Iggy Pop & The Stooges au Hellfest 2011

Iggy & The Stooges détruisent la Mainstage 1 à 21h05

Petite curiosité du festival, la légende Iggy Pop en tête d’affiche du Hellfest. Et l’iguane a donné une bonne leçon de rock n’roll aux spectateurs !

L’annonce avait étonné les festivaliers. En effet, un festival de metal qui accueille Iggy Pop en tant que tête d’affiche, c’est pas banal ! Ben Barbaud s’était justifié en disant qu’Iggy Pop était un concentré d’énergie, et qu’il avait de fait tout à fait sa place dans l’évènement. Force est de constater que le grand manitou du Hellfest avait raison.

Dès son entrée en scène, le légendaire iguane torse-nu se démène et gesticule en beau diable de part et d’autre de la scène. Ses 64 ans ne semblent le gêner aucunement, aussi bien dans le jeu de scène que dans la voix, tantôt hargneuse, tantôt lancinante et insolente. On peut d’ailleurs remarquer qu’il est en totale opposition aux musiciens des Stooges, qui semblent cloués sur place, agglutinés autour de la batterie, comme s’ils avaient peur de se cogner contre leur frontman. Mais cela n’a en aucun cas terni leur performance musicale énergique et juste, avec ce groove dansant si cher aux américains.

Le groupe revisite et dépoussière son répertoire des années 70, avec une belle part laissée au délicieux Raw Power, représenté par 5 titres explosifs qui font mouche, dont le standard « Search And Destroy » ou le lancinant « Penetration » et son clavier lascif. Les deux premiers méfaits des Stooges n’étaient évidemment pas en reste, avec le classique « I Wanna Be Your Dog » ou encore « 1970 ». Les titres s’enchaînent sans temps mort, tous aussi pêchus et enlevés que les autres.

Le public mettra du temps à capter cette énergie. En effet, c’est le clame plat de ce côté pendant la première moitié du show, et le public se mettra progressivement à bouger, jusqu’à exploser pendant « I Wanna Be Your Dog ». On voit bien ici que les titres des Stooges étaient plutôt méconnus des festivaliers, probablement plus habitués à des sonorités plus « metalliques ».

Conquérir un public non préparé et non familier n’est pas une tâche aisée pour un groupe, et les Stooges peuvent se vanter d’avoir pu convaincre dans le dur milieu des metalleux. Ces derniers ne subiront plus le reproche d’être étroit d’esprit et auront fait une bien belle trouvaille, car il n’est jamais trop tard pour découvrir une légende.

Setlist :

Raw Power
Search and destroy
Gimme Danger
Shake Appeal
1970
Fun House
Open Up And Bleed
L.A Blues
Beyond the Law
Penetration
I Got a Right
I Wanna Be Your Dog
No Fun



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements