CinC (+ 6:33) au Point Ephémère (16.05.2015)


Que vivalavida mágica a 6:33 !


Après une entrée un peu laborieuse, nous pouvons enfin découvrir la très agréable salle du Point Ephémère située sur les quais de Seine pour assister à ce concert très spécial. Une salle qui mériterait d’accueillir bien plus de concerts métal à l’avenir.

 

6:33


Il n’est plus 6h33 mais c’est l’heure pour les franciliens d’ouvrir le bal. Tous affublés de masques de catcheurs, de monstres ou d’anonymous, ils débarquent sur une scène noire dépouillée de tout artifice mais assez spacieuse pour les laisser se mouvoir énergiquement durant tous le set.
 


C’est précisément le cas pour Rorschach (chant) très en jambes autant qu’en voix ! Il y a de quoi bouger car le métal proposé par le groupe est vif, puissant mais aussi entrecoupé de breaks savamment amené en particulier sur les titres longs.
 


Arno fut comme il se doit de la partie sur le titre "I like it" tiré de l’album The Stench From The Swelling (A True Story) auquel il a participé, une façon de s’échauffer pour la suite des hostilités.
 


Un très bon concert des 6:33 qu’Il était logique de voir en première partie de CinC, ils ont été tout à fait à l’unisson au cours de cette belle soirée.


Setlist :

Hellalujah
Giggles, Garlands & Gallows, Pt. 1 (Order Of The Red Nose)
Black Widow
Burn-In
I like it  (with Arno Strobl)
I'm a Nerd
Giggles, Garlands & Gallows, Pt. 2 (M.I.D.G.E.T.S.)

 

CinC


Après une intro magique de Catherine Lara, la troupe d’Arno formée depuis peu arrive devant nous avec un grand sourire aux lèvres. De bon augure pour jouer l’intégrale de Vivalavida, premier album de Carnival In Coal sortie en 1999. Pour l’occasion le chanteur co-fondateur du dorénavant CinC, s’est entouré de nouveaux excellents partenaires de jeux : Noémie Cornet (ex-X Syndicate) à la basse, Romain Caron (John Makay) et Fabien Desgardins (Infected Society), ex-Drowning, ex-Yyrkoon) aux guitares, Guillaume Maillard (Anorak) à la batterie et au clavier Emmanuel Rousseau également membre de 6:33 et Orakle.
 


Arno est en grande forme malgré l’émotion que l’ont ressent chez lui tout au long du concert en particulier lors de son hommage extrêmement émouvant à son amie Malou. Il offre au public très fpurni une prestation efficace et énergique avec visage expressif et une puissance vocale impressionnante, prouvant qu’il est un grand chanteur au grand cœur !
 


Les musiciens qui l’accompagnent ne sont pas en reste et assurent leurs rôles avec classe, précision et un plaisir non dissimulé. Pourtant Arno nous indiquera qu’ils n’avaient que peu répété en insistant avec modestie sur le coté « amateur » de ce concert. On aimerait voir plus souvent des groupes à ce niveau d’amateurisme. Le public ne s’y est pas trompé se montrant très réactif autant à la musique qu’aux nombreuses interventions d’Arno entre les titres qui donneront à cette soirée d’adieu un côté très convivial et drôle !
 


C’est avec un sentiment paradoxal que l’on quitte la salle. La joie d’avoir vécu un très bon moment de musique généreux presque entre copains mêlée d’une pointe de tristesse à l’idée de voir disparaitre ce grand groupe de la scène française très original et unique tant en concert qu’en album.


Vive CinC et bravo pour cet si inoubliable baroud d’honneur parisien qui n’en est pas un car, comme nous l’avons appris récemment, ils reviendront le 14 novembre au Glazart. Une belle occasion, ultime ou pas, de les voir car ainsi : "Tous le monde se souviendra de Carnival in Coal"...
 

Setlist :

In Darkness Dwells Vice
Entrez le Carnaval
Urine Facewash
Got Raped
Yeah, Oystaz
Narrow-Minded Sexist Pig
A Swedish Winter Tale
She-Male Whoregasm
XXX Dog Petting
Dressed Like Pazuzu
Maniac

 

Photos : Arnaud Dionisio / © 2015
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements