Shinedown au Download Festival France 2016


Arrivée sous la tente de la Stage 3 vers 13h50, pour ce qui semble être un concert à l’heure du petit déjeuner, la gueule de bois et la fatigue nous rappelant amèrement la soirée débridée de la veille. Mais Shinedown est là pour nous remettre les idées en place, avec son hard rock à l’américaine, taillé pour les ondes, et surtout grâce à l’énergie débordante de son frontman Brent Smith, qui retourne littéralement le pit pendant les trente minutes allouées au combo.

Shinedown, on y avait goûté sur album, par curiosité : on n’en attendait pas grand chose sur scène, tant leur hard FM semblait classique, bien qu’efficace. Nous nous somme tout de même pressés sous la tente en avance, et bien nous en a pris, car les Floridiens révèlent tout leur potentiel sur scène, comme ils nous le prouvent rapidement.

La fosse est déjà bien remplie lorsque les musiciens montent sur scène et entament « Asking For It » : aujourd'hui l’ouverture des portes s’est faite sans accroc et les fans peuvent déjà se presser devant les scènes. D’entrée, le son est excellent et très équilibré. On pourrait chipoter en déplorant une guitare en très léger retrait, mais ce serait chercher la petite bête. La batterie en particulier jouit d’un rendu remarquable, et met en valeur le jeu ultra-énergique de Barry Kerch. Ce dernier s’agite comme un diable et vit les morceaux à 200%, un vrai bonheur à observer !

C’est ensuite le très énergique « Diamond Eyes » et son refrain fait d’onomatopées qui fait monter l’ambiance d’un cran : les riffs sont plus agressifs, et les mélodies entraînantes, si bien que l’énorme final conduit à une ovation générale bien méritée.

Il n’en faut pas plus pour décomplexer le frontman Brent Smith, qui sépare la foule en deux pendant l’improvisation qui fait office de lien entre deux morceaux : il descend ensuite parmi les fans pour transmettre ses consignes. Lorsqu’il finit par remonter sur scène, il énonce un décompte qui, lorsqu'il s'achève, a pour effet immédiat de faire sauter l’intégralité du public en rythme, et ce quasiment jusqu’à la fin du morceau.

A partir de ce moment, le groupe a gagné la partie et n’a plus qu’à dérouler ses hits. Depuis le groove imparable de « Cut The Cord » jusqu’au refrain entêtant de « Second Chance », tout y passe, et le public ne peut qu’en redemander, dans une ambiance survoltée qu’on ne voit que rarement en ouverture d’une journée de festival. Seul le dernier morceau s’avère plus calme et fait baisser le rythme du set, constituant la seul légère erreur de parcours du groupe.
 


Grosse surprise que cette incroyable prestation de Shinedown donc, et le groupe n’a fait que marquer des points via cette venue au Download, et a sans aucun doute gonflé les rangs de ses fans en seulement six titres. Respect, messieurs, on a hâte de vous revoir au Hellfest dans quelques jours !

Setlist :
Asking For It
Diamond Eyes (Boom-Lay Boom-Lay Boom)
Enemies
Second Chance
Cut the Cord
Sound of Madness



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements