Yann le Baraillec, président du Motocultor Festival 2011

Interview de Yann le Baraillec,
Président du Motocultor Festival.

Dimanche 21 Août 2011

Par Katarz et Born666

Katarz : Alors tout d’abord merci pour cette interview. Je voulais tout d’abord te dire que si je suis revenue cette année au Motocultor c’est parce que malgré la petite taille du festival l’année dernière, l’ambiance était vraiment au rendez-vous et j’y ai passé le meilleur week-end de ma vie. Malgré le peu d’infrastructures qu’il y avait l’année dernière, l’absence d’un point d’eau notamment, c’est le meilleur festival en terme d’atmosphère. Comment expliques-tu cela ?

Il y avait tout de même une salle où l’on accueillait les artistes, il y avait quand même de l’infrastructure. Cette année le site est plus adapté et l’on a acquis de l’expérience en terme d’organisation. L’année dernière c’était notre première expérience en plein air, car avant, entre 2007 et 2009 on était en salle. On est des passionnés. On espère s’améliorer d’année en année avec l’expérience. Si l’on stagnait ce ne serait pas normal.

 

Katarz : Ca dépend, en Allemagne je suis allée au Dong Open Air qui désire demeurer de très petite taille et ne veut surtout pas s’agrandir. Vous c’est pas votre cas.

On ne sait pas encore. On y va étape par étape, on essaie d’améliorer les conditions d’accueil des festivaliers et des groupes. L’année prochaine on va encore faire des améliorations, peut être une salle pour la presse.
 

Katarz : Vous avez tendance à mélanger, au niveau de l’affiche, les tout petits groupes avec les grandes têtes d’affiche : cette année Marduk, Hatebreed ; l’année dernière Destruction, Sodom, Entombed, et d’un autre côté des groupes moins connus. Vous avez même réussi à intégrer à merveille un groupe de Rap absolument génial. Vous êtes un tremplin pour les petits groupes ?

Oui, on a justement organisé des tremplins pour les petits groupes à Rennes. Les deux vainqueurs ex-aequo, Sinscale et Jumping Jack ont ouvert pour le vendredi et samedi. Notre objectif c’est d’organiser, pour l’année prochaine, plusieurs tremplins et ce dans d’autres régions de la France, par secteur. On va essayer en Normandie, sur Paris et ensuite on verra en fonction des rencontres que nous allons faire…
Nous avons énormément de demandes de groupes et on a pas le temps de répondre à toutes. Aussi, on écoute des CD’s que l’on reçoit de leur part, mais on ne sait pas ce que ces groupes donnent en concert. Alors on préfère, pour sélectionner des groupes d’autres régions, organiser ce type de tremplins. C’est la meileure idée que nous avons eue.
 

Katarz : En tout cas ce qui est impressionnant c’est que vous avez ce talent incroyable de programmer des groupes qui font recette ici, qui plaisent énormément. C’est grâce à ces tremplins, ou un choix de vous orgas ?

C’est un choix personnel, car je m’occupe de la programmation et ce que j’ai programmé ce sont des groupes que j’aime. Mc Circulaire, le groupe de rap, c’est un pari. Certains doutaient mais même ceux qui n’aimaient pas suivaient depuis le bar. Ca a éveillé la curiosité du moins et ça change. Naheulband aussi met l’ambiance. On essaie de varier les différents styles pour plaire à un maximum de monde et c’est grâce à cette formule que l’on va pérenniser le festival.

Katarz :  Penses-tu que cette ambiance à la fois décontractée et complètement déjantée est due au fait que les bretons ont vraiment l’esprit fête ?

Avant d’organiser les Motocultor en plein air, on faisait des concerts en salle, on faisait venir certains groupes qui nous disaient « mais les bretons c’est des fous ». (Rires)
Moi je ne suis pas souvent allé voir des concerts en dehors de la Bretagne, donc je ne connais pratiquement que ça, mais c’est vrai que les gens ici aiment bien faire la fête. En Bretagne ça se sait, on aime la bière. Je ne fais pas d’autres festivals metal en dehors de la région.

 

Ambiance

Katarz : En tout cas la bière est excellente. C’est laquelle cette année ?

L’année dernière c’était de la Bavaria, cette année c’est de la bière bretonne. On verra l’année prochaine.

Born666 : Motocultor c’était un groupe à la base non ?

L’origine du festival est le groupe Motocultor, créé en 2006. On s’amusait à faire de la musique disco, des reprises des génériques de dessins animés en version metal. Mais on ne sait pas jouer par contre. Et ce groupe n’allait pas faire les têtes d’affiche. On a décidé d’en créer un en 2007, avec d’autres metalleux. On a fait notre propre festival.

Born666: En termes de chiffres, d’entrées, je vois une grosse différence par rapport à l’année dernière. Il y avait pas beaucoup de tentes, cette année on a l’impression d’être dans un mini Hellfest. Il y a eu combien d’entrées à ton avis ?

Merci. C’est un peu tôt pour le savoir. Le vendredi il y avait encore peu de monde, le samedi était bien mieux. Le dimanche c’est notre meilleure soirée. Vendredi on était 1100, ou 1300 avec les accréditations presse.

Born666 : Est-ce que vous avez utilisé plus de fûts de bière cette année ? Il fait très très chaud.

On a fait 110 fûts de bière entre le vendredi et le samedi.
 

Katarz : Le son est vraiment excellent ici, à l’exception de quelques groupes apparemment. Mais je n’étais pas là pour le voir. Vous avez des ingénieurs sons  spécifiques qui viennent vous prêter main forte ?

Oui c’est Actison Rock qui vient pour s’occuper du son. Ils travaillent sur tout ce qui est lumières, son et scènes. Ils travaillent aussi dans la Rock Hard tent au Hellfest. Donc merci au Hellfest, ils font du bon boulot !

Born666 : N’avez-vous pas demandé à Ben Barbaud du Hellfest de venir ?

Si bien sûr, mais je crois qu’après le Hellfest, ils travaillent sur leurs bilans en Juillet et en Août ils partent en vacances. Ben n’a donc pas pu venir. Yoann, le co-directeur du Hellfest est déjà venu en 2008 et 2010. Il n’a pas pu venir cette année malheureusement parce qu’il vit loin.

Born666 : Au niveau groupes vous avez déjà des contacts pour l’année prochaine ?

On a déjà eu des contacts avec des tourneurs qui nous préviennent que tel ou tel groupe sera sur la route l’été prochain mais je pense que ce sera comme d’habitude, on en saura un peu plus dans quelques mois. Aussi, on va pouvoir mesurer nos ambitions en fonction du bilan de cette année. Il y a des groupes qui ont de fortes exigences mais que l’on aimerait faire venir. Peut être l’année prochaine ?

Born666: Et supposons que le bilan est excellent. Quelle serait votre affiche idéale pour l’an prochain ?


Megadeth sur la Dave Mustage. (Rires).

Born666 : Et sur la Suppositoire Stage ? (Rires)

Sodom ! (Rires)
 

Katarz : Le concert de Sodom était excellent en 2010 d’ailleurs. Comment avez vous fait pour vous offrir une telle brochette de groupes magnifiques ? Le Motocultor Festival est une association.

C’est pas évident ! On travaille beaucoup. On essaie de réfléchir au niveau des styles de musique, de  communiquer pas mal … On a envie de travailler avec des gens qui nous font confiance et certaines des personnes que nous avons contacté nous ont prodigué de bons conseils pour faire venir les groupes. Parfois il suffit de pas grand chose, il y a des astuces à savoir. Beaucoup de tourneurs nous ont proposé des petits groupes, juste pour voir, et selon les échos, ça va nous ouvrir des portes pour une programmation encore plus solide l’année prochaine.

Born666 : Comme c’est un festival itinérant, savez-vous où cela va se situer l’année prochaine ?

On verra parce que c’est très difficile de trouver un terrain mais ce qui est sûr c’est que l’on va rester dans les alentours de Vannes. C’est difficile de trouver l’emplacement avec tout le travail qu’il y a autour. C’est une activité qui prend énormément de temps. On va peut être retourner à Séné, ou rester ici. On ne sait pas encore.

Katarz : En tout cas cette année le site est magnifique. On est près de la mer, et puis entre le parking et ses sapins, le camping, tout est à proximité et très bien organisé. Je voulais aussi savoir aussi si le maire de Theix s’est déplacé cette année car l’an dernier le maire de Séné était venu sur les lieux et semblait avoir apprécié. Je lui ai d’ailleurs appris à faire le fameux signe des metalleux avec les mains. (Rires)

Je crois que je l’ai vu passer. Il y a la première adjointe du maire qui est venue paraît-il dans le cadre de la Commission de sécurité. Mais j’étais très occupé je ne les ai pas accueilli personnellement.

 


Katarz : Que dirais tu aux gens pour leur donner envie de venir au Festival ?

Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de festivals metal en France à part le Hellfest. Le Sonisphere aussi. Le Breizh Open air est annulé. A part cela je ne connais pas d’autres festivals qui sont en cours de projet ou qui vont se monter. A part cela on est en Bretagne, terre des Festivals et on sait y faire la fête ! L’ambiance est vraiment superbe. On est un Festival eccléctique, à taille humaine, avec une programmation de qualité. Le nom même du festival est à l’esprit de l’ambiance que l’on y trouve.  Je pense que l’on a quelque chose d’unique à ce niveau là. Faut y aller pour le voir.

Katarz : On en a fait des kilomètres pour venir ici.

Oui et il y a des suédois, des belges, et des gens de toute la France. Quand on est motivé on peut venir de toute la France aussi. C’est vrai qu’on a quand même 42 groupes cette année dont beaucoup de punk comme Buzzcocks, Aggressive Agricultor, New Model Army… L’année dernière on avait Entombed, Sodom, Destruction. On a quand même dû remplacer Mortiis qui a annulé à la dernière minute. On essaie de varier, de faire des choses eccléctiques pour satisfaire tous nos festivaliers !

Born666 : Et bien merci pour ton temps et cette interview et à l’année prochaine !

Katarz : Merci !

 


 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements