Deftones – Gore

C'est un nouveau Deftones que l'on découvre avec Gore, un Deftones plus rock et plus ambiant. Quatre ans que l'on attend cet album, mais est-ce que ces quatre années d'attentes sont récompensées de la meilleure des manières par Deftones ?

 

Dans l'oeuvre complète, la réponse est oui, car Gore possède un ensemble musical globalement bon, même génial si on veut être vraiment expressif. Il est juste un peu déroutant de passer d'un Koi No Yokan des plus réussi en 2012 à ce nouvel album beaucoup plus posé. On sait que le groupe est passé par plusieurs étapes difficiles ces dernières années, entre l'accident qui a plongé Chi Cheng (ex bassiste), en 2008, dans un coma d'un an et demi, puis son décès en 2013. Un réel coup dur qui se ressent sur la musique composée pour ce nouvel album.

deftones, nouvel album, gore, 2016

Gore présente de très bons points, comme de beaucoup moins bons. L'ensemble musical est intéressant. On passe de pistes assez ambiantes et profondes ("Prayers / Triangle", "Heart / Wires" et "Phantom Bride") à des pistes énormes et plus pêchues, comme le faisait Deftones auparavant ("Acid Hologram", "Doomed User", "Geometric Headdress" etc.). On a donc là un ensemble plutôt complet et très agréable à écouter.

On part sur un album qui s'écoute tout en un, du début à la fin sans interruption. C'est le meilleur moyen d'apprécier chaque petit détail que le groupe fait passer au travers de Gore. Lorsque l'on procède de cette manière on a l'impression que tout se suit, que si le tout n'était qu'une seule et même chanson ce serait normal. C'est là que Gore est fort, c'est son plus gros atout, il y a un réel et bon travail de ce côté là.

Si on s'arrête sur les petits détails un peu pénibles, seul le chant de Chino Moreno est lassant à la longue. Malgré quelques petites envolées et quelques petits cris, le chant reste monotone et redondant. C'est peut-être aussi ce que le groupe veut faire passer comme émotion, ce sentiment de vide et de froideur à travers la voix de Chino. Même si sur la longueur, cette façon de chanter est lassante, la profondeur des chansons n'en est que renforcée. On arrive à ressentir une grande douleur, une peine inconsolable, dans un titre comme "Heart / Wires", qui est la chanson la plus touchante de Gore, émotionnellement parlant, que ce soit musicalement ou encore dans son texte.

Le gros bémol par rapport à cet album est l'implication des membres de Deftones. Lorsqu'on sait qu'un des membres fondateurs, et pièce maîtresse du groupe, Stephen Carpenter (guitare) n'aime même pas le travail fourni sur l'album, ni le son, ni la tournure musicale que prend le groupe... La fête quant au retour des incroyables Deftones en est quelque peu gâchée. On apprend tout ça dans une interview réalisée par Ultimate Guitar. Stephen Carpenter y avoue, en toute honnêteté, que sa seule fierté par rapport à Gore, est d'avoir réussi à jouer les morceaux à la guitare. Il ne voulait même pas jouer sur l'album tant il était désintéressé par les idées des autres membres et que ce n'était ni le son, ni le style de musique qu'il voulait faire.

Heureusement, pour rattraper cette petite mésaventure, Gore est l'occasion pour nous d'entendre un excellent titre de Deftones avec la participation d'un guitariste qui en veut. Jerry Cantrell (Alice in Chains) est présent à la guitare sur la chanson "Phantom Bride". Ce qui donne un des meilleurs titres de l'album, avec de supers solos remplis de feeling, pour quasiment clôturer cet émotionnel et très bon album du combo américain. 

Un album varié et intéressant qui saura plaire aux fans de la première heure avec des titres comme "Doomed User", mais aussi aux nouveaux arrivants dans le monde à part de Deftones. Même si les avis sont mitigés sur Internet, rien de mieux que se faire sa propre opinion alors à vos casques, écouteurs ou enceintes pour accueillir un Gore de très bonne facture.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements