Jordan Rudess, claviériste de Dream Theater

Interview Jordan Rudess - Dream Theater - 30 Août 2011 (Phoner)

Réalisée par Nidhal Marzouk
Retranscrite par Nidhal Marzouk et Ju de Melon

A l'occasion de la sortie du tant attendu nouvel album de Dream Theater, A Dramatic Turn of Events, chez Roadrunner Records, le claviériste et co-compositeur du groupe a appelé La Grosse Radio Metal afin de nous donner quelques détails. Le compte rendu de cette entrevue se trouve ci-dessous.

Nidhal : Bonjour Jordan, comment vas-tu ?

Jordan Rudess : Tout va bien merci, et toi ? Il paraît que tu as une interview qui m'est destinée ?

En effet ! Je viens d'écouter le nouvel album (NDLR : dont vous pouvez retrouver la chronique ici) grâce à Roadrunner, et...

Oh bien ça !

Euh, oui ! Et donc en fait, j'ai écouté, réécouté cet album durant toute cette journée et je dois dire que… C'est vraiment bon ! Surprenant, ce mélange entre certains de vos anciens albums et d'autres plus récents ; je pense notamment à Images and Words et à Train of Thought ; peux-tu m'en dire plus à ce sujet ? D'où avez vous puisé votre inspiration pour construire cet album ?

Oh oui bien sûr ! Eh bien… Le fait que Mike (Portnoy) ait quitté le groupe nous a donné l'opportunité d'avoir plus de temps. J'entends par cela plus de temps pour réfléchir, à notre condition en tant que musiciens ; nous avons eu une véritable réflexion sur nous mêmes ; qui sommes-nous vraiment (en tant que musiciens), qu'est exactement Dream Theater… Et c'était vraiment positif comme réflexion. Nous avons du répondre à certaines questions que nous nous posions, et c'est ce qui a donné lieu au résultat de ton écoute : par exemple, quelle sorte de musique voulons-nous produire ? Que sommes-nous vraiment ? C'est cette sorte de remise en question qui a été le fondement majeur de cet album.

Je pense que nous sommes revenus vers quelque chose de plus harmonique, de plus mélodique. Beaucoup de ceux qui ont entendu l'album m'ont dit que cela ressemblait à du "Dream Theater classique" !

On peut souligner le nombre assez important en effet de passages "épiques", voir même orchestraux… Je pense aussi à James, qui a eu une certaine liberté d'écriture concernant ses lignes de chant ; c'est d'apparence plus "épuré", plus facile à retenir aussi..

Les mélodies ?

Oui oui !

Oui ; nous y avons vraiment beaucoup pensé ! Nous souhaitions que chaque instrument puisse donner à James la possibilité de révéler tout son potentiel aux auditeurs et ce de la meilleure façon qu'il soit ! Et c'est pari gagné visiblement ! On a vraiment beaucoup insisté sur ce point et c'est l'un des éléments les plus forts de notre "brainstorming", car nous nous sommes vraiment beaucoup appliqués et avons passé beaucoup de temps à construire ces mélodies et arrangements ; tu peux les chanter, les retenir assez facilement…

Un point que je tiens à souligner : c'est le premier album dans lequel je joue un grand rôle dans l'écriture de ces mélodies. Avant cela, nous faisions en quelque sorte de la "création musicale", et c'était John Petrucci et Mike Portnoy qui étaient grandement impliqués dans les "mélodies vocales". Je pense que la raison pour laquelle je n'ai jamais été vraiment impliqué là dedans est que, lorsque j'ai rejoint le groupe en 1999, tout était déjà établi. Ils avaient leur manière de procéder, et m'ont intégré à la formation pour certaines raisons, et c'est ce que je me suis contenté de toujours faire ! Et ça a toujours été d'accord me concernant, jusqu'à l'exception qu'a entraîné ce nouveau Line Up. L'occasion de repenser les choses différemment, et de se dire "mais pourquoi ne pas contribuer maintenant à ce processus de création", et non pas seulement à faire la musique ?
Ah tiens, je me rappelle d'une petite anecdote après nos premières "collaborations" de ce genre : nous étions en studio, et nous nous sommes tous dit "mon dieu, c'est si doux, si harmonieux ; pourquoi n'avions-nous pas agi de la sorte auparavant ?"

Jordan Rudess (Dream Theater), Sonisphere France 2011

Intéressant ! Merci de m'avoir apporté toutes ces précisions ! Puisque l'on en vient à parler de ton rôle au sein de ce nouveau line up, je souhaiterais maintenant que nous discutions un peu de ton équipement et de tes (nouveaux ?) sons.

Absolument ! En fait, mon boulot est vraiment fun ; je touche vraiment à tout un univers de sons électroniques, de pianos, de sons orchestraux, d'effets bizarres… Dans cet album, nous avons eu la volonté de mettre la barre encore plus haut ; d'accroître cette intensité orchestrale ! Nous avons donc investi dans une "banque de sons" appelée "Vienna Symphonic Library", permettant un très haut niveau d'orchestration. Je peux donc jouer des sons assez extrêmes grâce à cela ; et c'est également ce qui contribue grandement à donner cette note symphonique à l'album. J'ai donc dû expérimenter tout ces magnifiques sons orchestraux, mais j'ai également énormément utilisé un autre software qui me donne des sons d'instruments vraiment magnifiques via ordinateur ; il s'appelle Omnisphere et est développé par la société Spectrasonics. J'adore ce software, et il me permet d'être tellement créatif ! C'est ce que tu peux entendre par exemple sur le début d' Outcry" ou encore de "Bridges In The Sky". Pour mes sons de piano, j'utilise un plugin appelé "Ivory" ; développé quand à lui par la société Synthogy. Ils ont vraiment des software magnifiques pour émuler un son de piano ! Beaucoup de gens pensent qu'il s'agit d'un "grand piano", alors qu'en fait ce n'est pas le cas ; ce n'est pas un piano acoustique mais juste le simulateur de piano le plus incroyable que je connaisse ! Et la raison qui m'a poussé à l'utiliser est simple : je trouve tout simplement qu'il sonne mieux que n'importe quel autre piano que j'aurai pu avoir dans ce studio. "Ivory" est l'instrument qu'il me faut pour travailler dans des conditions optimales.

Passons au cas John Myung ! Quel a été son rôle au sein de cet album ?

John Myung, depuis cette "transition", est en quelque sorte devenu un "homme libre". Il est bien plus énergique, et surtout plus impliqué et inspiré ; il laisse sortir ces énergies et fait tout ce qu'il est possible de faire pour faire complètement partie de ce groupe. Et c'est cool ; si tu connais l'histoire de Dream Theater, John Myung a toujours été une "grande force" au sein de la formation ; c'est un bassiste exceptionnel mais au fur et à mesure que le temps passait, il était un peu moins "présent". Mais là, pour cet album, et ce dès le début du "process", il a commencé à nous jeter des idées, des pensées, de la musique, des paroles ; il s'est "réveillé spirituellement" et son côté créatif a repris le dessus ! C'est vraiment une bonne chose ; c'est un mec vraiment intéressant qui mérite d'être impliqué dans le groupe ! Il nous a pondu quelques rifts vraiment cool pour cet album, et a grandement contribué avec John Petrucci pour les paroles de "Breaking All Illusions". Il a vraiment fait du beau boulot ; c'est vraiment fun de voir sa situation évoluer de la sorte !

As-tu des passages préférés dans cet album ?

Carrément ! L'une de mes chansons favorites au sein de cet album est "Outcry" ; c'est une belle mixture de gros thèmes typiquement "Dream Theater" et bien progressifs ! Les sons électroniques aussi me font vraiment apprécier certaines parties ; toute la section d'intro par exemple !

Oui, "Outcry" dégage vraiment quelque chose de fort ! Bref... Le jeu de John, par moments, me fait vraiment penser au Dream Theater de l'époque Images and Words ou encore Awake ; on dirait que ses rifts sont un tantinet moins complexes et en même temps plus accrocheurs que sur certains passages des derniers albums. Cela donne vraiment l'impression d'entendre de "l'ancien Dream Theater", avec un son nouveau !

Je vois ! C'est intéressant ce que tu dis ; construire des riffs de guitare "rock" est un exercice vraiment intéressant, car... Bon en fait, peut-être que je peux parler à la place de John une minute ?

Oui oui certainement !

Bon, en fait, c'est intéressant de venir avec une idée cool, un riff sympa, heavy, plutôt "classique". De sentir le truc, et d'avoir de l'intérêt pour lui dans un premier temps ; ce n'est pas évident déjà, sachant que l'on est en 2011, et que tout riff de guitare a déjà été joué ! L'idée est d'apporter quelque chose de nouveau ; quelque chose que tu vas "sentir" confortablement, de bien heavy, et de pas tellement complexe non plus (bon un peu plus qu'un simple stupide truc rock quand même !).

Or John Petrucci a eu un bon feeling sur cet album ; il a été capable d'apporter des éléments qui lui plaisaient et de se dire "wouah, il est cool ce riff ;  je le sens bien" ! Et c'est ça le but ; il a vite "chopé le truc"...  Comme par exemple sur "Outcry" ou l'on s'est dit "wouah, trop cool ce riff !" et où je me suis mis à jouer ce thème vraiment cool au dessus ; c'était un moment mémorable pour nous ! Nous avions alors formé une bien belle combinaison et atteint notre but ; ça sonnait bien lourd et groovy, sans pour autant empiéter sur ce côté mélodique !

Jordan Rudess (Dream Theater), Sonisphere France 2011

John est le producteur de cet album ; d'où lui est venue l'envie de faire ce projet tout seul ?

Il voulait le faire dès le début ; dès que Portnoy est parti il s'est dit intéressé par faire la production de cet album seul ; tout le monde l'a conforté dans son élan et le résultat est au dessus de toute espérance, il a vraiment fait un travail fantastique.

Oh oui ; du beau boulot ! Qu'en est-il des paroles, des thèmes abordés dans cet album ?

John Petrucci a écrit la plupart des paroles, James s'est chargé de "Far from Heaven" et John Myung a aidé sur "Breaking All Illusions". Les gars ont essayé d'aborder des sujets lourds, notamment Jonh Petrucci qui ne peut pas écriire des simples chansons d'amour ou trucs du genre. Ses thèmes à lui  touchent plus à la religion, à la guerre ou à des choses plus virtuelles, et globalement sur cet opus chaque morceau parle de "changement". Et c'est un peu pour cette raison que cet album s'intitule A Dramatic Turn of Events. Tu sais, quand on s'est mis à la recherche d'un nom pour ce nouveau disque, on a bien fait attention de trouver quelque chose qui aurait un lien avec les paroles de chaque chanson, je pense qu'au final il relie bien chacune d'entre elle à un thème principal et récurrent. Alors évidemment, vu l'évènement qui a marqué le groupe avec le départ de Mike Portnoy, chacun a cru que le titre final du CD était en rapport avec ce gros changement... Eh bien à la base non, c'est avant tout artistique, après chacun peut être libre de son interprétation s'il le désire.

Une question à propos de la tournée qui vient de s'écouler et qui a vu les débuts de Mike Mangini derrière les fûts... quels furent les meilleurs moments ou les plus mauvais souvenirs ?

Le pire moment pour moi c'est quand nous sommes revenu d'Israël et que je me suis rendu compte qu'on avait volé mes chaussures de scène, c'est quand même plutôt triste (rires) !

Vraiment ?  (rires)

Oui, c'est bizarre hein. En plus déjà avant en Italie, John Petrucci avait oublié ses chaussures de scène dans un restaurant en Italie, du coup ouais on a perdu pas mal de paires sur cette tournée... alors sûrement, quelque part dans le monde, quelques chaussures rock n' roll sont en circulation ! Si vous les voyez, pouvez-vous les retourner au groupe s'il vous plait ? (rires)

A part ça, nous avons eu beaucoup de très bons moments sur cette tournée, pas mal de choses sympas notamment dans les différents festivals dont le Sonipshere avec une foule bien nombreuse. Une bien belle tête d'affiche aussi en Israel par une belle nuit d'été devant des fans survoltés, on a d'ailleurs pas mal de vidéos de ce show : le résultat est magnifique. C'était un bel été, avec le nouveau line-up tout se passe super bien, c'est génial.

Et en ce qui concerne la tournée à venir, que va-t-il se passer ?

On va démarrer avec une longue tournée aux Etats-Unis pour commencer. Nous sommes très excités de mettre toute la production en place, le matériel vidéo ou les lumières, et bien sûr présenter des chansons du nouvel album. J'ai personnellement pas mal de boulot niveau pré-production en ce qui concerne ces nouveaux morceaux, il faut que je vois ce que je vais jouer en live et régler les samples en conséquence. Ce n'est pas évident parce qu'il faut que cela sonne le plus fidèle possible tout en respectant les critères live, il faut donc que je règle tous les différents sons et que je les intègre sur mon clavier. Nous allons commencer à San Francisco et d'ici là pas mal de répétitions seront évidemment nécessaires.

Jordan Rudess (Dream Theater) / Sonisphere 2011

Je viens de penser à une chose... ce nouvel album a un côté assez orchestral par moments, est-ce dans vos projets de refaire un concert avec un orchestre symphonique comme celui présenté sur le DVD Live Score ?

C'est très certainement possible mais nous n'avons encore rien planifié en ce sens. Je pense en effet que les arrangements sur cet album se prêteraient parfaitement à cet exercice, et un bon ami à moi - un jeune chef d'orchestre turc - pourrait très certainement travailler sur quelques pistes.

Merci à toi Jordan pour ta disponibilité, et à bientôt sur la tournée !

Pas de problème, merci à toi !

Vous pouvez bien évidemment trouver ce 11ème album studio de Dream Theater dans tous les bons discaires où il est en vente depuis le 13 septembre dernier avant bien sûr de retrouver le groupe live en France le 3 février 2012 au Zénith de Paris.

Photos live prises par Nidhal Marouk. Pour accéder à toutes les galeries photos, visitez :
http://www.yog-photography.com

© 2011 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements