Skalmöld – Baldur


Les Skalmöld sont des petits nouveaux tout droit sortis de la scène Folk/Viking Metal d’ Islande. Le nom du groupe évoque les périodes sombres de l’histoire islandaise dans les années 1100 lorsque les tribus et les clans se battaient entre eux.

Les chœurs masculins sont puissants et veulent donner une identité nordique aux titres. On commence d’ailleurs par eux, doublés par des chants d’enfants sur les refrains avec « Heima ». On s’imagine dans une hutte au centre d’un village paisible perdu dans la nature.

Les riffs de guitare sont taillés pour le combat sur scène comme « Upprisa » ou « För » avec cette touche très Heavy Metal à la Týr que l’on retrouve sur les solos très 80’. Ils ont d’ailleurs signé chez Napalm Records qui les ont découverts grâce à la formation féringienne.
 

Skalmöld


L’album est long (dans les 67 minutes avec les bonus) et nous montre toute la palette de créativité du groupe. Il faut donc être patient pour se plonger dans Baldur. C’est un album conceptuel avec des paroles en islandais qui suivent les règles de la poésie traditionnelle de l’île.

On y conte l'histoire de Baldur qui est un personnage de fiction et des légendes de ce guerrier viking mais pas du dieu scandinave qui porte le même nom. En gros Baldur après avoir guerroyé pendant de nombreuses années décide enfin de retrouver la tranquillité de retourner dans son village, de fonder une famille… jusqu’au jour où un monstre détruit sa maison et tue sa famille. Donc imaginez la suite qui sera basée sur la vengeance et la traque de la bête jusqu’au Valhalla pour y mourir l’épée à la main.
 

Skalmöld


Les intros et certains passages musicaux sont monstrueusement bien réalisés comme sur « Draumur » avec des rires de bébés et des bruits d’animaux qui se transforment en rugissements de démon. Les voix sont doublées voire triplées parfois et donnent un ton très guerrier à l’œuvre.

La voix de Björgvin Sigurðsson est très sombre et grave aux growls puissants roulant les « R » comme des roulements de tambour ou plutôt comme des galets sur une plage islandaise. Bien sur et par rapport au récit, elle se veut méchante mais devient trop poussive par moment.

Les riffs tronçonnés comme des arbres en train de s’écrouler dans une forêt Islandaise avant de passer à la cheminée avec « Kvadning » sont intéressants. Les mélodies sont très travaillées et ne comportent aucune lacune. Sur le titre « Hefnd » on retrouve Aðalbjörn Tryggvason de Solstafir qui fait la voix du monstre, l’ennemi de Baldur.

Les ambiances sont parfaites. Il faut dire que la production est des plus aboutie et retranscrit à merveille les ambiances propres aux Islandais comme sur les 10 minutes et 50 secondes du titre éponyme « Baldur ». C’est tellement parfait qu’on se demande s’ils n’ont pas suivi à la lettre et ce, sans jamais sortir d’un iota du Cahier des Charges Techniques à l’élaboration d’un parfait album concept inhérent à cette scène Folk Metal.

Alors plongez vous dans le patrimoine et l’histoire de l’Islande. Prenez une combinaison de plongée ultra épaisse… l’eau n’y est pas chaude !

On va les découvrir pendant le Heidenfest avec Finntroll, Arkona, Turisas,… alors ne les ratez pas à l’Aeronef à Lille le mercredi 12 Octobre 2011.

Lionel / Born 666

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements