Gojira au Download Festival France 2016

A l'aube de la sortie de son sixième album, Magma, Gojira est venu faire trembler l'Hippodrome de Longchamp pour cette première journée riche en émotions. Gojira fait très certainement partie des groupes les plus attendus de ce premier jour de festival. Le groupe n'est pas encore arrivé sur scène que les festivaliers scandent déjà leur nom à pleins poumons. C'est l'heure du goûter, le soleil tape. Alors, valait-il mieux aller déguster une petite gaufre au sucre à l'ombre plutôt que d'attraper quelques coups de soleil devant Gojira ?

Les Frenchies entrent en scène à 16h30. D'emblée, Jean-Michel Labadie encourage l'audience à lever ses poings en l'air. Le groupe est chaud bouillant et ce qui devait arriver arriva : dès le premier morceau, « Toxic Garbage Island », le public déjà survolté entame son premier pogo.

joe duplantier, mario duplantier, magma, jean michel labadie

A la batterie, c'est avec puissance que Mario Duplantier envoie le très lourd « The Heaviest Matter of Universe », particulièrement bien accueilli. Pour la suite, Gojira ne fait pas dans la dentelle. En effet, ce n'est pas « Silvera », tout droit sorti du prochain album, qui calme le jeu, bien au contraire. Le morceau fait son petit effet, ce qui ne laisse entrevoir que du positif pour la sortie de Magma, un album qui s'annonce puissant, technique, et concrètement, toujours aussi bon.

Joseph Duplantier prend la parole et annonce « Stranded », un morceau efficace au refrain entêtant, également issu de Magma. Le public semble avoir déjà bien intégré ce nouveau morceau et se met à chanter avec Joseph sur la fin du titre.

Christian Andreu, magma, gojira, paris

Le frontman n'hésite pas à complimenter la foule, plus que satisfait par le spectacle qui se joue devant lui. Il profite également pour rappeler que cette année, le groupe fête ses 20 ans et qu'ils prennent toujours autant de plaisir à faire ce qu'ils font. Joseph ne se perd pas dans un long discours, le groupe enchaîne directement sur « Backbone », de l'excellent From Mars to Sirius.

Gojira joue sur les ambiances sur « Terra Inc », où la basse est par ailleurs bien mise en avant. Ce petit interlude apporte de la nuance au set, jusqu'alors tout en puissance. Le public est réceptif, progressivement, la foule se densifie devant Gojira. Le groupe français aura réussi à délivrer un show rentre-dedans, avec un esprit positif et une bonne humeur communicative.

joe duplantier, paris, 2016, download

En ce premier jour de festival, les quatre Français nous livrent un show passionné, plein de hargne et sans temps mort. Gojira ne se moque clairement pas de son public et nous offre en plus de cela une setlist préparée aux petits oignons. Le quatuor a joué en plein milieu de l'après-midi, et aura fait l'unanimité parmi les festivaliers.

Photographies : © Marjorie Coulin 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements