Beartooth au Download Festival France 2016

On était resté sur une mauvaise impression à propos de l'attitude de Beartooth pendant leur précédente venue à Paris. Mais que nenni, nous ne sommes pas rancunier et c'est avec grande impatience que l'on se dirige vers la scène 2. L'année dernière, la performance des Américains nous avait impressionné et l'on s'attend donc à être une nouvelle fois conquis. Avec à leur disposition une quarantaine de minutes, Beartooth a toutes les cartes en main pour livrer un show à la hauteur de nos espérances. 

D'emblée, on est frappé par le manque de personnes. Le problème à l'entrée des festivaliers n'étant toujours pas réglé, c'est devant un public amaigri que Beartooth monte sur la scène 2 juste après la performance de We Came As Romans sur la mainstage.

Les Américains commencent fort, avec un de leurs gros tubes, "The Lines". Ce qui est fort avec Beartooth, c'est que chaque morceau à des allures tubesque. Entraînant, restant en mémoire pendant des heures, chaque titre de Beartooth est un hymme aussi bien en studio qu'en live. 
 


Peu de monde ont l'air de connaître le groupe, mais cela n'est pas un problème. Leur set est intelligement ficelé, mélant des morceaux de leurs deux albums. "Agressive" suit la cadence donnée par Beartooth par "The Lines" et montre notamment un Caleb Shomo des grands jours. 

Côté musiciens, le son offert par la scène 2 est un régal, notamment pour les guitaristes qui prennent un réel plaisir à se montrer. "Hated", également tiré de leur nouvel album Agressive, permet aux musiciens d'avoir une ampleur autre aux côtés du très impressionnant et charismatique Caleb Shomo.
 


Car c'est ce dernier qui est la véritable attraction du groupe. Il porte Beartooth vers le haut et amène le groupe à devenir de plus en plus important dans la sphère metalcore. Loin d'être des "Loser", un des titres présentés par Beartooth dans leur set, les membres en mettent plein la vue et prolongent la bonne entrée en matière du précédent groupe de la journée. 

L'enchaînement "Always Dead"-"In Between"-"Body Bag", qui sont sans contestation trois des meilleures compositions du groupe, montre toute la rage et la hargne que possède Beartooth. Plus encore, la découverte d'un titre comme "Always Dead" amène un plus à l'album Agressive qui, si à la première écoute peut s'avérer moins réussi que son prédécesceur Disgusting, se révèle finalement être un petit bijou à sa manière et un réel plaisir à entendre en live.
 


Beartooth a livré en ce début de Download Festival un show bien ordonné et diablement efficace. La prestation fut bien plus que réussie et ne présage que du bon pour un groupe qui ne cesse de monter.

Photographies : © Marjorie Coulin 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements