One OK Rock au Download Festival France 2016

ONE OK ROCK n'est pas un groupe inconnu en France, loin de là. C'est pourtant devant une foule peu garnie que les Japonais montent sur scène. Après avoir rempli un Bataclan, un Trianon, un Olympia et joué au Zenith de Paris notamment, ONE OK ROCK se produit pour la première fois dans un festival en France pour un set d'une heure où ils ont tout à démontrer. 

Le groupe ouvre sur une longue introduction où les musiciens sont mis en avant, tandis que Taka essaie de chauffer un auditoire maigre. Le vécu des précédentes tournées se ressent et on a affaire à un groupe qui a accumulé de l'expérience. On voit que les Japonais ont l'habitude des grandes scènes, sachant prendre l'espace à leur disposition à profit.

C'est un grand nombre de morceaux du dernier opus qui est représenté. Si l'album 35xxxv a pu être perçu comme une déception pour un bon nombre de fans, les compositions de ce nouvel effort prennent une autre dimension. Assez simplistes et minimalistes,  les titres se révèlent être de véritables hymnes faits pour être repris en choeur par le public.
 


"Memories", l'une des meilleures compositions de 35xxxv, intervient en début de set et permet à Taka de montrer de la voix. La foule est peut être maigre mais ô combien connaisseuse, et on en a la preuve avec "Deeper Deeper", l'un des gros tubes du groupe, dont le refrain est repris par l'auditoire. Sur ce morceau, c'est surtout Toru qui prend les rennes, sa dextérité étant une nouvelle fois démontrée et nous mettant devant le fait accompli : le son sur la Stage 2 est vraiment au top.
 

Un des plus beaux moments reste lorsque "Clock Strikes" retentit. Si en studio la chanson est déjà une pépite, les émotions transmises par ce morceau sont également réelles en live et notamment au travers de la voix d'un Taka qui se transcende. Le chanteur est en forme et cela s'entend très clairement. Une grande partie du public participe activement au travers des "wohoo" de "Clock Strikes".
 


"Cry Out" se trouve dans cette veine, où le public joue ce rôle clé, devient un acteur à part entière du show. Le groupe fait beaucoup participer la foule et à juste titre car il le lui rend bien. Les rôles se partagent distinctement, Toru et Ryota s'occupant parfaitement des choeurs et des screams sur chaque morceau tout en assurant leur part du boulot. 

ONE OK ROCK conclut sur ses deux titres phares, "The Beginning" suivit de "Mighty Long Fall". Sur ce dernier, Taka en profite pour screamer. Le public saute pour une dernière fois et on voit même, dans un dernier acte de folie un peu étonnant, un wall of death être exécuté.

Si ONE OK ROCK est loin d'être le groupe le plus violent ou le plus impressionnant sur scène, il n'en demeure que la performance livrée par les Japonais était irréprochable et vraiment plaisante.

Photographies : © Marjorie Coulin 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements