Adrenaline Mob – Adrenaline Mob (EP)

Adrenaline Mob, cela ne vous dit rien ? Rien de plus normal, s’agissant là d’un nouveau groupé créé cette année. Par contre, si on vous dit Mike Portnoy et Russell Allen, là ça devrait vous faire tilter. Oh, je vois quelques proggeux se lever au fond de la salle, oui oui vous avez bien entendu… L’ex-batteur de Dream Theater et le chanteur de Symphony X (co-compositeur ici) sont bel et bien réunis ici pour un projet tout neuf. Loin du prog cependant, désolé de vous décevoir. C’est d’ailleurs par un premier EP concis et direct que ce nouveau combo américain décide de se faire connaître, sans chichi et sans complexe.

Portant le même nom que le groupe, cet EP est disponible en streaming et téléchargement légal depuis le 9 août. Une sorte d’avant-goût ainsi offert par une bande de potes, Mike et Russell étant entourés pour l’occasion du bassiste Paul DiLeo (Nena) et des guitaristes Rich Ward (Fozzy, Stuck Mojo) et Mike Orlando (autre compositeur du groupe). Pas des inconnus non plus dans le milieu même si moins « starifiés » que nos deux compères.

Point de progressif donc mais plutôt un heavy stonerisant assez simple et direct, très américain dans la prod et le son, y compris dans le chant. Russell Allen n’a en effet jamais sonné aussi « agressif », un peu dans la lignée des derniers Symphony X mais avec moins d’emphase et plus de violence. Les amateurs du bonhomme pourraient être surpris mais on entre facilement dans cet état d’esprit au fil des 5 morceaux de l’album, il faut simplement ne pas s’arrêter aux autres groupes de Mike et Russell sinon on pourrait bien vite se sentir « abandonnés en route » voire déçus.

Le piège est ici béant, Portony et Allen encourent un danger certain en se lançant dans ce projet heavy/rock/metal direct et sans relief particulier. Le but est ici de poser des bases, de s’éloigner de là où on les avait connus jusque là, de montrer une autre facette de leur personnalité. A leur risque et péril, il faut bien constater que cet EP est fort bien fait mais semble dénué de ce petit supplément d’âme qu’on attendrait en plus d’un tel all-star lineup. Ce n’est peut-être pas en voulant s’imposer comme une sorte de Black Sabbath américanisé et moderne que le duo saura déplacer les montagnes, mais il faut avouer que par moments cela n’est pas loin d’être totalement réussi.

La combinaison « Hit the Wall » / « Down to the Floor » fera ainsi parler la poudre, entre énergie et une certaine idée mélodique bien huilée. Le second nommé n’aurait d’ailleurs point été renié par Grand Magus et (à moindre mesure) Ghost sur certains points, mais n’allons pas chercher la petite bête à décrire chaque élément d’une musique qui constitue un tout du début à la fin. Bon, il y a tout de même cette reprise pour terminer, « The Mob Rules » de – ô surprise – Black Sabbath… fort bien faite au demeurant, on sent au passage que Russell Allen a bien été inspiré par le grand Ronnie James Dio.

Adrenaline Mob 2011

Vous l’aurez compris, ce premier EP n’est pas aisé à décrire ainsi à vos yeux. Alors certes il ne casse pas trois pattes à un canard, mais il sait poser l’édifice d’une musique juste et sans prise de tête. A ne pas recommander forcément aux amateurs de progressif pur, ils risquent d’être un poil déçus. Les fans old school d’un son à la fois brut et puissant sauront pourtant y trouver leur compte, et c’est bien là le principal, même si les références aux poncifs du genre seront tout bonnement inévitables. Le tout en attendant un premier album plus coloré et surprenant, espérons-le…

Note : 3.5/5

Site officiel d’Adrenaline Mob
Page Facebook d’Adrenaline Mob

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements