Avatar au Download Festival France 2016


Cela faisait longtemps que l’on avait pas vu Avatar fouler les terres parisiennes. Après une date à la Flèche d’Or remarquée et remarquable, c’est avec grand plaisir que l’on retrouve les Suédois pour une heure de set. Impressionnant lors de leur précédente venue, c’est avec impatience que l’on se dirige vers la scène 2 du Download Festival pour assister au show d’Avatar.

Il est 17h30 lorsque les Suédois d’Avatar montent les planches de la scène 2. Alors que Gojira vient tout juste de finir son set, foule de gens se déplacent pour assister à ce qui va s’avérer être un des meilleurs concerts du Download Festival.

Et quelle meilleure entrée en matière que le rentre dedans « For The Swarm », tiré de leur dernier album Feathers & Flesh. Court et efficace, ce morceau ouvre directement les hostilités à un show mémorable.
 


Même pas le temps de reprendre son souffle que les premières notes d' »Hail The Apocalypse » retentissent. Jonas Jarlsby montre ici toute sa superbe et fait preuve d’une dextérité impressionnante. Sur « Paint Me Red », lui et son compère Tim Öhrström se lancent dans un solo endiablé.

A côté de l’irréprochabilité des musiciens, on ne peut qu’être scotché face à la prestance, le charisme et la justesse implacable de Johannes Eckerström. Véritable bête de scène, une voix à couper le souffle, on pourrait passer des heures à parler du chanteur d’Avatar tant sa performance a su nous captiver. Sa précision s’entend sur chaque morceau, offrant tantôt une voix clair totalement maîtrisée et tantôt un scream accompli comme sur « Bloody Angel ».
 


Plus encore, le frontman sait parler à son auditoire. S’il peut paraitre un peu froid en comparaison de la prestation énorme que livre Avatar, il participe tout de même à la conversation que cherche à assurer Johannes. Le chanteur s’amuse à jouer avec les nerfs du public en coupant exprès à plusieurs reprises le début de « The Eagle Has Landed » avant de lancer totalement le titre et alimenter la folie furieuse ambiante du concert.

Armés d’une setlist intelligente, Avatar a décidé de rendre honneur à son dernier opus, à travers « Tooth, Break and Claw », qui s’avère être une véritable pépite en live. Mais le temps passe et on sent que la fin approche lorsque le plus gros tube du groupe, « Smells Like A Freakshow » est joué. Le public se place ici comme connaisseur et l’on est étonné d’entendre autant de personnes, muettes depuis lors, scander les paroles du morceau. Mais cela ne peut que ravir l’ensemble du groupe qui profite de cela pour se lancer dans une frénésie sans pareil.
 


Alors qu’on aurait pu penser que « Smells Like A Freakshow » viendrait conclure le set des Suédois, ils n’ont pas finir de nous en mettre plein la vue et c’est un titre du nouvel album qui est choisi pour finir le set parfait d’Avatar. « Night Never Ending » convient parfaitement à notre pensée. Nous voudrions que la nuit ne s’arrête jamais et qu’Avatar continue de nous en mettre plein la vue et les oreilles.

Sans conteste un des meilleurs concerts auquel l’on a assisté lors de ce Download Festival. Avatar a déjà les allures d’un grand. Avatar est déjà un grand. 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements