Ghost au Hellfest 2011

Ghost vient hanter la Terrorizer Tent à 15h50

Après deux annulations consécutives de leur venue en France (au Bataclan avant Paradise Lost et au Glaz’art), Ghost, groupe suédois fortement marqué par les années 70, vient enfin se montrer au Hellfest, tout en restant masqué…

C’est dans un décor dépouillé et à l’ombre de la Terrorizer Tent que viennent Ghost pour faire frémir les courageux venus assister à leur messe noire. Musiciens encagoulés et chanteur-gourou déguisé en pape zombifié, tel est le menu macabre que viennent nous servir ces jeunes suédois, qui n’ont qu’un seul album, Opus Eponymous, à leur actif.

Avec un tel accoutrement, on pourrait s’attendre à un groupe de Black Metal et sa déferlante de blast beats et de vocaux démoniaques. Mais Ghost se montre original…en suivant la mode ! En effet, depuis quelques années, les années 70 reviennent en force, ce qui profite à de nombreuses formations de cette époque, tout comme à des jeunes loups qui tentent de surfer sur la vague. Ghost puise ses influences musicales principalement chez Black Sabbath et Blue Öyster Cult (rien que ça !) en les mélangeant à sa sauce pour nous donner un résultat exquis, en mixant lourdeur martiale et envolées mélodiques légères.

En live, ce mélange est détonnant et le public est envouté par cette musique diabolique, mais tellement plaisante. Le groupe est silencieux et appliqué, aucun faux pas musical n’est à déplorer. En revanche, le son privilégiait trop la basse, qui avait tendance à parfois avaler le clavier. Rien de bien grave cependant. Le chanteur, flanqué de sa mitre et d’habits religieux, se révèle convaincant, aussi bien vocalement, avec un timbre torturé qui n’est pas sans rappeler celui du célèbre Mikael Akerfeldt (Opeth) lorsqu’il chante.

Côté setlist, le groupe pioche habilement dans son seul album sorti, en n’oubliant pas les tubesques « Elizabeth » et « Ritual », avec des refrains à se damner. L’instrumentale qui conclut l’album, « Genesis », est aussi bien présentes, pour le plus grand bonheur des amateurs de mélodies soignées et classieuses. Le groupe nous a tout de même réservé une petite surprise, en interprétant une reprise totalement inattendue, « Here Comes The Sun », hymne joyeux et sucré des légendaires Beatles. Le titre est ici servi dans une version macabre et inquiétante, en décalage total avec ses paroles. Effet garanti sur scène !

Ghost, un groupe très prometteur, qui avait déjà montré de quoi il est capable sur album, vient de prouver qu’il maîtrise la scène sans problème. Une bien belle surprise dominicale que l’on espère revoir plus souvent pour assombrir nos vertes contrées.

Setlist :

Con Clavi Con Dio
Elizabeth
Death Knell
Satan Prayer
Prime Mover
Genesis
Here Comes The Sun (reprise des Beatles)
Ritual



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements