The Devil’s Blood au Nouveau Casino (02.12.2011)

Messe noire au Nouveau Casino
 

La petite salle parisienne était habillée de rouge et de noir pour le passage de The Devil’s Blood le 2 décembre dernier. En tournée pour promouvoir la sortie de son second album, The Thousandfold Epicentre, les hollandais ont su établir une ambiance macabre sur ceux qui osaient s’approcher. En première partie, ce sont les français de Hangman’s Chair qui ont chauffé le public.

Hangman’s Chair

C’est les parisiens adeptes de doom/stoner qui ouvrent le bal. Ils n’ont pu jouer devant un public très réduit. 120 préventes ont été vendues au total. Si le Nouveau Casino s'est plutôt bien rempli par la suite, Hangman’s Chair n’a pas attiré grand monde. Les spectateurs présents étaient plutôt statiques, à part quelques amateurs du genre qui affichaient sourires et bonne humeur.

Comme le veut le genre, la musique de Hangman’s Chair est très lente, propice aux rythmiques pachydermiques et aux ambiances lourdes. Le son est de la partie, et les amateurs du groupe peuvent profiter des compos de manière tout à fait acceptable.

Malheureusement pour eux, le set sera écourté à la troisième chanson. En effet, le batteur, apparemment trop pris dans son élan, fera un joli trou dans la peau de sa grosse caisse, empêchant le groupe de finir son set. Après inspection de l’erreur, le groupe partira sans dire un seul mot, comme pendant le concert. Place maintenant à la tête d’affiche.

Hangman's Chair

THE DEVIL'S BLOOD

Après une diffusion de musiques d’ambiance qui rappellent les BO de films d’horreur cheap, les Hollandais de The Devil’s Blood entrent en piste sur la chanson d’intro de leur dernier album, "On The Wings Of Gloria". Couverts de sang, les musiciens hollandais font tout pour donner une ambiance malsaine à leur concert, avec un autel au centre de la scène, sur lequel sont posés faucheuse, crânes et cierges.

Pour renforcer cet effet, la chanteuse F "Mouth Of Satan", le visage aussi ensanglanté, viendra s’agenouiller devant l’autel ou restera debout à gauche de celui-ci, lorsqu’elle n’est pas au micro. La lumière tamisée et les rideaux rouges et noirs en arrière-plan ne font que renforcer l’impression de rituel, nom que le groupe donne à ses concerts.

C’est dans cette ambiance des plus étranges que les musiciens ("live-guests" pour la plupart) vont dérouler leur set de 13 chansons qui font le tour de leur jeune carrière. Tournée promotionnelle oblige, c’est le petit dernier, The Thousandfold Epicentre, qui est le plus avantageusement exposé, avec pas moins de 6 titres qui seront joués. Parmi ceux-ci figure le single "Fire Burning" et son solo harmonisé à trois guitares, ou encore la tubesque "She" et son refrain envoutant. Les précédents efforts ne sont pas oubliés, de la première démo à The Time Of No Time Evermore.

F "Mouth of Satan"

Servis par un son parfait, les musiciens peuvent exprimer l’étendue de leur talent. Les trois guitaristes (dont le leader Selim "SL" Lemouchi) se partagent rythmique, harmonie et solos, le tout exécuté sans bavure. La basse est aussi mise en avant et offre un son rond et chaud, et la batterie donne la cadence sans sourciller. Influence 70’s oblige, le groupe rallonge certains titres comme "Voodoo Dust", et de manière toujours pertinente. La chanteuse arrive à transmettre parfaitement ses parties studio, et ce sans jamais défaillir.

Sens du spectacle oblige, le groupe ne communique pas du tout, et enchaîne ses titres sans broncher. Malgré ce point qui peut paraître étrange, les musiciens (Selim en tête) et la frontwoman se montrent présents. Ils montrent qu’ils n’ont pas besoin d’arranguer la foule pour mettre le public à leur pieds.

A l’image de la chanteuse, le public est aussi peu expressif. Seuls les deux premiers rangs bougent et se laissent emporter par le groove de titres comme "Christ Or Cocaine". La communion entre le groupe et le public est tout de même là, et tous apprécient le show, en silence. Cerise sur le gâteau infernal, certains excités scanderont des "Hail Satan" au début du concert.

Un groupe qui a su montrer tout son talent et son originalité en live, en montrant une approche complètement différente de la scène que les autres groupes de Hard Rock. Pour ceux qui auraient raté cet évènement atypique, il reste le prochain Hellfest pour se rattraper.

Selim Lemouchi

 

Setlist :

Unending Singularity (Intro)
On The Wings Of Gloria
River of Gold
Fire Burning
The Thousandfold Epicentre
House of 10,000 Voices
Die The Death
The Heavens Cry Out For The Devil's Blood
Rake Your Nails Across the Firmament
She
The Graveyard Shuffle
Voodoo Dust
The Madness of Serpents
Christ or Cocaine

Photos prises par Emmanuel25, Francis Bijl et Venue Music, utilisées sous licence Creative Commons.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements