Hansi Kürsch, chanteur de Blind Guardian

Depuis la sortie du dernier album studio At the Edge of Time l’an passé, on peut dire que Blind Guardian aime jouer avec le concept du temps. Et ça tombe bien puisqu’une compilation rétrospective intitulée Memories of a Time to Come est prévue le 20 janvier prochain chez EMI. Retraçant 14 ans de carrière, elle contient des réenregistrements et des remix de vieilles chansons accompagnés de morceaux plus récents. L’occasion de converser (une troisième fois sur La Grosse Radio après les entrevues de 2006 et 2010) avec le chanteur Hansi Kürsch, afin également d’évoquer l’avenir et les prochains projets du groupe.

Bonsoir Hansi, merci de nous accorder cette entrevue. Premièrement, comment te sens-tu en cette période de fêtes ?

Tout va bien, on vient juste de finir une tournée avec un dernier concert en Pologne la semaine dernière et depuis je travaille sur la promotion de l’album best of. Evidemment je suis également en plein préparatifs du Noël qui vient.

Une compilation de Blind Guardian va donc voir le jour dans un mois environ… Memories of a Time to Come, prévue non pas chez Nuclear Blast mais chez EMI. Cela peut paraître étonnant… pourquoi un label différent pour ce best of ?

En fait c’est simple, on était signé par Virgin dans le temps et EMI est une partie de ce gros label. EMI possède encore aujourd’hui les droits de nos anciens albums jusqu’à A Night at the Opera. Il y a quelques temps, l’équipe de EMI Allemagne m’a contacté afin d’obtenir l’autorisation de faire une compilation et j’ai accepté à la seule condition que nos albums sortis sur le catalogue Nuclear Blast figurent également sur ce best of, je ne voulais pas faire deux best of différents car cela n’aurait eu aucun sens. Je leur ai ensuite demandé un peu de temps afin de faire une sélection adéquate des chansons qui figureraient dessus.

Cet album contenant 2 ou 3 CDs (selon les versions) retrace donc la longue carrière du groupe, avec une réactualisation de certains titres… A noter d’ailleurs 3 réengestriments complets : « Valhalla » (feat. Kai Hansen comme sur l’originale), « The Bard’s Song – The Hobbit » et l’épique « And Then There Was Silence ». Pourquoi ces choix et pas d’autres morceaux ?

Déjà c’est une question de temps au niveau des enregistrements, sans ça on en aurait probablement refait d’autres en plus. Le mixage au préalable des autres chansons ayant pris beaucoup de temps, nous nous sommes vite rendus compte qu’on devrait se limiter à ces chansons-là… Après, tu n’es pas sans savoir que « And Then There Was Silence » a toujours été un défi pour nous, cela fait longtemps qu’on voulait la refaire et elle a donc été notre premier choix. Evidemment autant d’exigence a fait qu’ensuite nous n’avons pu nous occuper que de deux autres chansons, des choix plus « simples » afin de pouvoir les finaliser à temps sans trop de mal. Cependant nous avons récemment réenregistré en version orchestrale une 4ème chanson, « The Bard’s Song – In the Forest », on vient juste de la finir et elle ne figure pas sur la promo que vous avez reçue. Elle sera par contre intégrée à la version finale. Le plus gros du travail au final sur ce best of aura été de garder un mixage « moderne » adéquat sur chaque morceau retravaillé, afin qu’une certaine logique se fasse tout au long de son écoute globale.

Blind Guardian 2012

Sur « Valhalla » on retrouve donc Kai Hansen, c’était une évidence pour toi de le rappeler dans cet exercice ?

Oui, c’était même une obligation ! On ne voulait pas que cette nouvelle version diffère trop de l’originale, c’était donc évident que Kai devait avoir sa place en tant que chanteur invité mais aussi au niveau du solo guitare. On voulait vraiment retravailler cette chanson comme à l’époque mais avec les moyens d’aujourd’hui, un exercice ma foi très intéressant. En tout cas Kai était à fond dans le processus et a très vite enregistré ses parties avec brio.

Parlons de « And Then There Was Silence », il semble que c’est celle qui a subi le plus de modifications… riffs de guitare un peu plus modernes, quelques lignes vocales modifiées, quelques orchestrations ajoutées… pourquoi ce choix ?

Plus que des modifications, disons que nous avons décidé de la refaire complètement à nos yeux. En fait nous voulions la transformer par rapport à nos différentes expériences vécues ces dix dernières années et ses nombreuses interprétations en concert. On a toujours pensé que la version live de cette chanson avait un impact plus fort et plus précis que la version studio présente sur A Night at the Opera. On a tenté le pari de voir comment serait cette chanson dans une version plus « jouable » en live, on est peut-être pas allé à fond dans ce choix mais globalement c’est ce qui ressort en la réécoutant ainsi, du coup chaque modulation ou différence entendue est parfaitement voulue à la base.

Un gros risque de pris vu que beaucoup de fans adorent l’originale, n’as-tu pas peur de certaines réactions ?

C’est un défi qu’on relève avec plaisir ! Non mais il ne faut pas s’inquiéter, on n’a pas voulu montrer ici qu’on jouait de la musique de merde en 2001 (rires)… Loin de là ! On a voulu voir où en était tout en sachant pertinemment que ce qui avait été fait il y a dix ans n’était en aucun cas renié. Rien n’est calculé ici, on a fait ce qu’on pense être juste pour nous en ce moment, sans penser au risque de décevoir nos fans. On a fait ça pour le fun avant tout, on ne veut pas « insulter » la version originale ni la dénigrer, bien au contraire.

Regrettes-tu le non-réenregistrement de certains morceaux par exemple à cause de ce manque de temps ?

A la base nous aurions beaucoup aimé refaire complètement « Follow the Blind ». Je trouve que c’est excellente chanson qui aurait pu être retravaillée de façon plus moderne avec réussite, cependant je pense qu’elle aurait demandé un temps considérable. On a donc préféré se concentrer sur un nombre précis de chansons au lieu de survoler les choses et se déconcentrer en travaillant sur plusieurs tableaux. J’avais aussi pensé à « Somewhere Far Beyond » de l’album du même nom, j’aime beaucoup ce morceau et j’aurais aimé voir ce qu’on aurait pu en faire aujourd’hui mais ce n’était finalement pas dans les priorités du moment.

Sur le 3ème CD de la version Deluxe, on peut retrouver les démos de l’époque où Blind Guardian s’appelait encore Lucifer’s Heritage… le bon vieux temps ? (rires)

(rires) C’est sûr qu’on s’amusait beaucoup dans les années 80 ! En tant que professionnels aujourd’hui, ça nous fait un peu bizarre de réécouter ce jeune groupe qui mettait tout son coeur pour faire de Lucifer’s Heritage une formation reconnue… On avait de bonnes idées de chansons mais je peux facilement ressentir la nervosité qu’on avait d’enregistrer pour la première fois en studio, on essayait d’ailleurs de la masquer en se tapant des cuites à la bière ce qui n’était pas forcément une bonne idée (rires) ! Retravailler sur ces morceaux a été comme un voyage dans le temps, je me souviens qu’à l’époque on se croyait déjà forts et célèbres avec une seule démo ! En tout cas c’était une belle période.

Quel effet cela fait pour un artiste de sortir une telle compilation retraçant autant d’années de carrière ? Un véritables bain de jouvance ou l’impression que le temps est passé trop vite ?

On sent vraiment que le temps passe bien vite, c’est une certitude. Toutes ces 25 années voire plus si on compte Lucifer’s Heritage ont vraiment été géniales pour nous, mais franchement ça ne donne pas l’impression qu’autant d’années se sont écoulées. Je nous revois encore assis dans le studio pendant l’enregistrement de Battalions of Fear, c’est comme si c’était hier, je me souviens de comment on était, comment on se sentait, quels étaient nos rêves, et réenregistrer ces chansons aujourd’hui ne me poserait aucun problème. Je suis conscient du chemin parcouru mais ça me parait fou qu’un quart de siècle se soit écoulé depuis…

Est-ce quelques dates live sont prévues pour l’occasion après cette sortie ?

On fera certainement quelques festivals, une vingtaine de shows environ pour promouvoir ce best of. Mais pas beaucoup plus, on a envie de chacun se concentrer sur l’écriture des prochains albums du groupe, ceci est désormais notre véritable priorité pour 2012. On adore jouer live mais on a fait beaucoup de shows ces derniers temps, il est temps de se recentrer sur les échéances à venir.

Parlons du futur justement… L’album orchestral tant attendu de Blind Guardian est actuellement en préparation avec l’auteur fantastique Markus Heitz, où en êtes vous exactement ?

Malheureusement j’ai l’intime conviction que ce projet ne sera pas prêt à temps pour une sortie en 2012, nous avons encore trop de choses à réaliser pour que cela puisse arriver à temps. On a déjà beaucoup travaillé avec Markus Heitz et pas mal de choses reste à accomplir avec lui, mais le temps passe trop vite et je ne pense pas que tout soit terminé avant 2013. Il y a encore énormément de compositions à avancer, les éléments orchestraux restent à travailler, et niveau écriture ou production nous ne voulons pas nous hâter : il faut qu’on soit sûr d’arriver là où on voulait aller avant de finaliser les choses. Cependant je peux t’assurer que nous travaillons d’arrache-pied, aussi bien pour ce projet orchestral que pour le prochain album « normal » de Blind Guardian. Franchement je pense qu’on a parlé trop tôt de cet album orchestral, on aurait dû attendre un peu, mais je peux vous assurer qu’on avance et c’est déjà ça le principal.

Sera-t-il basé sur les oeuvres de Tolkien ou contera-t-il diverses histoires ?

On travaille encore un peu sur le concept, Markus Heitz a eu d’excellentes idées depuis le début. Disons que nous sommes en train de créer un monde imaginaire proche de son univers mais également lié aux oeuvres de Tolkien. C’est tout un univers que nous sommes en train de mettre en place ensemble, il sera probablement finalisé en 2012 dans ses grands aspects.

Quid du prochain album dit « metal » du groupe, quelques plans ou il faut attendre encore un peu ?

Même si on sépare bien le processus de composition habituel et le projet orchestral, nous avançons aussi dans ce sens en ayant quelques idées pour des morceaux metal. En fait nous travaillons dessus en même temps, ce qui peut paraître paradoxal j’en conviens (rires)… Là nous avons mis en route deux chansons qui, même s’il est un peu trop tôt pour le dire, seront dans la continuité de l’album At the Edge of Time. Il y aura donc certainement ces éléments orchestraux entendus sur « Sacred Worlds » ou « Wheel of Time », ce qui serait une sorte de logique vu qu’on travaille en même temps sur un album orchestral, mais rien n’est arrêté encore et les choses peuvent évoluer. Il est un peu tôt pour faire une prévision solide à ce sujet.

Hansi Kürsch 2012 (Blind Guardian - Memories of a Time to Come)

Quand je t’avais parlé en 2010, on avait évoqué un possible The Forgotten Tales Part II avec d’autres reprises… est-ce toujours une envie ?

C’est toujours quelque chose de sympa à faire, d’autant plus qu’il y a toujours des chansons qu’on aimerait reprendre ou quelques uns de nos morceaux que l’on pourrait retravailler en acoustique. Mais pour être honnête il n’y a rien de prévu avant au mieux 2014 à ce niveau. Franchement, s’il me reste du temps en 2013, je pense que ce sera plutôt l’occasion de démarrer l’écriture du nouveau Demons & Wizards avec Jon Schaffer (Iced Earth). Ce serait plus logique pour moi.

D’ailleurs, si là tu devais reprendre d’urgence une chanson avec le groupe, laquelle serait-ce ?

Je ne sais pas trop, ça dépend vraiment de la direction qu’on voudrait prendre avec le groupe, on déciderait ensemble. Personnellement j’aimerais bien reprendre des chansons de Manowar ou Sonata Arctica par exemple, ce serait intéressant et collerait bien avec ma voix. Après il y a des morceaux des années 70 tels que « I Don’t Like Mondays » des Boomtown Rats qui me brancheraient bien, mais rien n’est défini et encore faudrait-il que les autres membres du groupe me suivent sur ces idées.

2011 se termine, que retiens-tu de cette année au niveau musical ?

Beaucoup de choses. Comme chaque année on est surpris par de bons groupes, d’autres nous déçoivent aussi en n’étant pas à la hauteur de nos attentes… Personnellement j’ai beaucoup aimé le nouvel album d’Iced Earth mais aussi le nouvel opus de Kate Bush. Je suis d’ailleurs un grand fan de cette artiste, elle ne déçoit jamais.

Et le très controversé Lulu de Lou Reed & Metallica, t’en penses quoi ?

Je ne sais pas si on peut parler de controverse ici tant les gens autour de moi qui l’ont écouté l’ont profondément détesté (rires)… Je t’avoue que moi je n’ai pas eu le temps de m’y pencher dessus, mais je ne pense pas que ce soit bien grave pour le coup… Je te trouve même bien poli de le qualifier uniquement de « controverse » ! (rires)

(rires) J’avoue… Mais j’en connais quelques uns qui ont réussi à l’aimer donc bon… (rires)

Tu sais même les fans de Lou Reed pseudo élitistes ici en Allemange ont trouvé cet album affreux… y compris les musiciens ! C’est étrange, Lou Reed ne s’est visiblement pas pris au sérieux et Metallica n’a pas pu faire machine arrière, au final cela a donné quelque chose qui n’a pas du tout marché.

Pour les vraies controverses de cette année, citons plutôt les nouveaux Morbid Angel ou Edguy…

Morbid Angel je ne sais pas trop, je ne connais pas très bien le groupe. En ce qui concerne le Edguy, j’ai écouté quelques chansons qui m’ont paru sympathiques, après voilà Tobias Sammet aime bien essayer de surprendre les gens. Parfois ça marche, parfois non, ici ça a l’air d’être du 50/50 d’après les réactions.

2012, une nouvelle année qui vient, quelles sont tes attentes en tant que personne ?

Déjà j’espère qu’on sera là le 21 décembre prochain, mais normalement ça devrait aller (rires) ! J’espère surtout que ce sera une bonne année où je rencontrerai des gens intéressants, et j’espère que les problèmes économiques et politiques se règleront. Je suis optimiste à ce niveau car je pense que les gens sont moins manipulables que par le passé, les temps changent…

On peut déjà espérer de bonnes relations franco-allemandes vu le grand amour que se portent nos dirigeants Angela Merkel et Nicolas Sarkozy… (rires)

(rires) Le fameux Sarkomerkel ou Merkozy ! Mais bon pour être honnête, je suis moins virulant contre les politiciens aujourd’hui, je pense qu’ils essayent d’agir du mieux qu’ils le peuvent contre la crise même si parfois ça ne marche pas… Bien sûr certains doivent encore être un peu corrompus mais je pense que la majorité oeuvre désormais dans le bon sens. Comme je t’ai dit, je préfère être optimiste.

Hansi Kürsch 2012 (Blind Guardian)

A chaque interview on arrive à parler de ton fils, fan de Kiss, jeune artiste en devenir… que devient-il ? (rires)

Il a fêté ses 10 ans cette année, aujourd’hui il a joué sa première pièce de théâtre d’ailleurs dans une maison de retraite. Il a un bon oeil, une bonne oreille en tant que musicien en devenir, il dessine un peu façon bande dessinée parfois et j’aime bien ce qu’il fait.

Il est temps de conclure, quelques mots pour les fans français ?

Je sais que les fans en France nous aiment bien, j’espère qu’on pourra jouer une date lors d’un festival, je ne sais pas encore…

Peut-être au Hellfest ?

Je ne sais pas, ce n’est pas prévu pour l’instant. On aime beaucoup jouer en France en tout cas, l’étape parisienne est toujours un des meilleurs concerts de chaque tournée, avec des gens sympathiques et de la bonne nourriture… (rires)

Et maintenant que la France et l’Allemagne sont amies, pourquoi ne pas organiser un axe metal avec une sorte de Merkozy Festival ? (rires)

Ce serait pas mal ! (rires)

Faudrait déjà trouver des groupes français heavy power, malheureusement on en a peu ou ils ne sont pas assez reconnus…

A vrai dire je ne serais pas capable de te citer des groupes français actuels dans le genre, c’est vrai !

Heavenly, Manigance, Adagio ?

Hmm… ça me dit quelque chose mais je serais incapable de mettre de la musique sur ces noms ! Par contre je connais bien les groupes français des années 80 tels que Trust, Sotilège, H-Bomb ou encore Warning. J’ai grandi avec ces groupes là, et je dois dire que Sortilège était l’un des groupes qui nous impressionnait le plus André Olbrich et moi quand on a démarré Lucifer’s Heritage.

Malheureusement Sortilège c’est fini depuis longtemps et son chanteur Zouille vient récemment de prendre sa retraite musicale.

C’est triste, ils n’ont pas eu la carrière qu’ils auraient mérité d’avoir.

Hansi Kürsch 2012 (Memories of a Time to Come)

En tout cas merci beaucoup pour cette entrevue Hansi, à très bientôt et je te souhaite de bonnes fêtes !

Merci, toi de même et à l’année prochaine !
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements