Wolfheart – Shadow World

Tuomas Saukkonen continue de mener sa carrière comme il l’entend. Après avoir surpris il y a deux ans par l’annonce de l’arrêt de tous ses projets, le désormais ex-leader de Before The Dawn ou Black Sun Aeon sort le deuxième album de Wolfheart, groupe qui semble désormais lui apporter entière satisfaction. Cette fois-ci composé de trois autres musiciens, le combo semble plus solide et destiné à durer, et ce bien que les plans du leader des finlandais soient plus qu’imprévisibles.

La chose la plus curieuse avec Tuomas, c’est que le bonhomme a beau multiplier les projets, les changements dans sa musique restent eux, très mineurs. Ainsi Wolfheart parlera certainement beaucoup aux fans des précédents projets du multi-instrumentiste qui continue de rôder entre les contrées du death mélodique et celles du doom épique, en multipliant les références à ses travaux antérieurs notamment à travers les paroles. En un sens, c’est un album profondément finlandais que nous offre le groupe, tant il se rattache à un son que l’on retrouve chez Ghost Brigade, Amorphis, Insomnium ou encore Swallow The Sun.

Similaire sans être une pâle copie de ces groupes, Wolfheart parvient à donner au genre une tournure plus agressive et peut-être légèrement moins gothique, à l’image du chant qui reste growlé pendant tout l’album. Loin d’être forcé par un manque de palette vocale, ce choix est sublimé par les chœurs puissants qui accompagnent parfois Tuomas lors des refrains et se marient à merveille avec les compositions épiques que sont « Aeon of Cold » ou « Last of All Winters ».

Wolfheart, 2015, finland, tuomas saukkonen

Comme à son habitude, le Finlandais nous livre un album riche et dense où se font entendre de nombreux éléments acoustiques, à la guitare ou au piano, mais dans lesquels on a malheureusement tendance à se perdre. Certains passages ont beau être magnifiques, l’ensemble aurait pu être bien plus épuré et plusieurs longueurs impossibles à occulter nuisent parfois à l’écoute.

Ce genre d’album est évidemment à double tranchant, puisque quiconque se prendra vraiment au jeu pourra sans peine écouter l’album en boucle pendant longtemps, tant il regorge d’idées intéressantes et bien mises en valeur par la science des arrangements de Tuomas. On s’aperçoit souvent que les mélodies de sa guitare et de celle de Mika Lammassaari prennent le pas sur le chant dans la construction des morceaux, pour un résultat souvent saisissant comme sur « Aeon of Cold », où la mélodie au piano reprise plus tard par la guitare reste longtemps en tête. Un titre qui démontre parfaitement la capacité des Finlandais à pondre des singles d’une efficacité redoutable, même lorsqu’ils dépassent les six minutes.

Dans l’ensemble, Wolfheart présente ici une ambiance encore plus froide que celle de l’opus précédent. Pas vraiment étonnant pour un groupe qui s’auto-catégorise comme du « Winter metal », mais suffisamment réussi pour que des titres comme « Abyss » ou « Nemesis » plongent l’auditeur dans une mélancolie caractéristique des terres désolées du Grand Nord. Néanmoins, quelques bonnes idées inattendues viennent réchauffer l’atmosphère, comme ce solo très rock n’ roll sur la conclusion « Veri », crescendo magnifique chargé en émotion et très bonne surprise.

Avec une production très propre, notamment sur la section rythmique, le groupe s’est assuré un son clair permettant à chaque musicien d’exprimer son talent (et c’est dire s’ils en ont). Tous les membres rivalisent de technicité et il n’y a guère que le batteur Joonas Kauppinen qui déçoit par un jeu relativement peu original. Néanmoins, les passages où sa double pédale supersonique se fait presque inaudible et atmosphérique sont une belle réussite.

Au final cet album de Wolfheart se révèle être d’un bon niveau, mais reste en dessous des pépites récemment sorties par Insomnium ou Ghost Brigade. Le combo n’est plus très loin, mais il lui manque encore quelques coups de génies supplémentaires pour atteindre le gratin du genre. En attendant, Shadow World reste un album solide et bien composé qui plaira forcément aux amateurs d’ambiances épiques, mais aussi, bien sûr aux fans de Tuomas Saukkonen et de tous ses projets antérieurs, tant le Finlandais semble faire une sorte de synthèse de sa carrière à travers ce nouveau projet.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements