Drakwald – Riven Earth

Après un premier album très intéressant et quelques concerts bien placés, comme par exemple au Motocultor 2015, Drakwald poursuit son chemin et nous propose cette année Riven Earth.

A son écoute, on remarque assez rapidement que le style a quelque peu évolué.
Certes, les chœurs, la flûte et la cornemuse sont encore bien présents, mais globalement le chant est plus agressif voir saccadé.

Ce qui ne m’avait pas marqué à ce point sur le précédent opus Resist Fatality est évident ici : ce petit air des montagnes suisses apporté par Eluveitie est visiblement arrivé dans la région de Tours.
Le côté death metal mélodique (non, je n’ai pas dit Amon Amarth !) est toujours bien là et la sauce prend bien.

Côté production, des progrès ont été faits. Il est clair que le groupe a mis un peu plus de moyens sur le son, ce qui est appréciable.
Globalement, étant par ailleurs amateur d’Eluveitie, d’Amon Amarth et du premier opus de Drakwald, je ne peux que me réjouir de Riven Earth.


Mais… Oui, il y a un mais. Ce n’est jamais bon quand il y a un mais.

Par exemple, quand on vous dit « je t’aime, mais… » ou « je veux vous engager, mais… », en général, on se rend vite compte que ce qui a été dit avant ce fameux « mais » n’a plus vraiment d’importance.
Donc ici, je dirais « c’est bien, mais le groupe a perdu de son originalité ».

Les morceaux sont propres, bien exécutés, avec des mélodies plaisantes, un mixage des instruments laissant une part belle à la cornemuse ou à la flûte. Bref, de quoi faire un bel album de pagan/folk metal.
Mais… Vers où Drakwald veut il se diriger dans le futur ?

Ces quelques critiques n’enlèvent rien à l’efficacité des morceaux. Par exemple, « Despair of the Last Men » ou « Echo of Memories » sont incontestablement de belles réussites musicales, pour ne citer qu’elles ! L’album enchaîne dix titres assez courts et donc très dynamiques, avec juste ce qu’il faut comme ralentissements.
Côté paroles, la thématique abordée par Riven Earth tourne principalement autour du retour aux origines après l’apocalypse écologique. 

Si vous aimez ce style musical, vous pouvez sans hésiter acheter l’album, vous en aurez pour votre argent. Ou mieux encore, allez les voir en concert, visiblement ils savent faire bouger un public. Et j’imagine très bien ce que peuvent donner la plupart des titres de Riven Earth dans le pit…

Et là, il n’y a pas de mais !

Riven Earth – sortie le 7 mai 2016 chez Dooweet Agency.
Tracklist (43 minutes et 54 secondes):
1. Doomsday Argument (5 :19)
2. Erase by Fire (3 :56)
3. Primal Dawn (4 :02)
4. Rebirth (4 :01)
5. Despair of the Last Men (5 :54)
6. Murdering (3 :30)
7. Chasm of Ignorance (5 :03)
8. Echo of Memories (4 :28)
9. Never Rising Sun (4 :13)
10. Blood and Glory (3 :28)
 

Thomas Orlanth

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements