheck où les fans sont précipités à l’extérieur de la salle, la tension monte peu à peu. Et lorsque les fauves sont à nouveau lâchés dans l’arène, certains constatent avec bonheur que l’atmosphère s’est un peu rafraîchie… Trêve de courte durée, la prestation de Death Angel à venir va aussi bien littéralement qu’implicitement mettre le feu.

Osegueda Death Angel Covent Garden 2015

Dès les premières notes du sample intro de « Left for Dead », les mains se lèvent et les remous se font nombreux dans la fosse. Totalement déchaînés, les thrasheux étonnent même un groupe qui ne s’attendait pas à un tel accueil plus que bouillant. Très vite, cette énergie populaire transcendera Death Angel qui était déjà pourtant sur de très bonnes dispositions, Mark Osegueda multipliant ses remerciements tous aussi intenses les uns que les autres en rappelant à chacun que si le groupe en est là aujourd’hui c’est avant tout grâce à et pour les fans qu’il exhorte de rester eux-même.

A soirée exceptionnelle, moment exceptionnel réservé selon Mark aux soirées vraiment spéciales, l’intonation en fin de set d’un « Kill As One » en mode revival première demo qui remplace ainsi au pied lever dans la liste le pourtant indéboulonnable « Voracious Souls ». Sur ce morceau qui tutoie les étoiles dans son intensité du moment, Rob Cavestany torture sa gratte comme rarement le temps d’un solo endiablé et des flaques de sueurs jaillissent des circle pits ou autres slams et moshs effrénés.

Cavestany Death Angel Covent Garden 2015

Mais ceci n’est qu’un exemple d’une soirée quasi parfaite à la setlist qui plus est fort variée bien que mettant avant-tout en vedette le très bon dernier opus The Dream Call for Blood avec pas moins de sept titres joués mais aussi dans une moindre mesure le grand classique premier disque The Ultra-Violence qui aura droit à son « Evil Priest » remplaçant au dernier moment « Mistress of Pain » et dont le solo exorcise littéralement notre frontman. Death Angel se permet aussi quelques facéties, notamment un « Thrown to the Wolves » final des plus percutants précédé de l’intro de l’instrumentale « The Ultra-Violence », ou encore un « Bored » assez osé et rare qui tranche un peu avec le thrash sans concession fourni jusque là en continu.

Aguilar Death Angel Covent Garden 2015

Mais comment résister aussi à la prestation scénique à la fois destructrice et précise d’un des plus fiers représentant de la thrash Bay Area ? Si Rob est parfait dans son rôle de soliste, il le sera aussi au niveau des choeurs notamment sur l’excellent « Claws in So Deep » où Mark mettra rapidement son vibrato en valeur. A leurs côtés, Ted Aguilar ou « l’homme qui ne transpire jamais » (d’habitude…) se fait méticuleux dans ses rythmiques, Damien Sisson diablement efficace à la basse et Will Carroll en mode bûcheron sans faiblesse derrière ses fûts. Un line-up au diapason de son talent et d’une ambiance de dingue digne des premiers clubs écumés par les américains.

Rob Death Angel Covent Garden 2015

Exceptionnel, ce concert de Death Angel restera gravé dans l’esprit de chacun, probablement l’un des meilleurs shows thrash metal qu’est pu connaître le Covent Garden et l’une des dates à retenir de cette année 2015 déjà bien entamée. Les californiens ont ce soir prouvé que rien ni personne ne pouvait les empêcher de délivrer une prestation des plus impeccables, entre professionnalisme et convivialité absolue. La marque des plus grands.

Setlist :

Left for Dead
Son of the Morning
Claws in So Deep
Fallen
Buried Alive
Evil Priest
Succubus
Execution – Don’t Save Me
Truce
3rd Floor
Seemingly Endless Time
The Dream Calls for Blood
Caster of Shame
Bored
Kill As One
The Ultra Violence / Thrown to the Wolves

Death Angel Covent Garden 2015

 

Un grand merci à Christophe « Blaster of Muppets » du webzine Aux Portes du Metal pour les photos

Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements