Dew-Scented (+ Angelus Apatrida + No Return + Heboïdophrénie) au Glaz’art (15.10.2015)

Généralement, le mois d’octobre semble plutôt morose. Températures en baisse, durée du jour raccourcie, grisaille…il y a de quoi avoir le moral dans les chaussettes. Heureusement, c’est une belle saison concernant les concerts metal. Garmonbozia a décidé de nous remonter le moral et nous offre sur un plateau quatre formations officiant entre le thrash (Angelus Apatrida, Dew-Scented) et le death (No Return, Heboïdophrénie), dans un Glaz’art où l’ambiance se veut intimiste et chaleureuse. Le concert de ce soir est loin d’être complet, et pourtant c’était l’occasion de passer une très bonne soirée.

Heboïdophrénie

Les Bordelais d’Heboïdophrénie sont les premiers à rentrer en piste. Si le combo ne nous avait pas totalement convaincu sur son premier album, la scène permet de changer notre appréciation. Les compositions semblent moins redondantes que sur CD, et le groupe tente de galvaniser le public encore trop peu nombreux en ce début de soirée. Loïc (chant) en fait d’ailleurs les frais, réclamant des circles pits, que le public ne mettra pas à exécution, se contentant d’observer le groupe.
Heboïdophrénie n’en a cure et profite de la demi-heure de jeu qui lui est accordée pour proposer son death metal à tendance deathcore au public, invitant celui-ci à venir à la rencontre des musiciens au stand de merch après le concert.

Heboïdophrenie, Glazart, Death metal, Deathcore,

Sur scène, les musiciens sont plutôt statiques, concentrés dans leur art, à l’exception du chanteur qui   réalise une très bonne prestation. Abyss et Sylvera (guitares) font preuve d’une technique excellente et tout le combo semble rodé. Même si Heboïdophrénie ne possède qu’un seul album à son répertoire, tous les membres du groupe ont roulé leur bosse dans le milieu, au sein de divers groupes et cela se ressent sur scène.

Au final, les Bordelais auront réalisé une prestation bien plus convaincante qu’en studio, seulement ternie par un public encore trop peu nombreux en ce début de soirée.

No Return

Le Glaz’art s’est considérablement rempli entre la prestation d’Héboïdophrénie et la montée sur scène de No Return. Le statut culte du groupe de thrash/death, l’un des piliers du genre en France (aux côtés de Loudblast ou encore Massacra) y joue certainement pour beaucoup. Toujours est-il que dès « Stronger than Ever », issu du dernier opus, les musiciens montrent les crocs, à l’image de Mick (chant) qui semble réellement bien intégré. Le son est excellent ce qui permet d’apprécier le jeu d’Alain Clément (guitare), membre fondateur et seul membre d’origine de No Return. On pourrait toutefois reprocher au combo de présenter une setlist très similaire à celle du Hellfest 2015 (seuls « Rising » et « Sworn to Be » seront rajoutés par rapport au show donné à Clisson). Mais qu’importe, car les titres du dernier opus, fort bien représenté, rendent très bien sur scène, en dépit de leur aspect beaucoup plus accrocheur et mélodique que ceux du début de carrière de No Return.

No Return, Death, Thrash, Glazart, Garmonbozia,

Jerôme (guitare) et David (basse) en profitent également pour occuper l’ensemble de l’espace mis à leur disposition (malgré la faible superficie de la scène) et sont totalement à ce qu’ils font.
L’aspect intimiste du lieu donne clairement l’impression d’assister à un concert culte. Mick rappelle alors à quel point le groupe est heureux de jouer « à la maison » (No Return était un groupe francilien à l’origine). Et quoi de plus logique que de terminer le set par « Vision of Decadence » (et sa rythmique thrash à l’ancienne), issu du premier album de la formation?

No Return, Live report, Glaz'art, Garmonbozia, Death metal, Thrash,

N’y allons pas par quatre chemins, en l’espace de 40 minutes, No Return a mis une sacré fessée au public et, après des années de vache maigre, reprend sa place sur le podium du thrash/death français qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Setlist No Return

Stronger Than Ever
Inquisitive Hegemony
New Items
Paint Your World
Rising
Sworn to Be
Submission Falls
Vision of Decadence

Angelus Apatrida

Après une telle prestation, il est logique de se demander ce que les Espagnols d’Angelus Apatrida allaient nous proposer. Le groupe de thrash n’arrêtant pas de tourner (ils seront d’ailleurs de nouveau de passage au Glaz’art le 22 novembre prochain en compagnie de Vektor), c’est un groupe bien préparé qui investi les planches. Guillermo (chant et guitare) et ses compères entament le set avec « Immortal », issu de Hidden Evolution, leur dernier album, sorti plus tôt cette année.

Angelus Apatrida, Thrash, Glaz'art,

Thrash oblige, c’est un set d’une réelle efficacité qui se déroule sous nos yeux, le public pogottant tranquillement. Les Anges Apatrides n’oublient pas non plus The Call, l’album qui les a vu sortir de l’anonymat en dehors de l’Espagne, puisque « Violent Dawn » se charge de remettre les pendules à l’heure. Seul petit bémol, le groupe est plutôt statique, à l’image de David et Guillermo. José (basse) de son côté joue avec le public, tapant dans les mains des spectateurs du premier rang, avant de heabanguer au rythme des coups de caisse claire de Victor (batterie). Certains fans espagnols ont d’ailleurs fait le déplacement jusqu’à Paris pour soutenir leurs compatriotes, ce que l’on remarque suite à certains échanges entre le public et les musiciens. 

Angelus Apatrida, Thrash, Glaz'art, Guillermo, Hidden Evolution

Clairement, on sent que le groupe a forgé son expérience de scène suite à de nombreuses tournées et que la stabilité du line up depuis la formation du groupe au début des années 2000 est responsable d’une telle alchimie. Les titres les plus efficaces s’enchaînent (« You Are Next », « Serpents on Parade ») et au bout de trois-quarts d’heure, le groupe plie bagage devant une audience qui n’a pas vu le temps passer.
Petit à petit, Angelus Apatrida se forge sa réputation de valeur sûre du revival thrash. Celle-ci est donc loin d’être usurpée vue la prestation que le groupe a donnée ce soir.

Setlist Angelus Apatrida

Immortal
Violent Dawn
End Man
Vomitive
Of Men and Tyrants
First World of Terror
Give ‘Em War
Serpents on Parade
You are Next

Dew-Scented

La soirée est sur le point de s’achever avec le set des Allemands de Dew-Scented. Depuis sa formation le line up a été largement remanié, si bien qu’il ne reste que Leif Jensen (chant) comme rescapé du groupe initial. Le son du combo a également évolué en conséquence, présentant désormais un thrash/death résolument moderne. C’est d’ailleurs avec « On a Collision Course » que Dew-Scented se présente à nous, portant avec fierté son évolution stylistique.

Comme pour les groupes précédents, le son est excellent et massif, mettant en avant les riffs rapides de Rory Hansen et Marvin Vriesde (guitares) sans pour autant recouvrir les plans de basse de Joost van der Graaf. Mais c’est bien le leader de la formation qui recueille tous les regards. Relativement statique, il occupe le devant de la scène, pied sur le retour, et hurle à plein poumon les titres du dernier opus, Intermination, tels que « Affect Gravity ». C’est d’ailleurs la carrière récente de Dew-Scented qui sera à l’honneur, le groupe jouant pas moins de six titres des deux derniers albums (sans compter la reprise de Repulsion, disponible sur la dernière galette).

Dew-Scented, Glaz'art, Thrash, Death, Metal, Garmonbozia,

Le public semble néanmoins accuser la fatigue et montre un peu moins d’entrain que lors des sets de No return et Angelus Apatrida. Cependant, Leif ne s’en formalise pas et continue un show assez dynamique. Nous pourrions toutefois reprocher au leader de ne pas communiquer assez avec les spectateurs, d’autant plus que l’intimité du lieu s’y serait bien prêtée.

Dew-Scented déroule sa partition sans faille, peut-être avec moins de spontanéité que ce que l’on aurait souhaité, mais la prestation est excellente, la musique du combo étant particulièrement taillée pour le live. La reprise de Repulsion (« Radiation Sickness ») jouée en toute fin est un bon moyen de conclure un set efficace où puissance était le mot d’ordre.

Dew-Scented, Glaz'art, Metal, Thrash, Death,

Après près de 14 titres en moins d’une heure, c’est un public sur les rotules, mais néanmoins heureux qui se disperse. Ce concert aura tenu toutes ses promesses, malgré un public clairsemé dans la salle. Quel bon antidépresseur avant de retrouver la pluie et le froid du mois d’octobre…

Setlist Dew-Scented

On a Collision Course
Turn to Ash
Soul Poison
Scars of Creation
Affect Gravity
Cities of the Dead
Sworn to Obey
Never to Return
A Final Procession
New Found Pain
Storm Within
Ruptured Perpetually
Acts of Rage
Radiation Sickness (Repulsion cover)

Merci à Garmonbozia
Photographies : © Watchmaker
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements