Orphaned Land – The Road to OR-Shalem (DVD)

Le live du retour au bercail

Après 20 ans de carrière, Orphaned Land sort enfin son premier DVD. The Road to Or-Shalem (la route vers la paix), est le témoignage live d’un groupe au top de sa forme sur scène qui n’en finit pas d’impressionner. Un bien beau cadeau d’anniversaire pour le groupe israëlien, à ne manquer sous aucun prétexte.

Après avoir mis tant de temps à faire des tournées, voilà qu’Orphaned Land ne s’arrête plus ! Déjà repartis sur les routes d’Europe (avec pas moins de 4 dates en France), les israéliens ont, semble-t-il, pris goût à la scène. C’est ce que témoigne cette toute dernière sortie du groupe, un Double DVD live, agrémenté d’un CD audio.

A l’occasion du 20ème anniversaire du groupe, les membres ont donné 2 concerts, le 9 et le 10 décembre chez eux, à Tel-Aviv. Le second concert est l’objet principal de cette nouvelle sortie. A l’auditeur de profiter de 22 chansons, soit 1h50 de live de ce metal oriental épique et puissant, dont seul Orphaned Land a le secret.

La générosité et la chaleur du groupe sur scène n’est donc désormais un secret pour personne. Kobi Fahri, frontman exemplaire, montre encore une fois qu’il sait chauffer le public comme il se doit. Il est également plus bavard qu’à l’accoutumée, étant donné qu’il peut cette fois s’exprimer en hébreu, sa langue maternelle. Les producteurs du DVD ont eu la présence d’esprit d’inclure des sous-titres en anglais pour les discours de notre Jésus improvisé. Les autres musiciens ne sont évidemment pas en reste, et à Yossi Sassi de démontrer tout son feeling dans ses solos bien sentis, comme ceux de « The Warrior » ou « In Thy Neverending Way (Epilogue) ». Côté rythmique, le gros son bien Metal qui balance avec les instruments orientaux est bien assuré par la guitare rythmique de Matti Svatizky et la basse d’Uri Zelha. Aux baguettes, on retrouve le dernier arrivé, Matan Shmuely, qui affiche une banane constante, en plus d’assurer son rôle parfaitement. Il se fendra également de quelques growls qui soutiendront ceux de Kobi Fahri.

Si ces éléments sont toujours présents en concert, ceux qui ont déjà vu le groupe en Europe ont de quoi être dépaysés. En effet, pour ce show, on est loin des clubs comme le Nouveau Casino. Devant le public conséquent du Reading 3, le groupe a mis les petits plats dans les grands, en mettant en œuvre bien plus de moyens qu’à la tournée européenne. Le groupe se trouve agrandi par trois musiciens orientaux, un joueur de bouzouki, un fûtiste et un percussionniste supplémentaire. En plus de tout ce beau monde, Shlomit Levi, chanteuse sur Mabool et The Neverending Way Of The ORwarriOR, vient prêter sa belle voix sur scène sur plusieurs titres. Cela permet de grandement réduire les samples, et de renforcer le côté oriental de l’ensemble de la musique.

Vous pensiez que c’en était fini avec les invités ? Détrompez-vous ! Le groupe s’est également enrichi de Yehuda Poliker, musicien à plusieurs casquettes, qui vient interpréter son titre « Bakapaim » avec le groupe. Vient également Tomer Jones, hurleur Death Metal (ex-Whorecore), qui vient prêter sa voix sur « Codeword : Uprising ». Et, le meilleur pour la fin, le groupe invite également Steven Wilson, tête pensante de Porcupine Tree, pour interpréter seul sur scène le titre « The Beloved’s Cry. Il viendra également chanter « MI ? » avec le groupe.

En plus de tout ce beau monde, le groupe a mis les bouchées doubles sur le côté visuel du show, avec un écran en arrière plan diffusant divers films d’ambiance qui viennent illustrer les différents titres. On a donc droit à des images de clips, ou des danseuses orientales filmées, en plus de diverses décorations typiquement orientales qui sont projetées.

Côté setlist, le groupe met surtout en avant ses deux derniers albums, qui ont rencontré plus de succès. Le petit dernier se taille la part du lion, avec 11 titres, et Mabool en prend 6. Les deux premiers albums n’ont bien sûr pas été oubliés, avec les magnifiques « El Meod Na’ala » ou encore l’éternelle conclusion « Ornaments Of Gold ». Toutes ces compos sont servies avec un son exemplaire, mixé par Steven Wilson, qui s’était également occupé de The Neverending Way Of The ORwarriOR.

C’est donc un concert énorme que le groupe met à disposition à ses fans du monde entier, devant un public qui n’en finit plus de jubiler.

En bonus, on a droit à un documentaire d’une demi-heure, Vayehi Or (Que la lumière soit), qui retrace l’histoire du groupe à travers des interviews des membres et de leur entourage, ainsi que des éclairages sur leurs idées et leur but. Un bien beau résumé de leur carrière. Le groupe met également à disposition 6 bonus tracks du concert qui ne tenaient pas sur le premier DVD, histoire d’en donner encore plus au fan insatiable.

Pour ceux qui disposent de l’édition limitée, un CD audio est également présent dans le package, et offre une version raccourcie du concert, avec 17 chansons. Si le son et l’édit sont très bien faits, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi le groupe n’a pas sorti de double CD qui inclurait l’ensemble du concert.

Mais l’heure n’est pas à bouder son plaisir, le groupe a très bien su contenter ses fans avec ce premier témoignage live. Avec un tel produit, plus d’excuse pour ne pas venir voir Orphaned Land sur scène dans leur tournée qui vient de commencer, « The Tour To OR-Shalem », en compagnie d’Arkan et de Myrath.

Orphaned land Hellfest

Voici les dates auxquelles vous pourrez (encore) les retrouver :

18.11.2011 France ;  Le Forum, Vaureal
19.11.2011 France, CC John Lennon, Limoges
20.11.2011 Belgique, Biebob, Vosselaar
26.11.2011 France, Metal Ride Festival, Nancy
 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements