Mars Red Sky – Apex III (Praise For The Burning Soul)


Mars Red Sky n’avait pas eu grand mal à conquérir son public avec ses deux premiers opus : Mars Red Sky et Stranded in Arcadia. Délivrant des compositions bien ficelées, surprenantes et par-dessus tout envoutantes, Mars Red Sky a très rapidement su se faire sa petite place dans le paysage musical. Après un premier album enregistré dans le désert espagnol et un deuxième au Brésil, Mars Red Sky met fin à ses pérégrinations pour enregistrer à domicile. Même si Apex III (Praise For The Burning Soul) a vu le jour sur la terre natale du groupe bordelais, il n’en est pas moins une belle invitation au voyage.

Cantonner Mars Red Sky au terme de stoner serait comme réduire la carrière de Dave à « Du côté de chez Swann » : il y a une part de vrai, mais un peu réducteur. La musique distillée par les trois musiciens est riche et originale, empreinte d’une identité forte. Mars Red Sky nous régale une nouvelle fois, avec  un son aux contrastes déroutants, impossible à faire entrer dans une case.

Ce nouvel album est introduit par un morceau instrumental de 3 minutes qui nous permet de décoller, tout en douceur, vers d’autres horizons. Le tout monte crescendo pour ensuite dévoiler le magnifique « Apex III », un morceau pesant, gras, et sublimé par la voix définitivement venue d’ailleurs de Julien Pras. Un lien émerge alors doucement entre « Apex III » et « Sapphire Vessel », paru sur le dernier EP du groupe, Providence. Si quelques paroles et une mélodie réunissent ces deux titres, leurs trajectoires sont ensuite diamétralement opposées, bien que trouvant racine au sein du même univers.

jimmy kinast, matgaz, julien pras, 2016, stoner

Sur « The Whinery » la rythmique est entrainante, tandis que la voix se dévoile sous un jour différent, plus pêchue et moins planante. Les trois musiciens parviennent à créer des évolutions incroyables, mêlant différentes ambiances au sein d’une même entité musicale.

« Mindreader » possède tous les arguments pour hypnotiser et charmer son auditeur. Mars Red Sky y arbore un gros son, alternant entre des passages doux aux accents psychédéliques, et des parties plus lourdes et rentre-dedans, savamment soutenues par le son de basse écrasant de Jimmy Kinast. Par-dessus tout cela, la voix éthérée de Julien Pras accentue cette atmosphère unique présente tout au long de l’album.

Les compositions de Mars Red Sky parviennent à captiver, sans jamais lasser ou épuiser. On ne se perd pas au cœur de sons trop lancinants, les morceaux sont riches, variés et parfaitement structurés. Le groupe parvient à jouer avec la lourdeur, la lenteur mais aussi avec la légèreté et la douceur, créant ainsi ce son qui lui est propre.

La rythmique de batterie envoyée par Matgaz sur « Under The Hood » est assez déroutante. Ce morceau possède avec « Friendly Fire » de bonnes influences pop, que l’on doit une nouvelle fois au chanteur Julien Pras. Les deux morceaux sont mélodiques, mais ne nous méprenons pas, cela n’enlève en rien à la puissance du son de Mars Red Sky.

Si « Shot In Providence » a dû être retiré pour la version vinyle, il se charge tout de même de clore le voyage sur CD. Ce titre résume parfaitement le nouvel opus de la formation, on y retrouve toutes les teintes et les textures exploitées tout au long des différentes compositions.

Mars Red Sky possède une personnalité forte doublée d’une puissance créative unique, leur univers est construit de sujets variés, propices à la rêverie et à l’évasion. Apex III (Praise For The Burning Soul) est tout à fait cohérent avec le parcours du groupe, qui semble évoluer sans dévier de trajectoire. Ce troisième album a tout d’une jolie réussite. 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements