Assaulter – Boundless!

Mais c’est quoi ces riffs surpuissants qui nous viennent du bush australien.? On est poursuivitpar une horde de razorbacks. La voix agressive, extrême sans concession, nous foudroie par sa violence.

Les mecs ont un look à la Grand Magus, classe, perfecto de mise, Ray ban aviateur, T-Shirt délavé, vieux jean, ici pas de frime : seulement trois mecs sincères qui vont balancer du bon Thrash.

Après leur premier LP Salvation Like Destruction sorti en 2008 et divers EPs et Demos, le trio formé de Peter Hunt (ex. Razor of Occam) à la batterie, Hellfinder aux guitares et Berserker (ancien Deströyer 666) au chant et à la basse reviennent avec Boundless! sorti chez Metal Blade.
 

Assaulter


C’est du Thrash Black Metal réalisé par des australiens affamés. Ils ne font pas les choses à moitié les bougres : production parfaite, solos enlevés, proche du Heavy comme sur le premier titre « Entrance », et des riffs inventifs qui vous donneraient envie de balancer votre vieille guitare par la fenêtre sur les pots de fleurs de la vieille bique qui vit en dessous de chez vous.

Sur « Outshine » le réglage des guitares est fabuleux, ils effleurent à peine les cordes pour vous envoyer des riffs qui vous propulsent sur une Highway australienne dans l’Outback - poursuivi par une famille de dégénérés.

« Into Submission » dans une veine trash Heavy Metal digne des plus grands vous fait passer 3 minutes et 38 secondes de bonheur intense sous le soleil de plomb australien  et ce sans une goutte de bière.

Une intro sorti d’un minaret et « Slave to King » vient donner l’assaut final. Petite mélodie arabanisante en arrière fond.  Il y a même des chœurs dignes des grandes productions hollywoodienne des années 60.

Mais où vont-ils chercher ça ?

Ils ne réinventent pas le style mais l'abordent avec classe et puissance un peu comme un Legion of the Damned ou un Destruction mais avec une touche particulière peut-être du à leurs parcours respectifs.

Cela faisait longtemps que je n’étais pas rentré aussi rapidement dans un album avec autant de délectation. Facile d’accès, une décharge électrique qui vous donne la pêche pour toute la journée.
Et ces intros grandiloquentes qui nous mettent tout de suite dans l’ambiance du groupe comme sur le dernier titre « The Great Subterfuge » et sa durée qui dépasse les 8 minutes. Il y a un petit côté Maiden des premières heures dans les premières minutes du titre, jusqu’au roulement de batterie et les descentes de cordes avec les médiators.

Les riffs sont d’une efficacité déconcertante comme sur « Exalt The Master » ou « Dying Day ». La voix écorchée de Berserker dont les cordes vocales ont été en contact avec trop de graviers du Bush australien ou alors fréquenté trop de whiskey (ou les deux) vous agresse tout au long de l’album.

Ils sont peut-être classés dans un black trashisant mais à l’écoute de l’album, une fois les deux genoux à terre, les cheveux transpirant devant les baffles, on ne peut que reconnaitre que Assaulter joue dans la cours des thrasheurs sans concession !

Les Diables de Tasmanie ont tout dévasté sur leur passage, alors Messieurs les tourneurs faites les venir chez nous. Promis on y sera !

En attendant si vous en revoulez, alors appuyez sur Play !

 

Lionel / Born 666

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements