Myrath – Tales of the Sands (+ titre en avant-première exclusive)

Myrath présente aujourd'hui son nouvel album, au titre plutôt accrocheur Tales of the Sands. Un opus à paraître le 26 septembre prochain chez XIII Bis Records / Nightmare Records.

Tout d'abord, quelques éléments qui ne laissent entrevoir que du bon du côté de la production : Kevin Codfert (Adagio) a assuré une fois de plus la production de l'album, et le mix a quand à lui été confié aux soins de Fredrik Nordström, Henrik Udd (Dimmu Borgir, In Flames etc...) et Kevin Codfert.

Côté Mastering, le groupe s'est offert les services de Jens Bogren, (qui n'est autre que le producteur de Paradise Lost / Symphony X).

Premier élément remarquable : la pochette de l'album, oeuvre de Bader Klidi, est vraiment adorable et soignée. Un plaisir pour les yeux, mais qu'en sera-t-il pour nos oreilles ? Eh bien la rédaction est unanime ; "quel soufflet que ce nouvel opus des Tunisiens" !
 

Myrath Tales of the Sands 2011

Dès les premières notes de l'album on s'aperçoit de l'énorme travail des meneurs cités ci-dessus ; le son est cristallin, net et précis, sans bavure.

Les rifts de Malek sont rigoureux et annoncent la couleur - "orientale" ? - de l'album, escorté par le rythme intense délivré à la batterie par Piwee Desfray, (nouveau batteur du groupe, qui officie aussi dans Heavenly).

Nous pouvons également remarquer l'excellent travail d'Anis Jouini dont les lignes de basse, bien présentes et décidément très équilibrées, n'empiètent pas sur le reste et savent ainsi mettre en valeur l'ensemble comme il se doit.

En englobant tout cela par les nappes de clavier très "orientalisantes" d' Elyes Bouchoucha, et la voix décidément épatante de Zaher Zorgatti, vous obtenez finalement cette "touch" Myrath que nous avions déjà trouvée lors de l'écoute de Desert Call, littéralement raffinée ici par une production sans faille.

A noter la participation de l'orchestre de Sousse pour les violons sur cet album, ainsi que celle de Clémentine Delauney (chanteuse de Whyzdom) qui fait une apparition dans le titre "Under Siege" dès l'ouverture de  l'album.

Il faudra attendre le quatrième titre Tales of the Sands pour avoir l'opportunité d'entendre, en alternance avec l'anglais, les premiers chants en arabe de cet album. L'occasion de re-souligner la "l'alternance" du chant de Zaher.

Quand à la durée des titres, elle n'excède qu'à deux reprises les cinq minutes ce qui est, dans le domaine, assez remarquable (et en "opposition" avec l'album précédent dans lequel nous ne trouvions que deux pistes sous la barre des cinq minutes !). Autant dire que les "détracteurs" qui trouvent que les pistes sont trop longues dans le monde du prog seront cette fois-ci ravis et n'auront plus aucune excuse pour ne pas se mettre à en écouter !

Bien entendu, les influences du groupe restent les mêmes ; comment ne pas citer parmi tant d'autres les magnétismes mentionnées ci-dessus en pensant aux breaks et aux rythmiques de Malek, ou encore une touche "Awake" (de qui vous savez...) quand il s'agit d'entendre les unissons clavier + guitare ou bien guitare + basse, ou encore cette alternance de solos…

Mais le plus important est que le groupe a su donner à sa musique une véritable identité, un véritable "melting pot" orientalo-occidental, une invitation au voyage, au rêve et à la découverte des racines du groupe.

Les riffs et les breaks s'enchaînent - et ne se ressemblent pas - mêlant agressivité et poésie, traditionnel et contemporain, un véritable tourbillon de cultures, de langages, de notes, de rythmes et d'instruments parfaitement maitrisés ; un régal pour les amateurs de métal oriental et de métal progressif, mais également largement accessible aux auditeurs d'un autre style de métal.

Pas de "titre par titre" pour cette chronique vous l'aurez bien compris ; le meilleur moyen de découvrir l'album étant encore de l'écouter dans son intégralité sans trop en savoir à l'avance, à moins de vouloir casser tout le charme qui s'en ressent.

Pour conclure, nous pouvons prétendre sans trop de risques que le nouvel album de Myrath est  incontournable pour la rentrée, et ravira les fans du genre.

Si Desert Call pouvait être considéré comme l'album annonciateur, Tales of the Sands est sans aucun doute celui de la maturité.


Nidhal Marzouk 

Découvrez en exclusivité à l'antenne de La Grosse Radio Metal et dans le player ci-dessous le titre "Merciless Times" :
 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements