Mitja Harvilahti (guitariste de Moonsorrow) au Motocultor 2011

Interview avec Mitja Harvilahti de Moonsorrow

Par Born666 et Katarz

Dimanche 21 Août  2011

 

Katarz : Et bien merci Mitja pour cette interview, je voudrais parler avec toi dans un premier temps de la tournée que vous êtes doucement en train de terminer.

Mitja : Et oui on est sur la route depuis le printemps maintenant, pour la tournée Pagan Fest avec Korpiklaani et d’autres groupes de Pagan. Puis, chacun de nos week ends jusqu’à maintenant a été rempli de festivals un peu partout en Europe. On a fait aussi le Tuska Open Air en Finlande, à Helsinki et d’autres petits festivals non moins sympas.
 

Born666 : Avez vous des retours de votre dernier album ?

Notre dernier album est sorti en mars et s’intitule Varjoina Kuljemme Kuolleiden Maassa. On est très satisfaits de cet album. Nous avons eu des problèmes de distribution dans certains pays mais le contenu j’en suis fier. Je n’ai pas encore les chiffres en termes de ventes mais je crois que c’est mieux que l’album précédent. Il faut bien six mois pour vraiment commencer à comptabiliser les ventes.

Born666 : Tu voudrais décrire le groupe aux français qui ne vous connaissent pas encore ?

Moonsorrow est un groupe de Metal qui a beaucoup d’éléments de folk traditionnel. Nous sommes influencés par des groupes comme Bathory, des classiques. Nous avons beaucoup d’éléments Black Metal aussi. Sans oublier que parfois nous puisons aussi dans le symphonique et la musique scandinave traditionnelle. Nous avons déjà six albums à notre actif et on peut dire que d’album en album tous ces éléments se retrouvent dans notre musique, mais dans des proportions différentes.
 


Born666 : Vous êtes tous originaires de Finlande ?

Oui, nous venons tous de Helsinki. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui on tourne tellement qu’il ne serait pas compliqué pour moi de déménager quelque part, par exemple en Allemagne ou à Paris…

Katarz : Dans votre musique vous utilisez beaucoup de sons enregistrés, des chants d’oiseaux, des feux de camp, des bruits d’air ou d’eau. Vous êtes des gars proches de la nature ?

Oui, nous nous décrivons comme un groupe de pagan et le paganisme a son noyau dans la nature. Notre musique, nos paroles, nos expressions scéniques, on y retrouve ces éléments de la nature.

Katarz : Moi chacun de vos concerts me fait littéralement planer. C’est une intention, quand vous composez, de créer une atmosphère, une sorte d’univers qui nous enveloppe et nous transporte ? Peut être que ce n’est d’ailleurs pas une intention, et vous crééz simplement une musique que vous avez envie d’entendre ?

C’est vrai qu’on a toujours une idée derrière la tête avant de composer : cela peut être un concept, une idée bien précise. Notre musique on la voit comme quelque chose de très visuel. On utilise beaucoup d’instruments, de mélodies, de fonds sonores… notre intention c’est de les mélanger de manière à ce que quand tu fermes les yeux, tu vois des images.
 

Born666 : Vous revenez en France cet automne ?

Oui nous avons une tournée prévue en Novembre : Paris, Montpellier, et quelque chose d’autre. (Rires) Je ne me souviens plus. 
 

NDLR : Il s’agit de la tournée Dead Tyrants avec Tyr
21/11 : Colmar  
22/11 : Paris (La scène Bastille)
23/11 : Toulouse 
27/11 : Montpellier 

Born666 : Vous êtes connus pour composer des morceaux très longs. Parfois une demie heure. Vous allez faire un double album un jour ?

On ne sait pas encore. Ce qui est sûr c’est que chaque fois que l’on compose on se fixe des limites (7 minutes, 3 minutes…) que l’on ne tient jamais ! (Rires)
Pour une raison mystérieuse nos compositions finissent toujours par être beaucoup plus longues que ce qui était initialement prévu.
On ne va pas revenir à des compositions d’une demie heure. Par contre un double album c’est beaucoup de travail donc je ne sais pas si on pourra le faire dans l’immédiat. Chaque morceau que nous composons déjà est un effort incommensurable. Cependant si l’on venait à faire un tel album, on aimerait que tu puisses l’écouter d’une traite tu vois ? Donc c’est beaucoup de travail.

Born666 : Comment vous viennent les structures des chansons ? Peut être partez-vous d’un riff? Chacun apporte ses idées ?

Oui on part souvent d’un bon riff ou d’une intro. On a étudié beaucoup la musique et on voit tout de suite si l’élément apporté sera incorporé en début ou au milieu d’un titre. On travaille vite mais une fois les riffs trouvés, la musique trouvée, c’est très difficile ensuite de faire en sorte que tout s’imbrique bien. Disons qu’on tâtonne, on cherche à arranger un morceau progressivement.

Katarz : Vos chansons sonnent comme des histoires que vous racontez.

Oui, c’est tout à fait ça. Il y a des débuts, des développements, des fins… Il y a des choses qui se passent.

Katarz : Et bien sûr les paysages. Je voudrais savoir si vous faites partie des associations de reconstitution historique ?

Non, non on ne fait rien de cela. On ne fait pas de jeux grandeur nature non plus. Même si les influences historiques sont importantes dans nos esprits, on n’essaie pas de les recréer dans nos vies. On vit dans les temps modernes…

Born666 : Alors qu’est-ce que c’est être païen aujourd’hui ?

La nature est mon hobby. Je la photographie, je fais énormément de randonnées. Je la célèbre comme ça. S’il y a quelque chose de sacré dans ma vie c’est certainement la nature. Je ne crois pas en Dieu ou quelque être supérieur. Pour moi la nature et la vie sont sacrés en soi.
 


Katarz : Quand j’ai posé la question à un Finlandais un jour, il m’a dit qu’il se sent déraciné, que vous êtes un peuple sans culture. Qu’est-ce que tu réponds à ça ?

Je crois qu’il a tort. On a des racines fortes en réalité. Si tu ne les connais pas, tu peux le dire mais pour moi ce n’est pas vrai. Si un Français vient en Finlande il ne la verra pas de prime abord, mais si tu creuses un peu, tu t’aperçois qu’on a des traditions, une vraie appartenance.

Katarz : Et qu’est-ce que font les Finlandais au beau milieu de l’hiver, par -30°C ? Je sais que vous êtes un peuple qui lit beaucoup !

Oui on a des problèmes d’alcool ! On a beaucoup de neige, surtout il y a deux ans. Il fait nuit, il pleut 6 mois par an, sans soleil. Ca peut être déprimant. Je n’aime pas ça. On essaie donc de partir en tournée dès le printemps ! Mais j’aime aussi aller skier ! Je vis dans le centre de Helsinki donc je m’évade souvent.

Katarz : Tu as quelque chose à dire au public français ?

Oui je voudrais dire que l’on ne joue pas assez souvent en France. On voit l’enthousiasme des Français chaque fois que l’on vient mais ce qui est sûr c’est que l’on ne vient pas assez souvent ! Mon rêve ce serait de faire une tournée d’une semaine complète rien qu’en France.

Born666 : Et bien merci pour cette interview !

Katarz : Merci à toi !
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements