Hatebreed – The Concrete Confessional

Le 13 mai dernier, les furieux de Hatebreed sortaient leur septième album The Concrete Confessional. Après 21 ans de carrière, le groupe est devenu une institution du Metalcore, une institution sur laquelle on peut compter, contrairement à celles qu’il dénonce dans cet album. Après toutes ces années Hatebreed est toujours là pour nous distiller ses paroles à la fois percutantes et positives et nous les ancrer dans le crâne à coups de riffs rageurs et intenses. Morceau après morceau, les membres de Hatebreed ne nous laissent aucun répit. Chaque chanson est une nouvelle claque musicale. Rien à redire, l’énergie et le gros son sont là du début à la fin de l’album!

Le groupe est également l’incarnation même du message qu’il prône : « Reste qui tu es et continue d’avancer la tête haute. » Dans une interview récente accordée à la Grosse Radio, Frank Novinec, guitariste du groupe nous disait : « On essaye toujours de donner un message positif que les gens peuvent utiliser pour les guider dans leurs vies ». On retrouve tout à fait cet esprit dans plusieurs chansons de ce nouvel album. Dans « Looking Down to the Barrel of Today », Jayme Jasta utilise la métaphore filée de l’arme à feu pour nous dire que même si un jour nous sommes dans la position de la victime sur qui l’arme est pointée, il ne tient qu’à nous de renverser la situation “Once had a shotgun to my head — They said I wasn’t worth the bullets — Now the world is my trigger and I’m here to fucking pull it”. Dans “Remember When” Jasta nous montre que rien ne sert de se lamenter sur le passé, qu’il ne faut rien regretter et vivre dans l’instant  et apprécier ce que le présent nous offre. Hatebreed donne toujours un message fort et très positif. On peut toucher le fond, mais rien ne nous empêche de rebondir (à part nous-même).

D’ailleurs, le groupe nous partage toute cette positive attitude et leur envie d’être là pour leurs fans dans le clip de « Looking Down to the Barrel of Life ». Un beau message d’amour pour leurs fans !

Même si la musique garde toujours l’énergie et la hargne qu’on leur connait bien, on note tout de même une envie d’être plus engagé politiquement parlant dans les paroles. En effet, dès la première chanson de l’album : « A.D »., Jayme Jasta annonce la couleur avec un texte fort où il démonte l’idée de Rêve Américain tant chérie par nos amis outre-Atlantique. Rien de haineux dans cette chanson, juste un constat : le Rêve Américain des Pères Fondateurs n’est plus. Dans son interview Frank Novinec, nous confiait que le groupe avait eu envie de parler un peu plus de politique sur cet album en cette période d’élections aux USA. Le groupe veut ouvrir les yeux de ses fans sur le monde qui les entoure. On retrouve cette volonté sur plusieurs chansons.  « US against US » joue déjà sur les mots dans le titre. On peut y voir les mots US comme les initiales de « United States » ou le pronom personnel complément US (= nous) ce qui peut donner plusieurs sens à la chanson en elle-même. Sommes-nous les uns contre les autres, ou l’Etat américain est-il contre ses citoyens ? En écoutant les paroles, on peut y comprendre les deux idées. Jasta, nous met en garde contre les média et les images qu’ils véhiculent. Pour lui, l’Etat manipule le peuple en contrôlant les média. Croire aux idées véhiculées nous monte les uns contre les autres. Dans « Slaughtered in their Dreams », Hatebreed nous questionne sur le fait que l’on puisse toujours dormir sachant que des enfants se font massacrer tout autour de la planète. Notre monde va mal, et Hatebreed veut nous mettre face à cette réalité.

 


Avec ce septième album, Hatebreed nous offre du grand Hatebreed. Le groupe se pose en guide pour ses fans, leur ouvrant les yeux et les oreilles avec toute l’énergie contenue dans leur musique et leurs paroles. Un album à écouter de toute urgence !

1. A.D.
2. Looking Down The Barrel Of Today
3. Seven Enemies
4. In The Walls
5. From Grace We’ve Fallen
6. Us Against Us
7. Something’s Off
8. Remember When
9. Slaughtered In Their Dreams
10. The Apex Within
11. Walking The Knife
12. Dissonance
13. Serve Your Masters

Produit par Zeuss
Mixé par Josh Wilbur
 


Eloïse Morisse

 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements