Lamb of God – Resolution

L’heure est venue pour les ‘ricains de Lamb of God de nous présenter leur nouvel album répondant au doux nom de Resolution, proposé par Roadrunner Records.

La première piste au tempo vraiment bas et aux relents de stoner plein les dents ne peut que donner envie de cueillir des pâquerettes aux côtés de sa compagne (dénudée) dans une grande prairie sous un soleil de plomb. Mais les dernières secondes nous laissent présager un futur bien moins « gai » pour les jolies fleurs, copine y compris. C’est dès le second titre « Desolation » que les hostilités sont déclarées ; à bas la nature et tutti quanti il est temps de rhabiller votre petite princesse et de prier pour que l’orage qui se présente à vos oreilles ne vous tombe pas sur la gueule dans ce bel endroit idyllique ! Ca envoie du lourd, un riff acéré avec un son de guitare reconnaissable entre mille (Mark Morton & Willie Adler ont-il joyeusement copulé ?) et qui ne peut laisser indifférent, jonché d’harmoniques et d’une batterie implacable qui aura rapidement pour effet de vous faire monter dans la voiture et accélérer jusqu’à exploser le compteur (ou autre) !

(Note de l’auteur ->) Dans mon petit salon (salon-chambre à coucher-cuisine-bureau-et j’en passe !) je me surprends donc à headbanguer violemment, non sans avoir une petite pensée pour ma team metal qui, à l’écoute de cet album, n’a cessé de se cogner la tête un peu partout en France (sisi, je le sais !)

Quelle joie de partager de telles ecchymoses avec ses collaborateurs en attendant un Hellfest qui s’annonce fichtrement épique dans le pit des ‘ricain sus-cités.

Ca envoie du lourd et c’est le moins que l’on puisse dire ; les pistes s’enchaînant à un rythme effréné et nos nuques pourtant habituées à certains mauvais traîtements  en arrivent même à réclamer de tout coeur une minerve (et qui paiera les frais d’hôpital, hein ?!).

Les mollets réagissent à la double pédale, les mains aux riffs monstrueux qui s’abattent sur nous, les cordes vocales souffrent elles aussi aux rugissements de Randall Blythe et les oreilles nécessitent une visite chez Audika car des filtres auditifs s’imposent ; de quoi en sortir complètement défoncé. C’est une véritable avalanche de décibels qui s’abat sur nos tronches, et comme on aime ça les avalanches, on en redemande. Surtout quand elles groovent comme ça (et que la production est aussi soignée, n’omettons pas de le dire !)

Un Gros, un Enorme (remarquez le grand E) album de l’avis de la rédaction Metal de La Grosse Radio qui ne peut que vous conseiller de vous équiper en conséquence ; tout type de protection étant le bienvenu (oui oui, nous disons bien « tout »). Signalons tout juste qu’ils sont gentils nos amis de Lamb of God puisqu’ils nous proposent à la moitié de l’album une petite minute et demie de récupération forcée à l’écoute de Barbarosa ; le temps de procéder à quelques étirements tout en buvant quelques lampées d’un célèbre alcool pour reprendre des forces, avant que cela ne reparte sur le même rythme, de manière tout aussi frénétique.

Nous choisissons de terminer cette écoute par une phrase qui a elle-seule résumera parfaitement la philosophie de cet album : Sortez couverts, prenez de bonnes « Resolution(s) » (et une bouteille de Jack !)

Un jeu de mots digne de notre Grosse Radio. Et oui : nous en sommes fiers.

 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements