Megadeth au Download Festival France 2016

Avant-dernier concert de ce festival, c'est vers la Stage 2 que l'on se dirige à 21H pour assister à la prestation du troisième larron du Big Four, Megadeth. En pleine tournée promotionnelle pour la sortie de Dystopia, le combo emmené par Dave Mustaine va délivrer ce soir une prestation de très haute facture. Que ça fait du bien de voir Megadeth en grande forme !

Avec un remaniement d'effectif encore inédit dans notre contrée, c'est un Megadeth avec un nouveau visage qui s'offre à nous. Exit Chris Broderick (guitare) et Shawn Drover (batterie), place à Kiko Loureiro (guitare) et Chris Adler (batterie) ! Premier concert français depuis le Sonisphère 2013, - il faut aussi rappeler que Megadeth n'a pas foulé le sol français pour un concert en salle depuis 2011 et ça commence à faire très long – ce concert est l'occasion pour le combo d'égrener quelques titres de Dystopia son dernier opus en date qui sans être exempt de défauts est un album plutôt bon. En l'honneur de Dystopia, ce sont quatre titres qui font leur apparition sur la setlist : "The Threat Is Real", "Post American World", "Fatal Illusion" et "Dystopia", faisant de cet album le plus représenté de la journée.

Mais revenons au début du set avec la déferlante de riffs de "Hangar 18" qui nous permet de confirmer que Kiko Loureiro est bien un monstre technique se partageant la vedette sur les solos avec sieur Mustaine. Certains diront démonstration inutile, d'autres comme nous, parlerons tout simplement d'une somme de talent guitaristique peu égalé. Derrière les fûts, Dick Verbeuren – qui remplace Chris Adler sur cette tournée - fait toujours des miracles lui que l'on a pu entendre égrener sa batterie sur le dernier album des français d'Eths dernièrement. On regrettera un mix un peu aléatoire qui aura tendance à écraser les guitares dès que Dick Verbeuren balance de la double pédale. En revanche le chant est bien réglé sur tous les points et c'est une agréable surprise de la part de Dave Mustaine !

Scéniquement parlant, la batterie repose sur une petite plateforme et est entourée de chaque côté par une sorte d'élément pouvant appartenir à un vaisseau contenant des écrans diffusant des images. Les trois micros posés au bord de la scène sont eux chacun ornés de médiators de couleurs différentes (vert, rouge et jaune).

Morceau préféré de votre serviteur, quel plaisir d'entendre "Sweating Bullets" en live tant ce morceau est magique pour plusieurs raisons tout d'abord ce texte totalement schizophrène où Dave Mustaine se parle à lui même, cette montée musicale et enfin ce solo absolument fou et dantesque. Assurément le temps fort de ce concert.

Les titres de Dystopia passent plutôt bien l'épreuve du live mais on sent que les fans attendent avec impatience les titres connus et ils seront plus que récompensés avec un dernier tiers du concert dédié aux tubes de Megadeth et cela commence avec un "A Tout Le Monde" qui fait toujours plaisir au public français qui aura eu à cœur de reprendre en choeur le refrain de la chanson ! Le set se terminera sur un enchaînement classique "Symphony Of Destruction" – "Peace Sells" – "Holy Wars... The Punishment Due". Megadeth aura réalisé un très bon concert et on attend avec impatience un passage en tant que tête d'affiche et avec un peu plus d'une heure trente de concert.

Setlist:
Hangar 18
The Threat Is Real
She-Wolf
Post American World
Trust
Fatal Illusion
Sweating Bullets
Dystopia
A Tout Le Monde
Symphony Of Destruction
Peace Sells
Holy Wars... The Punishment Due

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements