Galneryus – Phoenix Rising

Seulement 1 an après Resurrection, les japonais de Galneryus sont de retour pour nous offrir une nouvelle galette, la seconde avec le chanteur actuel. Phoenix Rising, de son doux nom, va avoir la lourde tâche de succéder à un disque de bonne facture qui montrait un groupe retrouvant la forme. Ce nouvel album parviendra-t-il à convaincre ?

Pas le temps de souffler car après une introduction courte, puissante et surprenante (la présence de growls est assez inattendue), les japonais envoient la sauce directement, de manière à la fois technique et épique. Et ça marche, bien évidemment, car on sent un vrai feeling présent au moment de l'écoute, qui fait que dans la masse constituant le genre power metal, Galneryus se démarque par cette balance entre virtuosité et émotion. Alors bien sûr, et cela va susciter les griefs de moult incorruptibles, la musique délivrée par les nippons n'a absolument rien d'original. On pourrait presque reprocher au groupe de manquer de personnalité par moment, et ce même dans les passages les plus adroits, appliqués ou dans les temps forts. Et c'est vrai que parfois, Rhapsody of Fire ou Stratovarius ne sont pas bien loin, il ne faut pas le nier. Nous sommes en face d'un power metal qui ne comporte pas la moindre extravagance, incartade ou tentative de sortir des chemins balisés, le combo préférant rester sur ses bases. Mais avec cette recette fort bien utilisée, la recette est délicieuse et il est difficile pour l'amateur du genre de ne pas succomber à la musique puissante et majestueuse de la formation du soleil levant.

Félicitons déjà le quintet d'offrir des pistes de grande qualité, qui ponctuent l'offrande de refrains taillés pour la scène et avec une folle énergie, entraînante et communicative. Dès lors, il est déjà possible de dégager un trio gagnant, qui vous fera headbanguer de jour comme de nuit : « Tear of Your Chain », « Bash Out! » et « The Time Has Come » sont des merveilles du style, qui ne demandent qu'à devenir de futurs hymnes du power metal, et ceux-ci en ont le potentiel, tout comme le combo d'ailleurs. Bien sûr, la première nommée vous fera penser à Rhapsody of Fire, l'influence étant claire comme de l'eau de roche. Mais elle est si enjouée et agréable que ce détail léger sera oublié en un éclair. Si les inspirations sont moins marquées sur les deux autres, elles n'en restent pas moins des hits en puissance, que ce soit dans la discographie même des japonais ou même dans le registre power, qui compte de nouvelles pièces marquantes. En même temps, l'excellente prestation du vocaliste Masatochi Ono participe de manière intégrale à la réussite, non seulement des titres, mais également de Phoenix Rising en général. Et il ne s'agit que de la deuxième galette avec le frontman en tant que chanteur, ce dernier ayant déjà livré une performance vraiment convaincante sur le brûlot précédent.

Doté d'une production à la hauteur, le groupe semble avoir du mal à cacher son intention de devenir un nouveau prétendant du genre. Les pistes, puissantes et diversifiées, ne révèlent presque aucune faiblesse (le manque d'originalité et d'identité propre à part). Alors quel reproche faire au cinq compères ? Déjà, pour commencer, le fait de rester vraiment dans des chemins balisés et de ne pas tenter, ne serait-ce qu'un peu, une touche de fantaisie qui leur conférerait un goût du risque agréable, est plutôt préjudiciable. Car des formations power metal qui livrent des brûlots de haute volée, au fond, il y en a d'autres (Instanzia, Pathfinder, Ancient Bards et consorts), du coup Galneryus a plus de chances de rester dans le lot et de ne pas se démarquer ne serait-ce qu'un peu par ses qualités intrinsèques. Il confère du plaisir à l'écoute, gagne en qualité au fur et à mesure, mais n'est pas exceptionnel à proprement parler. Et puis, le fait de posséder des morceaux de haute volée en laisse certains autres sur le carreau. Ainsi, la plus dispensable « The Wind Blows » sera gommée sans regret, et il est dommage de voir que la constante n'est pas entièrement maintenue, même si cet « accident » ne survient qu'une fois. Mais bon, quand on veut être pointilleux, on peut se dire que les japonais auraient pu mieux faire, là.

Galneryus a au moins la bonne idée de ne pas tomber dans un excès de solos à tout bout de champ, de ne pas se la jouer virtuose en carton, restant toujours modéré en ce qui concerne l'aspect démonstratif, un travers dans lequel pléthore de groupes tombent encore. De cette manière, les japonais ont de quoi combler les amateurs de guitares mais aussi ceux qui préfèrent que la dame à cordes soit un peu moins sur le devant de la scène, le juste milieu étant bien trouvé. Ce que l'on apprécie chez le combo, c'est cette certaine facilité de la musique, qui, sans être complexe ni progressive, s'intègre dès les premières écoutes, mais possède ce petit quelque chose qui donne envie de retourner vers Phoenix Rising. Ainsi, l'album résiste heureusement à la dure épreuve du temps et le professionnalisme et la maturité des musiciens en est encore plus apparente. De plus, comparé au reste des opus de Galneryus, nous sommes ici en face de l'un des meilleurs : les défauts les plus perturbants sont aux abonnés absents et les qualités encore renforcées.

Avec ce septième opus, les japonais réalisent là une nouvelle belle pièce à leur panthéon. Évidemment, le power metal n'en sera pas révolutionné, mais Galneryus est un sérieux concurrent aux grands noms du genre. Une voix variée et puissante, des compositions agréables, une production de bonne facture, Phoenix Rising est désormais la confirmation que cette formation, encore trop méconnue dans l’hexagone, mérite son instant de gloire avec une nouvelle œuvre marquante.


Site officiel de Galneryus

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements