Deströyer 666 (Bölzer + Trepaneringsritualen) au Divan du Monde (04.04.2016)


La blague qui circulait dans le Divan du Monde était que ce soir c’était la soirée des « x2 ». On commençait par le One Man Band de Thomas Martin Ekelund avec Trepaneringsritualen et ses sonorités electro-occulto-satanistes envoutantes, suivi du duo Bölzer de Zurich pour enfin terminer avec les 4 musiciens de Deströyer 666… heureusement que la soirée s’achevait avec ces derniers sinon on passait à 8 avec Chico et les Gypsies et la caravane sur la scène…

 

Trepaneringsritualen

Trepaneringsritualen


On peut dire que c’est assez déconcertant de découvrir le projet Trepaneringsritualen en ouverture de la soirée car les rythmiques électros ponctuées de growls n’ont pas grand-chose en commun avec le thrash/black n’ roll de Deströyer 666. Thomas Martin Ekelund arrive avec un sac à patates sur la tête comme l’Épouvantail, grand ennemi de Batman. Ensuite le Suédois parait assez possédé s’époumonant dans son micro, bidouillant deux trois bouton de sa boite à rythme pendant que les bougies autour d’un crane humain fondent sur un ampli. Bon, en ouverture de Burzum on aurait compris, mais là on prend notre mal en patience en écoutant poliment en priant pour que « l’expérience » ne dure pas trop longtemps.

Trepaneringsritualen

 

Bölzer


Les suisses de Bölzer sous des lights bien réduites vont nous sortir leur arsenal d’un black/death aux accents pagan comme on a pu souvent l’apprécier ces derniers temps dans nos contrées entre le Fall of Summer, le Hellfest (avec sur la setlist « Chlorophyllia » en plus) ou en ouverture d’autres groupes. KzR, le guitariste/chanteur est assez charismatique, torse nu dévoilant une multitude de tatouages, son micro incliné comme le faisait Lemmy et sa concentration de tout instant sur son manche de guitare. Quand au batteur (HzR), on l’entend bien mais il est assez difficile de l’entrapercevoir derrière son kit perdu dans les fumigènes et les lights bleues.

Bölzer


Pour tenir les 40 minutes qui leur sont imparties, ils jouent pratiquement tous les titres de leur second Ep et de leur unique démo nous permettant d’apprécier l’étendue de leur talent.

Bölzer


Setlist Bölzer :
Zeus - Seducer of Hearts
C.M.E.
Steppes
Entranced by the Wolfshook
Chlorophyllia
The Great Unifier
 

Deströyer 666

 

Deströyer 666


KK sourit, si, si. Il est heureux de nous retrouver et de nous montrer ce qu’ils viennent de creuser à coup de mediators dans les sillons de leur dernier album, Wildfire, dont pas moins de quatre titres seront joués ce soir.

Depuis bientôt plus de 20 ans et seulement 5 albums, Deströyer 666 nous distille des riffs tous plus cinglant les uns que les autres. C’est une véritable industrie à riffs en acier trempé dans laquelle ils œuvrent et ils vont nous les sortir ce soir au cul du camion en essayant d’éviter les temps morts. Le Divan du Monde se transforme en sidérurgie de riffs que l’ouvrier musicien va tronçonner à la chaîne. Pas de temps morts, la poinçonneuse est déjà enclenchée et ne permet pas de revenir en arrière. Ça coupe dans tous les sens à coup de cuir et de clous en faisant monter la température d’un cran.

Deströyer 666


Le pit se transforme en melting-pot de corps en sueur, de bras en l’air, de saltos arrières, de gouttes de bières, de combats de coude, de rangers pogotantes et électrisées, le tout mélangé grâce aux savants ingrédients inscrits dans la recette des australo-européens : riffs thrashisant, rythmiques cardio-endiablées, ambiance black, musiciens viriles et en sueur, brassards en cuir et clous à l’ancienne. KK a l’air heureux et n’hésite pas à nous parler de sa joie de jouer à Paris ce soir.

Deströyer 666


Ce même pit se transformera en tornade aux premières notes de « Iron fist » de Motörhead ; On ne porte pas des « ¨ » dans son nom pour rien non plus.

Mais grosse tristesse pour certains puisque KK l’ Australian and Anti-Christ ne nous annoncera ni « Satan's Hammer » ni « Rise of the Predator » ni « Raped » ce soir, mais rassurez vous « Satanic Speed Metal » et « Lone Wolf Winter » réuniront tous les suffrages.

Deströyer 666


Lors de cette soirée le public a pris son shot de musique extrême : de l’électro/satanic/black metal jusqu’au black n’ roll en passant par un pagan death/black et ce en trois heures chrono.
 

Liönel / Börn 666


Setlist Deströyer 666 :
Wildfire
Traitor
A Breed Apart
I Am the Wargod (Ode to the Battle Slain)
Live and Burn
Hounds at Ya Back
Sons of Perdition
The Calling
Satanic Speed Metal
Iron Fist (Motörhead cover)
Black City - Black Fire
Trialed by Fire
Rappel:
Lone Wolf Winter

Photos : © 2016 Lionel / Born 666
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements