Strange Bones au Download Festival France 2016

Jeune groupe composé de deux frères et d'un ami, Strange Bones a été positionné pour jouer à 15h15 le dimanche sur la scène 3 du Download Festival. Ayant dans sa discographie seulement un single trois titres intitulé S.O.I.A, la formation parait peu armée pour jouer les 45 minutes initialement prévu. C'est la totalité de leur discographie qui va nous être présenté, auquel s'ajoute des nouveaux morceaux. 

Les Anglais de Strange Bones montent sur la scène 3 devant un public présent mais pas immensément garni. Lofofora joue en même temps sur la scène 2 et beaucoup de personnes profitent de cet horaire pour se balader ou vaquer à d'autres occupations.
 


Strange Bones propose une musique rock énergique, qui a de quoi contraster avec les prestations qui suivront. Mais dans un premier temps, on peut dire qu'ils ont l’avantage de jouer juste après un Skillet loin d’être impressionnant.

Seulement à trois sur scène et d’une jeunesse bien visible, Strange Bones va pendant 20 minutes livrer une performance qui ne restera pas dans les annales.

C’est surtout la guitare qui parait être mise en avant, la basse nous semblant être en retrait. Au niveau de la voix, rien à redire si ce n’est que l’on n’a pas affaire au chanteur du siècle. Le frontman est énergique et dialogue le plus possible avec le public. Il fait répéter à son auditoire des « lalalala » afin de le rendre pleinement actif et de l’intégrer au show du groupe.
 


Mais on ne retient pas grand-chose de la performance de Strange Bones. Une musique qui laisse de marbre, mais une énergie bien présente et qui se ressent notamment au travers de leur chanteur. Il glisse et saute sur scène, essayant de mener vers le haut la performance de son groupe et de faire passer au moins un bon moment au public. Sur ce point là, le pari est réussi, l'ambiance est réelle. La prestation, elle, est beaucoup moins marquante. Le groupe doit encore faire ces preuves, mais ils sont encore jeune et la progression sera sûrement d'actualité.

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements